Archives du mot-clé Avignon

Mirages d’Orient (2) : « Arbabesques »

La deuxième section de l’exposition Mirages d’Orient, grenades & figues de barbarie à la Collection Lambert commence par la présentation d’une série photos stéréoscopiques de Jean Nouvel qui précèdent une remarquable installation photographique de David Claerbout The Algiers’Sections of a Happy Moment.
Sur le toit d’une Casbah, en Algérie, une dizaine de jeunes hommes arrêtent leur match de football pour donner  à manger à une mouette. Pour réaliser cette saisissante vidéo de 37 minutes, le photographe belge a mis en œuvre un procédé photographique sophistiqué qui lui a permis de prendre plus de 50 000 photos de cette scène, sous différents angles, en quelques secondes …
David Claerbout trouble ainsi notre perception du temps. Il faut une attention soutenue pour comprendre qu’il s’agit d’un seul et même instant et que le montage présente un récit,  apparemment vrai, mais en réalité factice. Lentement,  une impitoyable réalité se révèle et  l’on comprend dans les regards les envies d’un ailleurs…
Il faut impérativement prendre le temps de s’asseoir et de se laisser embarquer dans cet étonnant moment « suspendu ».

David Claerbout Algier’s Sections of a Happy Moment, 2008
37′ single channel video installation, HD progressive stereo audio

Le parcours propose ensuite une collection disparate, souvent émouvante, parfois anecdotique de lettres, de croquis et de carnets de voyage d’Isabelle Eberhardt, de Théodore Monod, de Pascal Coste,d’Auguste Chabaud  ou encore du Corbusier

L’accrochage présenté dans la grande galerie montre quelques faiblesses. Le bleu des cimaises et la lumière naturelle que déversent les fenêtres en fin de matinée ne valorisent pas un ensemble hétérogène de toiles orientalistes du XIX°. La sélection proposée souffre peut-être du souvenir encore très présent de l’exposition l’Orientalisme en Europe que proposait la Vieille Charité à Marseille à l’été 2011.

Cependant, certaines toiles méritent l’attention. On retiendra en particulier la belle Esquisse pour Ruth et Booz, de Cabanel prêtée par le musée Fabre de Montpellier, le Portrait de l’acteur Lekain en Orosmane par Simon-Bernard Lenoir issu des  collections de la Comédie Française ou encore le Caïd marocain Tahamy de Jean-Joseph Benjamin Constant du musée de Narbonne. Ces tableaux sont accompagnés par un ensemble d’objets d’art prêté par le collectionneur André Réda Dadoun (éléments décoratifs, livres enluminés, objets de culte, bijoux et armes…)

Cette partie d’achève au deuxième étage sous les combles. Un lit turc de harem doré en fer forgé du début du XIXe siècle, déjà présent à Aix en 2011, fait face à l’Odalisque au coffret rouge prêté par le musée Matisse de Nice. Quatre seaux de hammam émaillés accompagnent l’ensemble et font lien avec le court-métrage tourné dans les bains de Budapest par l’artiste anglaise Tacita Dean, présent aussi à Aix, tout comme les photographies par Nan Goldin de son amant égyptien, Jabalowe.

On retrouve également le charmant petit tableau de A. Bonnichon, Peintre représentant dans son atelier son modèle en Orientale qui évoque l’attrait de l’orientalisme et sa représentation fantasmée à la fin du XIX°  siècle. Dans la veine du harem et des femmes aux bains, une toile assez faible de Georges Clairin côtoie une copie de l’académique Cléopâtre essayant des poisons sur des condamnés à mort de Cabanel.

Sans rapport direct avec ces œuvres, si ce n’est l’idée du mirage, une très belle installation de Kader Attia occupe un des espaces sous combles. Elle évoque par des vides les toits en tôle ondulée d’une casbah et les tours d’une médina dans un paysage en semoule de couscous.

