Archives du mot-clé Nicolas Rubinstein

Nicolas Rubinstein, Shadow Play à la Galerie Porte-Avion, Marseille

Jusqu’au 18 octobre 2014, la Galerie Porte-Avion à Marseille accueille Nicolas Rubinstein. Il y présente sous le titre assez énigmatique de  Shadow Play, une installation accompagnée d’une série de dessins.

Nicolas Rubinstein, Shadow Play,  Galerie Porte-Avion
Nicolas Rubinstein, Shadow Play, Galerie Porte-Avion. Courtesy Galerie Porte Avion, Marseille, © Nicolas Rubinstein

Ceux qui suivent  le travail de Nicolas remarqueront probablement une progression importante dans cette nouvelle proposition, dans cette machine évolutive. Ils y retrouveront les thèmes qui lui sont chers, sa quête des structures cachées, de la mémoire et de la transmission et son humour parfois grinçant et ses assemblages de matériaux. Ceux qui ne connaissent pas Nicolas Rubinstein découvriront un monde surprenant  qui laisse rarement  indifférent.

Nicolas Rubinstein, Shadow Play,  Galerie Porte-Avion
Nicolas Rubinstein, Shadow Play, Galerie Porte-Avion. Courtesy Galerie Porte Avion, Marseille, © Nicolas Rubinstein

Ce shadow Play a été un des temps fort de notre parcours pendant la Nuit des Galeries organisée à l’occasion d’Art-O-Rama. C’est à voir jusqu’au 18 octobre. Il serait dommage de ne pas faire le détour par le 96 Boulevard de la Libération pour y pousser la porte de la Galerie Porte-Avion (du mardi au samedi de 14h à 19h).

Nicolas Rubinstein, Shadow Play,  Galerie Porte-Avion 04
Nicolas Rubinstein, Shadow Play, Galerie Porte-Avion. Courtesy Galerie Porte Avion, Marseille, © Nicolas Rubinstein

En savoir plus :
Sur le site de la Galerie Porte-Avion
Sur le site de Nicolas Rubinstein
Nicolas Rubinstein sur Documents  d’Artistes
Sur le site de la Galerie d’Exposition du Théâtre de Privas

Lire la suite Nicolas Rubinstein, Shadow Play à la Galerie Porte-Avion, Marseille

Exposition Barock au Château Borély, Marseille

Dans le cadre du festival Mars en Baroque, le Château Borely accueille, jusqu’au 2 juin, Barock, une exposition qui réunit des œuvres de  Dominique Angel, Denis Brun, Corinne Marchetti, Stéphane Protic, Nicolas Rubinstein et Lionel Scoccimaro.

Sextant et + promettait de découvrir, au sein des collections du musée des Arts décoratifs, de la Faïence et de la Mode, « un reliquaire aux crânes recouverts de latex,  des Lapunks (contraction entre lapin et punks), des oursons dansant une sarabande côtoient un vase tatoué, des sculptures en céramiques de « barbus louches » et une cathédrale-ossuaire de bronze et d’or ».

La promesse est effectivement tenue ! Comme annoncé, c’est « outrancier, pompeux, exubérant; mais aussi bizarre, extravagant et sans valeur »… Bref, c’est Barock… et c’est superbe !
Les œuvres sont installées avec naturel dans le décor ostentatoire de la bastide Borély.

En résumé, c’est à voir et même à revoir…  Attention, c’est jusqu’au 2 juin !!!

Corinne Marchetti a installé ses céramiques qui semblent sorties d’un vide grenier sur la cheminée de la Galerie des Céramiques et dans la Salle à manger du Nord. Pensez à lire les titres qu’elle a donnés à ces œuvres… Vous ne les oublierez pas !

Dominique Angel a posé une de ses Pièces supplémentaires dans le Salon doré et ses oursons se sont emparés de la Chambre à alcôve pour y faire la fête avec leurs instruments de cuisine…

Les Lapunks de Denis Brun sont dispersés dans diverses pièces du château… Au hasard de votre visite, vous les découvrirez dans le Salon doré et dans la Chambre d’apparat. N’oubliez pas Super Jaimie qui a naturellement trouvé sa place à côté des bleus de la Salle des Théodore Deck (chambre du couchant).

Lionel Scoccimaro ne pouvait poser son Vase tatoué que sur la commode aux poissons de la Chambre dite de Monsieur. Ses deux crânes, en fonte d’aluminium, chromés et tatoués accompagnent avec naturel un vase au décor de scène de plage sur une commode « art déco » de Louis Süe et André Mare, éditée par la compagnie des arts français.

Nicolas Rubinstein, Notre dame des os, 2009. Bronze, acier.
Nicolas Rubinstein, Notre dame des os, 2009. Bronze, acier.

La basilique Notre dame des os de Nicolas Rubinstein pouvait-elle trouver meilleur voisinage que les peintures sous verre et les miniatures en verre églomisé qui sont exposées dans le Boudoir qui précède la Chapelle ?

