Archives du mot-clé Hervé Di Rosa

Providence. Fracas psychédélique en Nouvelle-Angleterre

Pour fêter ses 15 ans, le MIAM (Musée International des Arts Modestes) invite les  artistes de la ville de Providence,  Rhode Island (USA), jusqu’au 22 mai 2016 à Sète.

Providence. Fracas psychédélique en Nouvelle-Angleterre au MIAM, Sète
Providence. Fracas psychédélique en Nouvelle-Angleterre au MIAM, Sète

Après la découverte des univers artistiques de Winnipeg,  avec Guy Maddin et Noam Gonik (2011-2012), puis de Manille, avec Manuel Ocampo (2013) et de Séville, avec Curro González (2014), le MIAM invite l’artiste commissaire Jonas Delaborde pour explorer les Fracas psychédélique de Providence, en Nouvelle-Angleterre.

L’exposition « Providence. Fracas psychédélique en Nouvelle-Angleterre » propose de partager  l’énergie de Providence  et de comprendre les connexions multiples et les collaborations entre différents  artistes tels que  Mat Brinkman, Melissa Brown, Brian Chippendale, Jessica Ciocci, Jim Drain, Philippe Druillet, C.F.,  Leif Goldberg, Jungil Hong, Ben Jones, Marie Lorenz, Takeshi Murata, Ara Peterson, Francine Spiegel… (résumé biographique à la fin de ce billet).

Les œuvres présentées sont récentes, certaines ont été réalisées spécifiquement pour l’exposition.
À lire ci-dessous la présentation du projet par Jonas Delaborde et l’invitation d’Hervé Di Rosa.

Retrouvera-t-on décors et ambiances des nouvelles d’H. P. Lovecraft, le Reclus de Providence ?
Réponse au MIAM à Sète, jusqu’au 22 mai 2016…

Vernissage de l’exposition le lundi 7 décembre à 18h30

En savoir plus :
Sur le site du MIAM
Sur la page Facebook du MIAM

Lire la suite Providence. Fracas psychédélique en Nouvelle-Angleterre

Publicités

Figuration Libre. L’Histoire d’une aventure

Jusqu’au 15 novembre 2015, le musée Paul Valéry présente à Sète, « Figuration Libre – Historique d’une aventure », une exposition inédite sur les premières années de la Figuration Libre. L’approche historique s’intéresse à l’origine et à l’installation, entre 1981 et 1984, d’un groupe de peintres avec  Robert Combas, Hervé Di Rosa, Rémi Blanchard et François Boisrond, auquel se joindront le sculpteur Richard Di Rosa et le photographe Louis Jammes

affiche

Le travail de ces artistes est souvent présenté comme une réaction à la « mort de la peinture » qu’aurait provoquée le minimalisme, l’art conceptuel ou encore le Pop Art. Il faut y voir également la revendication d’une subjectivité de l’artiste et d’une individualisation des pratiques sans revendiquer l’appartenance à un quelconque courant artistique.
Lamarche-Vadel écrivait dans de numéro d’octobre-novembre de la revue Artistes : « Il fut un temps, peu lointain, mais lointain déjà, où peindre et voir se conjuguaient sous le commandement torride d’une brassée de concepts, de problématiques, de références, de connotations, et je ne regrette pas ce temps, je ne regrette rien… Ce temps fut un souterrain nécessaire sans doute. Pour que vienne au jour, encore, une ferveur nouvelle, une passion affirmative nouvelle ».
Pour Robert Combas, il s’agissait avant tout de faire une peinture « rigolote, libre et décontractée ».

Ce retour à la peinture et à la figuration avait déjà été annoncé, en France, par l’exposition Nouvelle subjectivité , organisée, en 1976, par le critique Jean Clair. Plusieurs initiatives avait confirmé cette réaction : les expositions « Bad painting » et « New Image Painting » à New-York (en 1978), le groupe de la Transavanguardia en Italie (en 1979) et les Nouveaux Fauves (Die Neuen Wilden) en Allemagne (en 1980).

Sans construction théorique, les acteurs de la Figuration Libre trouvent leur inspiration dans la culture rock, les bandes dessinées, l’imagerie populaire, la publicité, la télévision ou le cinéma. Ils sont attentifs à toutes les expressions artistiques qu’elles soient africaines ou océaniennes, qu’elles appartiennent à l’art brut, à l’art populaire ou singulier.

