Archives du mot-clé Hôtel de Cabrières-Sabatier d’Espeyran

Claude Viallat dans le département des Arts décoratifs du Musée Fabre à Montpellier

Dans le cadre de la grande rétrospective autour de l’œuvre de Claude Viallat que propose le Musée Fabre à Montpellier, jusqu’au 2 novembre 2014, l’artiste relève le défi de confronter ses œuvres aux collections du département des Arts décoratifs, à l’Hôtel de Cabrières-Sabatier d’Espeyran.

Une conversation entre Michel Hilaire, directeur du musée Fabre, et Claude Viallat, en mars 2014, et publié dans le catalogue de l’exposition, révèle en partie les motivations de l’artiste dans cette entreprise, pour un  lieu qu’il ne connaissait pas :

M. Hilaire : « Dans l’exposition de Montpellier, éclatée en plusieurs lieux, tu as aussi répondu à ma demande d’investir l’Hôtel Sabatier d’Espeyran, département des Arts décoratifs du musée Fabre, un endroit où il y a des objets d’art, la collection de céramiques principalement du musée Fabre, du mobilier, des appartements conservés en l’état. Qu’est-ce qui t’a intéressé dans ce lieu ? »

C. Viallat : « Je viens de la petite bourgeoisie régionale, dans ces appartements, je me retrouve, je me retrouve dans ma famille. Mes grands-oncles, les gens que je voyais de la bonne bourgeoisie aubaisienne, c’était cette ambiance de grandes pièces avec des grands rideaux, avec des canapés, des tables un peu rococo, des fauteuils, des tapisseries(…)»

MH : « Ce côté surchargé et un peu confiné (…) »

CV : « Ce côté justement du bien-être bourgeois. Me confronter à ça et mettre des toiles en discussion avec ça… un certain baroquisme de tissus ou de meubles contournés… Il y a un peu tout ça qui joue, j’en suis ravi ! La première fois que je suis rentré dans ce musée, je l’ai trouvé somptueux : cette somptuosité un peu surannée en arrière-plan dans ma mémoire fait que je ne m’y sens pas complètement étranger. »

Michel Hilaire précise qu’au tournant des années 70/80, lorsque Viallat se réinstalle à Nîmes, il renouvelle son travail au travers de ses supports, souvent liés aux arts décoratifs : Tapis, nappes, dessus de fauteuils, dessus de poufs, ombrelles, passementeries… Ce qui fait matière dans un musée des Arts décoratifs.
On comprend tout l’intérêt de faire entrer ces supports marqués par Claude Viallat dans les décors de l’Hôtel de Cabrières-Sabatier d’Espeyran.

Lire la suite Claude Viallat dans le département des Arts décoratifs du Musée Fabre à Montpellier

Publicités