Stéphane Protic, Reliquaire, 2008. Bois, latex, VMC. Courtesy Galerie Bertrand Baraudou, Paris.
Stéphane Protic, Reliquaire, 2008. Bois, latex, VMC. Courtesy Galerie Bertrand Baraudou, Paris.

Dans la Chapelle, vous découvrirez peut-être ce qui se passe-t-il sous le linceul en latex du Reliquaire de Stéphane Protic !

En savoir plus :
Sur le site de Sextant et + (en particulier sur l’Eon Baroque )
Sur la page Facebook de Sextant & +
Sur la page Facebook de Dominique Angel
Sur la page Facebook de Denis Brun
Sur la page Facebook de Corinne Marchetti
Sur la page Facebook de Stéphane Protic
Sur la page Facebook de Lionel Scoccimaro
Sur le site de Nicolas Rubinstein

 

Barock au Château Borély, Marseille

Barock : Dominique Angel, Denis Brun, Corinne Marchetti, Stéphane Protic, Nicolas Rubinstein, Lionel Scoccimaro dans les collections du Château Borély, Marseille

Du 22 mars au 11 mai 2014, Sextant & +, le Château Borély, musée des Arts décoratifs, de la Faïence et de la Mode propose une exposition qui réunit des œuvres de  Dominique Angel, Denis Brun, Corinne Marchetti, Stéphane Protic, Nicolas Rubinstein et Lionel Scoccimaro.

Dans le cadre du festival Mars en Baroque, le Château Borely accueille  « des œuvres d’artistes aux préoccupations résolument contemporaines mais qui s’inscrivent dans l’Eon Baroque » nous dit Sextant et +, qui nous promet : « Un reliquaire aux crânes recouverts de latex,  des Lapunks (contraction entre lapin et punks), des oursons dansant une sarabande côtoient un vase tatoué, des sculptures en céramiques de « barbus louches » et une cathédrale-ossuaire de bronze et d’or ».

On revient sur cette proposition après une prochaine visite à Borély.

Barock Borely Affiche

En dehors de cette initiative, on apprécie particulièrement la place qui a été faite aux créateurs contemporains dans les collections permanentes du musée : Le lustre de Mathieu Lehanneur, les porcelaines de Magdalena Gerber, les tapisseries de Laurence Aëgerter ou encore l’œuvre de  Michaëla-Andrea Schatt, le lustre à carafes de Lee Broom et les marottes en porcelaines  de Françoise Vergier.

On aime aussi le partenariat avec CIRVA et Sèvres, cité de la Céramique et les Arts décoratifs qui présentent une sélection régulièrement renouvelée d’œuvres dans la salle du billard.

En savoir plus :
Sur le site de Sextant et + (en particulier sur l’Eon Baroque )
Sur la page Facebook de Sextant & +
Sur la page Facebook de Dominique Angel
Sur la page Facebook de Denis Brun
Sur la page Facebook de Corinne Marchetti
Sur la page Facebook de Stéphane Protic
Sur la page Facebook de Lionel Scoccimaro
Sur le site de Nicolas Rubinstein

Denis Brun  Cool post-Kid (Hommage à WVB), 2012-2013
Denis Brun : « Cool post-Kid (Hommage à WVB) », 2012/2013

Lire aussi sure ce blog : Hommage à Pucci de Rossi au Château Borély à Marseille

Jef Aérosol et Nicolas Rubinstein : Les deux font la paire !!! à la Galerie David Pluskwa Art Contemporain, Marseille

InvitationDu 22 novembre au 28 décembre,  la Galerie David Pluskwa Art Contemporain à Marseille présente Les deux font la paire !!!, un duo complice entre Jef Aérosol et Nicolas Rubinstein… On retrouve les deux compères au Pavillon M pendant tout le mois de Novembre… toujours sous la houlette de David Pluskwa.

Lorsque l’on pénètre dans la galerie au 53, rue Grignan, la première impression est d’être face à une expo solo de Jef Aérosol… Ses toiles tapissent les cimaises et donnent une sensation de saturation qui est heureusement rompue par l’alternance des portraits monochromes sur fond gris et ceux où les figures se détachent sur un fond  de couleur vive, saturée et acidulée…  Si les formats carrés sont largement dominants, la monotonie est opportunément brisée par quelques formats horizontaux  ou des verticaux, dont trois doubles portraits en pied.

Jean-François Perroy (Jef Aérosol), figure historique du Street art en France, peint au pochoir ses personnages, rock stars, personnages de la contre-culture ou simples anonymes sur les façades comme sur toile, depuis 1982.
Il a pris David Pluskwa au mot. Puisque « les deux font la paire », il propose une série inédite, composée de doubles portraits, duos historiques, parfois diabolique où l’on croise les couples mythiques du Rock ( Dylan & Joan Baez, John Lennon & Yoko Ono, Lou Reed & Nico,  David Bowie & Iggy Pop, Mick Jagger & Keith Richards,Daniel Darc & Elvis Presley, Serge Gainsbourg & Jane Birkin, Pete Doherty & Kate Moss), mais aussi des légendes du cinéma et de la politique des années 60 et 70 (The Blues Brothers, Batman & Catwoman, Diana Rigg & Patrick McNee, Marilyn Monroe & John Fitzgerald Kennedy, James Dean & Marilyn Monroe,Martin Luther King & Gandhi, Mohammed Ali & Angela Davis, Romy Schneider & Alain Delon).

