Archives du mot-clé Drawing room 015

Thanks Esbama !

Présenté dans le cadre de Drawing Room 015, le salon du dessin contemporain de Montpellier, Thanks Esbama ! est un des deux projets curatoriaux de Judicaël Lavrador.

Ses propositions annonçaient  un questionnement  sur « l’usage par le dessin de l’outil numérique et, simultanément, le regard porté par le dessin sur ces nouveaux médias ». On attendait avec intérêt les projets de ce critique d’art, collaborateur de Libé et des Inrocks, dont on avait plutôt apprécié le commissariat pour l’exposition, Les établis, présentée au CRAC, en 2012

On n’a guère été convaincu par Ça charge, le projet qu’il présentait à La Panacée pendant le salon… On en était sorti avec une étrange impression de travail bâclé…

Thanks Esbama ! - Valentin Dommanget - Gerald Petit
Thanks Esbama ! – Valentin Dommanget – Gerald Petit

Un passage par la galerie de l’École supérieure des Beaux-Arts de Montpellier confirme malheureusement cette perception d’un commissariat qui n’a pas grand-chose à dire. C’est regrettable pour les artistes dont le travail est utilisé dans cet assemblage, un coq-à-l’âne revendiqué dans le texte d’intention de Judicaël Lavrador (lire ci-dessous)… qui semble écrit pour justifier la vacuité du propos.

Aucun document d’accompagnement à destination du visiteur, rien sur les artistes et les œuvres exposées… à l’exception d’un plan de salle accroché à la porte et sur un pilier de la galerie. De plus, les pièces sonores de Cédrick Eymenier, et James S. Taylor paraissaient muettes lors de notre passage.

Peut-être avons-nous été incapables de comprendre le propos du commissaire…  ce qui pourrait « expliquer » ce sentiment d’un travail « vite fait, mal fait », avec peu de considérations pour les artistes et pour les visiteurs. Les commentaires qui nous pourraient nous « éclairer » sont bien venus…

À oublier… Toutefois, plusieurs œuvres méritent attention…
Jusqu’au 22 octobre 2015

Le texte d’intention de Judicaël Lavrador, extrait du dossier de presse de Drawing Room 015 :

 « L’exposition à la galerie de l’Esbama est une image de ce qui se passe, de ce qu’on regarde, de ce qu’on fait devant nos écrans d’ordinateur : c’est-à-dire le plus souvent plusieurs choses à la fois. Les quatre wall-paintings constituent des fonds d’écran ou des fenêtres ouvertes, en partie masquées par d’autres sur lesquelles on n’aura pas entretemps résisté à la tentation de jeter un oeil. Une bande-son vient non pas relier l’ensemble, mais au contraire creuser cette schizophrénie numérique, qui fait qu’on mène de front plusieurs conversations à la fois, qu’on s’interrompt en plein travail pour regarder la bribe de vidéo qu’un ami c’est-à-dire une vague connaissance vient de nous envoyer. Le travail qu’on mène sur nos écrans d’ordinateurs obéit à une figure rhétorique : le coq-à-l’âne. L’exposition aussi. »

Liste des artistes présents :
Régine Kolle, Gerald Petit, Valentin Dommanget, Antoine Marquis, Anne Colomes, Cédrick Eymenier, James S. Taylor, Nicolas Lebrun, Christophe Sarlin, Mona Costa.

Retour sur Drawing Room 015

Après le festival Tropisme et les Boutographies, voici donc Drawing Room 015, le salon du dessin contemporain de Montpellier installé à La Panacée. On ne reviendra pas ici sur ces « accueils » et sur la réduction de la programmation de La Panacée qu’ils ont entraînée.

À l’évidence, les organisateurs de Drawing Room 015 ne semblent pas regretter le Carré Sainte-Anne. Les conditions d’accueil à La Panacée sont excellentes. Le salon bénéficie d’une partie des cimaises installées  pour la dernière exposition et la grande salle, sur la droite du patio, a été opportunément cloisonnée de manière à offrir des espaces confortables aux galeries présentes. À de très rares exceptions, l’éclairage est d’excellente qualité.

Toutefois, l’occupation de l’espace par cette 6° édition de Drawing Room reste très sage et un peu routinière. Dans les volumes de La Panacée, on retrouve peu ou prou la logique des stands parallélépipédiques communs aux foires d’art contemporain. Pas de perspectives audacieuses, ni de présentations innovantes, comme on a pu en voir à Art-O-Rama.

