Archives du mot-clé Senufo

Senufo : Art et Identités en Afrique de l’Ouest au Musée Fabre

Jusqu’au 6 mars 2015, le musée Fabre présente « Senufo : Art et Identités en Afrique de l’Ouest », une exposition conçue par le Cleveland Museum of Art, où elle a été présentée en début d’année. Dans le cadre du réseau FRAME (French Regional American Museum Exchange), fédération de vingt-six grands musées de France et d’Amérique du nord, ce projet a fait une première étape au Saint Louis Art Museum, avant d’arriver à Montpellier.

« Senufo : Art et Identités en Afrique de l’Ouest ». Musée Fabre. - Crédit photo : Montpellier Méditerranée Métropole - Cécile Marson
« Senufo : Art et Identités en Afrique de l’Ouest ». Musée Fabre. – Crédit photo : Montpellier Méditerranée Métropole – Cécile Marson

À propos de l’exposition, le commissaire Constantin Petridis  confie  l’origine de ce projet : « en tant que conservateur, je souhaitais depuis longtemps organiser une exposition de grande envergure consacrée à cette tradition artistique d’Afrique occidentale tellement appréciée. Les recherches menées depuis les années 1930 par les anthropologues et les historiens de l’art européens, américains et africains, recelaient la promesse d’offrir au public une idée de la diversité culturelle et de la dimension historique contenues dans le corpus généralement identifié comme senufo. Le projet en question semblait d’autant mieux fondé que les derniers événements totalement dévolus aux arts associés aux Senufo remontent à un quart de siècle, à savoir 1988 à Zurich et 1990 à Berlin

L’exposition rassemble un peu plus de 160 objets attribués aux peuples considérés comme Senufo  (masques, statues, objets domestiques, photographies…). Généralement datés du XIXe et du XXe siècle, les auteurs sont très rarement identifiés. Ils ont été prêtés par de grandes collections publiques et privées d’Europe et d’Amérique du Nord.

Le parcours s’organise en six étapes. Après une évocation du contexte des premières relations des Européens et des Américains avec les peuples et les objets Senufo,  l’exposition revient sur la manière dont ces objets ont été exposés par Goldwater, en 1963 à New York. La troisième partie s’intéresse aux arts associés aux sociétés secrètes du Poro.  Le quatrième volet est dédié aux objets liés aux pratiques de divination et de guérison. La section suivante montre une sélection d’objets domestiques des arts dits décoratifs. La dernière partie propose de remettre en cause les frontières du corpus défini comme Senufo (voir compte rendu de visite ci-dessous).

La scénographie reprend celle qui a été conçue à Cleveland, en l’adaptant aux contraintes du musée Fabre. On retrouve la même organisation, les mêmes dispositifs de présentation (plates-formes, podium, vitrines) et le même code couleur. Il faut saluer la qualité de la mise en lumière mise en œuvre par l’équipe technique du musée Fabre.
S’ils permettent de comprendre aisément l’articulation du propos, les textes de salle sont assez succincts. De nombreux cartels sont enrichis par des informations qui offrent la possibilité d’apprécier les objets et d’en comprendre les usages dans la culture Senufo. La lisibilité de ceux qui sont placé à quelques centimètres du sol peut s’avérer difficile pour certains visiteurs.
Un audioguide offre une approche plus contextuelle de l’exposition, enrichies d’entretiens avec des artistes et des spécialistes (non testé – interêt à vérifier).
La seule publication annoncée est l’ouvrage Susan Elizabeth Gagliari, aux Editions 5 continents, on en regrette le prix élevé de 60 euros qui n’en facilite pas l’accès. Signalons qu’il est possible de le consulter dans l’exposition.
Il faut souligner le  travail engagé par le musée en direction des enfants et des familles depuis plusieurs expositions. On retrouve ici une « Senufo box », des visites contés et un espace « Senufo en jeu » dans le parcours de visite.

Certains ne manqueront pas de souligner les liens ténus entre cette exposition et les collections du musée Fabre… En effet, le musée ne dispose pas de département d’art premier et il ne conserve pas d’œuvres des avant-gardes du XXe siècle, inspirées des arts africains…
Les mauvais esprits verront dans l’accueil de cette exposition « toute ficelée », l’opportunité de proposer un événement qui devrait assurer, sans beaucoup d’investissement, une bonne fréquentation hivernale… Les très mauvais esprits pourraient même penser que le musée Fabre devrait valoriser avec plus d’ampleur la richesse de ses collections… Il serait alors facile pour l’institution de répondre en renvoyant aux hommages à Colette Richarme et Dominique Papety qui sont prolongés jusqu’au 31 janvier 2016.

Pour autant, faut-il bouder le plaisir de découvrir à Montpellier les superbes objets d’art que montre « Senufo : Art et Identités en Afrique de l’Ouest » ?
Pourquoi ne pas faire crédit à Michel Hilaire, conservateur général du Patrimoine, directeur du musée Fabre, de la  volonté du musée « de se renouveler, de s’ouvrir à de nouveaux publics grâce à d’autres formes d’arts que celui émanant d’Europe » ?

La visite de presse - Crédit Montpellier Méditerranée Métropole - Cécile Marson
De droire à gauche : Susan Elizabeth Gagliari, Constantin Petridis, Michel Hilaire et les élus de Montpellier Metropole. Visite de presse – Crédit photo : Montpellier Méditerranée Métropole – Cécile Marson

Constantin Petridis conservateur des arts africains au musée de Cleveland assure le commissariat de cette exposition. Le propos s’appuie en partie sur les travaux récents de Susan Elizabeth Gagliari, maître de conférences à l’université d’Emory à Atlanta. Les résultats de vingt-deux mois de recherches sur le terrain à l’ouest du Burkina Faso sont rassemblés dans Senufo sans frontières, un ouvrage qu’elle signe aux éditions 5 continents.

En savoir plus :
Sur le site du musée Fabre
Sur la page Facebook du musée Fabre
Sur le site du Cleveland Museum of Art et dans les collections en ligne
Dans les collections du Metropolitan Museum of Art et article de Susan Elizabeth Gagliardi à propos de l’exposition « Senufo Scupture from West Africa », en 1963
Dans les collections du Musée du Quai Branly
Sur le site d’Agnès Pataux
Sur le site de la galerie Olivier Castellano (catalogue Senoufo)
Magazine Tribal Art, numéro 72 en ligne

Lire la suite Senufo : Art et Identités en Afrique de l’Ouest au Musée Fabre