Jef Aérosol propose également quelques duos historiques du monde des arts. Si le duo Dali & Picasso ou celui formé par  Allen Ginsberg & William S.Burroughs semblent manquer de force, les couples Patti Smith & Robert Mapplethorpe, Andy Warhol & Edie Sedgwick sont plus convaincants. Une mention particulière pour les portraits en pied de Jean-Michel Basquiat & Keith Haring, particulièrement attachant, et un superbe Jackson Pollock  travaillant sous le regard de Marcel Duchamp

Né en même temps que le rock, Jef Aérosol confie que  « mouvement hippie, explosion punk, poussées transgressives d’un Andy Warhol acoquiné à la Factory… Ces icônes, ces étoiles m’ont construit. Elles font partie de mon monde ».

Parmi la demi-douzaine d’œuvres exposées, Nicolas Rubinstein présente plusieurs sculptures issues de la série « Mickey Is also a rat » commencée il y bientôt dix ans… En effet, le Journal de Nickey est daté du 9 octobre 2004. L’exposition à la villa Tamaris, en 2007, qui était une forme d’aboutissement de la série, reste dans les mémoires et à Montpellier, on garde le souvenir de sa présentation lors de la dégelée Rabelais à La Panacée, en 2008.

On retrouve avec intérêt une tête de Mickey, Sans titre, de 2005, plantée sur sa tige métallique qui avait été choisie pour illustrer l’affiche et la couverture du catalogue de l’exposition C’est la vie, Vanités de Pompéi à Damien Hirst au Musée Maillol à Paris en 2010… mais sans comprendre réellement à quel duo elle appartient…

Nicolas Rubinstein Sans titre
Nicolas Rubinstein Sans titre

Beaucoup plus convaincant, si l’on s’en tient au titre de l’exposition, le dialogue orthonormé d’un Mickey et d’un Babar à bascule (Mémoire d’éléphant), « radiographiés » par Nicolas.

La pièce majeure que propose le sculpteur marseillais est sans aucun doute Big Pull ! qui occupe avec beaucoup de force l’espace central de la galerie. Nicolas propose sur un socle de parpaings, une cocotte en papier, une boite d’œuf dont s’extrait avec douleur un œuf aux ailes squelettiques… L’œuf et la poule… un duo impossible et sans fin ? Humour grinçant… ou questionnement métaphysique ? Tout peut-être dans l’entre-deux…

Une version plus réduite de cet ensemble, intitulé simplement Pull ! est posé sur le comptoir de la galerie, où un MickyFucky  se charge de vous accueillir à défaut de répondre à vos interrogations…

Le site de la galerie rapporte les propos suivants de Nicolas Rubinstein à propos de son travail :
« Un des aspects fondamentaux de mon travail est l’envie de révéler la structure cachée, l’ossature intérieure, l’anatomie des êtres et du monde, avec l’intuition, je dirais même la conviction, qu’il y a là un secret caché, une explication à trouver. Mon travail est très proche d’une démarche scientifique, avec pour hypothèse de travail, la recherche d’un message à décrypter, et ma « mission », car je dois bien confesser que je considère cela comme une mission, étant de mettre à jour et de comprendre ce message! Même si pour le moment, je ne comprends pas grand chose… »

Esthétiquement et formellement, il n’est pas évident de trouver des correspondances, des dialogues entre les œuvres de ces deux artistes. Le mariage entre les pochoirs de Jef et « l’os à composer » de Nicolas semble assez délicat…
C’est probablement dans des références communes à une esthétique rock et libertaire qui faut rechercher la complicité de ce duo…

Jef Aérosol est aussi présent à Marseille au coin du cours Julien et de la rue Crudère, avec la réalisation sur le M.U.R. d’un hommage à Lou Reed…

Take a walk an the wild side_1
Jef Aérosol, Lou Reed, le M.U.R., cours Julien/rue Crudère, Marseille

En savoir plus :
Sur le site de la Galerie David Pluskwa, la page de l’exposition, la page de Nicolas Rubinstein et la page de Jef Aérosol
Sur le site de Nicolas Rubinstein
Nicolas Rubinstein sur documentsd’artistes.org
Sur le site de Jef Aérosol
Sur la page Facebook de Jef Aérosol
Des photos du vernissage sur la page Facebook de Jef Aérosol

Entretien avec Nicolas Rubinstein dans l’emission Culture T sur Public Senat


Jeff Aérosol, élission l’Art et la manière.  Un film de Manuela Dalle, produit par Image & Compagnie et Arte