Archives du mot-clé Roni Horn

Roni Horn, « Butterfly to Oblivion »

Jusqu’au  20 septembre 2015, la Fondation Vincent Van Gogh Arles présente « Butterfly to Oblivion », une captivante exposition de Roni Horn.

Roni Horn, Glass Sculptures, « Butterfly to Oblivion » à la Fondation Vincent Van Gogh Arles, 2015 - blanc et bleu cobalt
Roni Horn, Glass Sculptures, « Butterfly to Oblivion » à la Fondation Vincent Van Gogh Arles, 2015 – blanc et bleu cobalt

Le dessin est aspect essentiel du travail de l’artiste américaine. Dans le catalogue,  Bice Curiger, directrice artistique de la Fondation et commissaire de cette exposition souligne que Roni Horn donne à cette activité un sens élargi et qu’en exposant des sculptures dans un espace,  « elle dessine aussi dans cet espace. Lorsqu’elle fait la sélection de ses œuvres en vue d’une exposition, elle reprend des éléments qu’elle a déjà montrés auparavant, en y ajoutant de nouvelles œuvres (…). C’est l’espace – entendu comme la totalité de ses pièces – et la nouvelle disposition des œuvres qui composent un dessin ».

Roni Horn, Pigment Drawings (1) , « Butterfly to Oblivion » à la Fondation Vincent Van Gogh Arles, 2015
Roni Horn, Pigment Drawings (1) , « Butterfly to Oblivion » à la Fondation Vincent Van Gogh Arles, 2015

Pour « Butterfly to Oblivion », Roni Horn a sélectionné des œuvres qui appartiennent à quatre séries.
Le parcours commence avec trois imposantes sculptures de verre. Il se poursuit avec deux ensembles de « Cut up ». Le premier montre de grands formats issus de ses « Pigment Drawings », le second présente des images recomposées à partir de portraits photographiques de clowns (Clowndoubt). Dans une nouvelle série de dessins, les « Hack Wit », constituée d’expressions anglaises découpées, on comprend pourquoi il est question dans cette exposition de « contraindre un papillon à l’oubli / consign a Butterfly to Oblivion ».

Roni Horn, Hack Wit , « Butterfly to Oblivion » à la Fondation Vincent Van Gogh Arles, 2015
Roni Horn, Hack Wit , « Butterfly to Oblivion » à la Fondation Vincent Van Gogh Arles, 2015

La mise en espace et la scénographie ont été définies par Roni Horn avec la commissaire de l’exposition.  L’ensemble, très sobre, invite le visiteur à une contemplation méditative des œuvres.
À l’exception de quelques reflets gênants pour la série Clowndoubt, l’accrochage est très réussi.

Ceux qui gardent un souvenir ému de la rétrospective présentée par la Collection Lambert à Avignon et à Arles, en 2009, comme ceux qui ont été marqué par sa présence de ses œuvres dans les cellules et les couloirs de la prison Sainte-Anne, l’an dernier pour « La disparition des lucioles », à Avignon, ne manqueront pas de passer cet été à la Fondation Vincent Van Gogh Arles … Ceux qui méconnaissent l’œuvre de cette grande artiste américaine découvriront un travail d’une grande sensibilité qui vient avec poésie et subtilité se confronter et dialoguer avec Vincent Van Gogh.

Roni Horn, Clowndoubt (1) , « Butterfly to Oblivion » à la Fondation Vincent Van Gogh Arles, 2015
Roni Horn, Clowndoubt , « Butterfly to Oblivion » à la Fondation Vincent Van Gogh Arles, 2015

Beaucoup semblent les opposer : Les pigments naturels de l’une et les couleurs industrielles, en tubes de l’autre, l’urgence de Vincent et la lenteur méditative de Roni Horn, le voyage vers le sud à la recherche de la lumière du Japon et la fascination pour la géologie et à l’eau glacée de l’Islande… Mais on peut aussi rapprocher les « Cut up » de Roni Horn et les hachures de Vincent, le cutter de l’une et la plume de roseau de l’autre. L’autonomie, la discontinuité et la force du trait comme la place des vides et la vibration de la couleur sont communs aux deux artistes…

Sans clichés et analogies faciles,  « Butterfly to Oblivion » est un contrepoint subtil à l’exposition que la Fondation Vincent Van Gogh Arles consacre aux dessins du peintre hollandais, « Les dessins de Van Gogh : influences et innovations ».

Signalons également la présentation d’un étonnant film d’animation « aitaisei-josei » de la japonaise  Tabaimo qui raconte les amours d’une chaise et une table, personnifiant une belle courtisane et son amant.

Tabaimo, aitaisei-josei, 2015
Tabaimo, aitaisei-josei, 2015

Le catalogue, dont il faut souligner la très bonne qualité des reproductions, s’organise autour d’une très intéressante conversation entre Élisabeth Lebovici et Bice Curiger.

Pendant la semaine des Rencontres, la Fondation Vincent Van Gogh Arles propose une programmation particulièrement riche. Il faut ici aussi rappeler l’important investissement de la Fondation dans de multiples actions culturelles qui accompagnent ses expositions.

Une visite de la Fondation Vincent Van Gogh Arles s’impose donc lors d’un passage à Arles cet été.
Compte rendu de visite et présentation de Bice Curiger  ci-dessous.

En savoir plus :
Sur le site de la Fondation Vincent Van Gogh Arles
Sur la page Facebook de la Fondation Vincent Van Gogh Arles
Roni Horn sur le site de la galerie Hauser & Wirth

Lire la suite Roni Horn, « Butterfly to Oblivion »

Publicités