Lire la suite Figuration Libre. L’Histoire d’une aventure

Fin de Fiesta à Séville, au MIAM à Sète.

Après Winnipeg et Manille, le Musée International des Arts Modestes (MIAM) nous propose de découvrir, du 11 avril au 21 septembre, la production des « cultures savantes, modestes et populaires » à Séville avec sa nouvelle exposition Fin de Fiesta à Séville.

Hervé Di Rosa a choisi de confierle commissariat a été confié à Curro González qui a réunit une trentaine d’artistes.

Fin de fiesta a Seville 01_1
Hervé Di Rosa et Curro González au MIAM le 10 avril 2014

L’exposition présentée par le MIAM est une fois de plus passionnante, foisonnante et unique.
Les propositions artistiques sont d’une grande diversité. Peinture, sculpture, dessin, photographie, vidéo, objets de collection et installations se succèdent avec bonheur, faisant rebondir l’intérêt du visiteur dans un parcours qui multiplie les surprises et les découvertes.

Fin de fiesta a Seville 03_1
Curro González et les artistes de Seville présents au MIAM, le 10 avril.

Les artistes, qui appartiennent à la scène créative récente, explorent avec  humour et ironie les clichés et les stéréotypes culturels qui ne manquent pas à Séville.
Leurs œuvres montrent parfois avec mélancolie et quelquefois avec une certaine violence la ville, ses habitants, ses histoires et ses mutations…  Elles évoquent, dans un mélange baroque, le flamenco, les corrales de la Maestranza, les multiples images de la femme sévillane, et la profusion des images religieuses …

Artistes présents :
Andrés Martínez de León (1885-1978) • Antonio Garrido Díaz (né 1929) Nazario (né 1944) • Ignacio Tovar (né 1947) Juan Sebastián Bollaín (né 1945) • Alejandro Sosa (né 1951) Antonio Sosa (né 1952) • Atin Aya (1955-2007) Manolo Cuervo (né 1955) • Rafael Agredano (né 1955) • Javier Buzón (né 1957) Patricio Cabrera (né 1958) • Ricardo Cadenas (né 1960)  Juan Antonio Rodríguez Tous (né 1960) •  Anna Jonsson (née 1961) Salomé del Campo (née 1961) Jabi Machado (né 1961) • Abraham Lacalle (né 1962) • Juan Carlos Robles (né 1962) • Guillermo Paneque (né 1963) • Victoria Gil (née 1963) Pedro G. Romero (1964) • Federico Guzmán(1964) • Alonso Gil (né 1966) • Pilar Albarracín (née 1967) • Inmaculada Salinas (née 1967) • María Cañas (né 1972) • Miguel Brieva (1974) • Curro González (né 1960) • Israel Galván (né 1973) • José Miguel Pereñiguez (né 1977) • Cristina Lama (née 1977) • Gloria Martín (née 1980) • Celia Macías (née1980) • Daniel Alonso • 4Taxis

Dans une prochaine chronique, nous reviendrons plus en détail sur ces propositions artistiques.

Affiche

Lire la suite Fin de Fiesta à Séville, au MIAM à Sète.

Quelques instants plus tard… 40 « duos » Art Contemporain/BD

Jean-Paul ALBINET & Silvio CADELO
« La méchante »

C’est un pari un peu fou que se sont lancés Alain Huberty, directeur de la Galerie Petits Papiers à Bruxelles et Christian Balmier, commissaire d’exposition : Réunir un artiste contemporain et un auteur de Bande Dessinée pour réaliser une œuvre unique…

« Quelques instants plus tard… », faite référence à cette expression courante dans la BD… mais aussi à la succession des épisodes qui se sont succédés pendant deux ans… pour faire aboutir ce projet.

Du 8 Février au 3 Avril 2013, le Centre d’Art Àcentmètresducentredumonde accueille cette exposition à Perpignan.
Elle a été présentée du 19 octobre au 7 novembre 2012, au Couvent des Cordeliers, à Paris, puis à la Cité Internationale de la Bande Dessinée d’Angoulême, du 23 novembre 2012 au 3 février 2013. Elle rejoindra ensuite la Belgique, à l’espace d’exposition du Rouge Cloître, du 21 avril au 21 juillet 2013.