Kader Attia, Untitled , 2009
(Couscous)

 

Lire sur ce blog :
Mirages d’Orient (1) : «Tangerama »
Mirages d’Orient (3) : « De Sardanapale à la place Tahir »

En savoir plus :
Le site de la Collection Lambert

A propose de David Claerbout
Hauser & Wirth Gallery
Galerie Micheline Szwajcer
Punta della Dogana – Fondation François Pinault

A propos de Tacita Dean
Presentation House Gallery
Marian Goodman Gallery

A propos de Nan Goldin
Sprüth Magers Gallery

A propos de Kader Attia
artnews.org

« Mirages d’Orient, grenades & figues de barbarie » à la Collection Lambert

Mirages-OrientL’exposition proposée par Eric Mézil à la Collection Lambert en Avignon confronte les visions d’un Orient souvent rêvé, quelquefois fantasmé, mais parfois aussi sans concessions  d’artistes des deux rives de la Méditerranée. Une relation à la fois forte et fragile… Un chassé-croisé entre présent et passé, entre occident et orient…

Mirages d’Orient, grenades & figues de barbarie. Chassé-croisé en Méditerranée.
Jusqu’au 28 avril à l’hôtel de Caumont et à l’Église des Ceslestins.

Dans le texte qu’il propose aux visiteurs, le directeur de la Collection Lambert, commissaire de cette exposition, rappelle :

« La grenade  est à la fois le fruit vénéré par chacune des trois religions monothéistes et le nom de la cité espagnole où ces religions ont su cohabiter en harmonie et  les figues de Barbarie, à la fois piquantes et douceâtres, allient toutes les contrées méditerranéennes qui vont de l’Atlas aux portes de l’Orient ».

La grenade est aussi une arme de guerre offensive. Ce que n’oublie pas Mona Hatoum dans les délicates sculptures en cristal de son installation Nature morte aux grenades. C’est cette œuvre, visible depuis l’extérieur, dans la rue Violette, qui a été choisie pour l’affiche de l’exposition.

Pour illustrer ces Mirages d’Orient et ce Chassé-croisé en Méditerranée,Eric  Mézil  a réuni  plus de 70 artistes d’hier et d’aujourd’hui

La richesse de l’exposition qui occupe l’ensemble de l’hôtel de Caumont et le nombre des œuvres exposées diluent parfois le discours, souvent généreux, d’Eric Mézil. Pratiquement tous les formes d’expression sont représentées.

Les œuvres très fortes côtoient des pièces plus mineures au caractère parfois anecdotique. La confrontation des objets est quelquefois moins immédiate, moins productive qu’elle ne l’était à Aix-en-Provence pour Voyage en Orient, De Pierre Loti à Nan Goldin présenté à la Galerie d’art du Conseil général , dans l’Hôtel de Castillon, fin 2011. Mais à cette période, le « Printemps Arabe » gardait encore son odeur de jasmin…

Aujourd’hui, les résultats des élections en Tunisie et en Égypte, l’actualité dramatique dans ces deux pays, la force des mouvements religieux, la guerre en Syrie semblent avoir freiné le vent de liberté et d’espoir du printemps 2011… Ce climat politique désenchanté donne peut-être le sentiment d’une exposition qui exige plus d’efforts au visiteur.

Toutefois, le foisonnement et la diversité des propositions présentées, l’élégance de la mise en espace et l’utilisation pertinente des œuvres les plus fortes réussissent toujours à rattraper l’attention quand elle décline.

L’exposition est construite en deux volets. Une première partie, « Tangerama » et « Arbabesques », montre la fascination exercée par ce Mirage d’Orient sur les artistes et les intellectuels occidentaux. Dans la section suivante,« De Sardanapale à la place Tahir »,  la place des artistes contemporains originaires de l’Orient s’affirme avec plus de force.  L’histoire ancienne vient faire écho aux évènements les plus contemporains.

Lire sur ce blog :
Mirages d’Orient (1) : «Tangerama »
Mirages d’Orient (2) : «Arabesque »
Mirages d’Orient (3) : «De Sardanapale à la place Tahir»

En savoir plus :
Le site de la Collection Lambert en Avignon.
Le dossier de presse.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Collection Lambert en Avignon : Lawrence Weiner et Vik Muniz

EXPOSITION
11 déc. 2011 > 13 mai 2012
Lawrence Weiner — Vik Muniz   Cet hiver, la Collection Lambert en Avignon présente une double exposition consacrée à Lawrence Weiner et Vik Muniz.   > Lawrence Weiner
After Crossing the river / Après la traversée du fleuve   > Vik Muniz
Le musée imaginaire
Via www.collectionlambert.fr