Pour cette édition, l’organisation du salon avait annoncé une sélection des galeries sur la base de « projets curatoriaux »… Il faut bien constater qu’il ne s’agissait là que d’un jargon dans l’air du temps, fréquent chez les organisateurs de foires… À la question « Qu’est-ce qui relie ces diverses propositions artistiques ? » on retiendra cette réponse spontanée et frappée du coin du bon sens du galeriste Bernard Jordan «  Et bien, c’est moi ! » N’est-ce pas suffisant ?
Naturellement, on évitera de confronter « projet curatorial » annoncé dans le dossier de presse et la présentation sur le salon, dans compte rendu de visite ci-dessous, …

Si l’ensemble offre quelques belles surprises, on retrouve souvent des œuvres récemment vues dans la région. Il faut souligner la qualité des accrochages. Cependant, il manque à Drawing Room des participations nationales ou internationales plus marquantes pour être plus qu’une manifestation locale ou régionale et atteindre un niveau plus attractif pour les amateurs comme pour les collectionneurs…  En deux éditions, Paréidolie le salon international du dessin contemporain de Marseille est devenu un événement majeur qui marque la rentrée dans le sud de la France avec Art‑O-Rama, la Nuit des galeries et les multiples vernissages qui les accompagnent… Une inévitable concurrence que Drawing Room ne peut ignorer…
On suivra donc avec intérêt la réflexion sur la construction d’un réseau, annoncé par Christian Laune, lors de l’ouverture du salon, un peu sur le modèle de Marseille-Expos ou de Botox(s) à Nice… On en reparlera prochainement.

Les informations pratiques sont sur la page Facebook et sur le site de Drawing Room.
Les expositions qui accompagnent Drawing Room feront l’objet d’autres billets.

Lire la suite Retour sur Drawing Room 015

Drawing room 015, à La Panacée

Du 7 au 11 octobre 2015, La Panacée accueille Drawing room 015, salon du dessin contemporain de Montpellier.

Pour cette la 6e édition, ce salon réunit douze galeries : cinq de Montpellier (AL/MA, Aperto, chantiersBoîteNoire, Iconoscope et  Vasistas) , deux parisiennes (Bernard Jordan et Olivier Robert) et cinq du Grand Sud (Gourvennec  Ogor  de Marseille), Le 22 de Nice, Le Lieu Commun de Toulouse, L’Isba de Perpignan et Snap Projects de Lyon.  Parmi ces dernières, trois seront présentes pour la première fois : Le 22 (Nice), Olivier Robert (Paris) et Snap Projects (Lyon).

Sur un ensemble de projets curatoriaux, les galeries ont été sélectionnées par un jury, composé de Franck Bauchard, directeur artistique de La Panacée, Emmanuel Latreille, directeur du FRAC Languedoc-Roussillon, et des directeurs des galeries AL/MA, Aperto, chantiersBoiteNoire et Iconoscope.

Drawing Room 015

On lira ci-dessous les 12 projets curatoriaux des galeries, tels qu’ils  sont présentés  par le dossier de presse.

Le salon est accompagnée d’expositions collectives :

  • Pendant le salon, à La Panacée, Ça charge  et du 8 au 22 octobre, à l’École supérieure des Beaux-Arts, Thanks Esbama ! , deux projets autour du dessin, du numérique et de la vidéo,sous le commissariat de Judicaël Lavrador.
  • À l’École nationale supérieure d’architecture, Dessins au Cube propose « quelques directions actuelles de l’art de dessiner », avec des œuvres de la collection du FRAC, sous le commissariat d’Emmanuel Latreille, du 7 au 28 octobre.
  • De son côté, Le FRAC Languedoc-Roussillon présente  Daniel Dezeuze – Dessins, un ensemble de 50 grands formats, du 8 octobre au 5 décembre.

Plusieurs conférences, soirées et  projections complètent la programmation.

Créé en 2009, sur l’initiative de  l’association « Les galeries de Montpellier – art contemporain », composée d’AL/MA, Aperto, chantiersBoîteNoire, Iconoscope et Galerie Vasistas, Drawing Room n’a pas connu d’édition 2014. On se souvient des épisodes houleux qui ont émaillé l’automne et l’hiver dernier, autour de la politique culturelle de la Ville de Montpellier et de la place de La Panacée. Après les Boutographies, ce centre de culture contemporaine accueille donc ce salon du dessin contemporain de Montpellier. On espère qu’il ne s’agira pas d’une simple occupation des locaux et que ce que promet le dossier de presse, une « programmation qui s’inscrit dans la perspective d’une vision élargie du dessin, en développant des évènements visuels autour des nouvelles technologies, en accord avec la programmation de La Panacée », ne sera pas à une simple formule de circonstance…

On en reparle dans un prochain compte rendu, après le vernissage du salon. Des chroniques particulières suivront éventuellement les visites des expositions qui accompagnent Drawing Room 015.

En savoir plus :
Sur le site de Drawing Room
Sur la page Facebook de Drawing Room

Lire la suite Drawing room 015, à La Panacée