Un catalogue de l’exposition, préfacé par Jean-Luc Chalumeau, a été publié aux éditions Millon / Petits Papiers.

Les « duos » d’artistes :

Philippe Huart – Jean Jacques Tachdjian.
« KaleidopiaComixFreak« 

Jean-Paul ALBINET & Silvio CADELO / Pat ANDREA & Carlos NINE / Christian BALMIER & hommage aux classiques / Gilles BARBIER & Marc-Antoine MATHIEU / BEN Vautier & Edmond BAUDOIN / Marcel BERLANGER & Claude RENARD / Véronique BIGOT & Gilbert SHELTON / Dario CATERINA & Frank PÉ / Dominique COFFIGNIER & BATEM / Henri CUECO & Philippe PETIT-ROULET / CHARLÉLIE & ALËXONE / Gaël DAVRINCHE & Yves GOT / Alain DECLERCQ & Milo MANARA / Bernard DEMIAUX & Olivier LEDROIT / Hippolyte HENTGEN & Ludovic DEBEURME / Hervé DI ROSA & Marc HARDY / Joël DUCORROY & WILLEM / Dominique FURY & CHEN Jiang Hong / José GARCIA CORDERO & Frank LE GALL / Marc GIAI-MINIET & Jacques de LOUSTAL / Gérard GUYOMARD & Tanino LIBERATORE / Philippe HUART & Jean-Jacques TACHDJIAN / Kosta KULUNDZIC & Philippe VUILLEMIN / Kosta KULUNDZIC & Tanino LIBERATORE / Gérard LE CLOAREC & Philippe DRUILLET / Jean LE GAC & Jean-Michel NICOLLET / Jean LE GAC & François SCHUITEN / Eric LIOT & Jean-Claude CLAEYS / Catherine LOPES-CURVAL & Alex VARENNE / Federica MATTA & Miles HYMAN / Jérôme MESNAGER & Benoît SOKAL / Ricardo MOSNER & Patrice KILLOFFER / Juan d’OULTREMONT & Johann DE MOOR / Axel PAHLAVI & Philippe BERTHET / Loulou PICASSO & Olivia CLAVEL / SPEEDY GRAPHITO & Frank MARGERIN / Antonio SEGUI & EVER MEULEN / TRISTAM & Marc CARO / Vladimir VELICKOVIC & Enki BILAL / Fabien VERSCHAERE & Fanny MICHAËLIS / Claude VIALLAT & François AVRIL / Vuk VIDOR & ANDREAS

En savoir plus :
Importante revue de presse sur la page Facebook de l’expo
Nombreuses informations sur le site de la Cité Internationale de la Bande Dessinée d’Angoulême
Sur le site du Centre d’Art Àcentmètresducentredumonde
Le communiqué de presse


Film de Christophe Derouet à propos du vernissage de l’exposition  » Quelques instants plus tard…  » aux Cordeliers à Paris.

« Yhayen » Hervé Di Rosa au Carré Sainte-Anne – Montpellier

See on Scoop.itExpositions Montpellier et région
Héros, avec Robert Combas, du mouvement de la Figuration Libre, figure sétoise parmi les plus célèbres, fondateur du MIAM à Sète (Musée International des Arts Modestes), Hervé Di Rosa est l’un des artistes français les plus populaires et également l’un des plus bouillonnants.

Séduit par le côté atypique du lieu, comme par le fait de confier le commissariat d’exposition à son ami François Bebing, Hervé Di Rosa présentera son exposition « Yhayen (procession) » du 29 juin au 14 octobre 2012 à Montpellier, dans l’ancienne église néogothique du Carré Sainte-Anne. Ce sera la première fois que l’artiste exposera à Montpellier.
La configuration du lieu et sa dimension sacrée ont immédiatement guidé le projet de l’exposition. Un très grand nombre des sculptures africaines de Di Rosa, fétiches géants (jusqu’à 3 mètres de hauteur) issus de son imaginaire et réalisés selon la technique africaine traditionnelle du « bronze », sera aligné dans la nef de Sainte-Anne, comme une foule en procession. Le chœur accueillera quant à lui 2 bâches immenses de 8 mètres par 3 réalisées par l’artiste pour l’occasion. Une exposition qui va conjuguer la célébrité d’un nom au caractère inattendu des œuvres présentées.

See on www.montpellier.fr