Archives du mot-clé Art

« J’aime les panoramas » au MuCEM

Après les musées d’Art et d’Histoire de Genève, l’été dernier,  le MuCEM présente « J’aime les panoramas », jusqu’au 29 février 2016, à Marseille.

Conçue à partir d’une réplique de Jean Dujardin dans OSS 117 : Le Caire, nid d’espions, l’exposition cherche à définir en six chapitres, ce qu’est la vision panoramique.

Plus de 400 objets illustrent un propos pluridisciplinaire, dense, complexe qui frôle parfois la confusion.  Sa lisibilité est desservie par une scénographie bavarde d’Adrien Rovero et un accrochage quelquefois incompréhensible.

Dommage car le projet était attrayant et l’exposition rassemble des objets et des œuvres remarquables…

Une sérieuse préparation de la visite s’impose, si l’on souhaite faire de « J’aime les panoramas » une expérience enrichissante. La dernière étape du parcours rassemble une exceptionnelle sélection de tableaux et d’œuvres contemporaines, exposition d’art dans l’exposition, qui  mérite à elle seule un passage par le MuCEM.

Origine et ambitions du projet

Jean-Roch Bouiller et Laurence Madeline, commissaires de l’exposition racontent la naissance de ce projet :

« Cette exposition est née d’un quiproquo autour de la réplique « J’aime les panoramas », prononcée par Jean Dujardin dans le film de Michel Hazanavicius, OSS 117 : Le Caire, nid d’espions. Ces quatre mots ont immédiatement cristallisé par sérendipité les principaux axes de réflexion autour de la notion de panorama. Cette phrase apparaît en effet d’une part comme un lieu commun que tout un chacun pourrait prononcer devant n’importe quel paysage, évoquant contemplation, insouciance et plaisir. D’autre part, le fait que cette parole soit prononcée devant le Canal de Suez, en 1955, un an avant sa nationalisation et les conflits subséquents, témoigne de la potentielle dimension géopolitique de toute entreprise destinée à proposer une vision englobante de la réalité. Les panoramas sont affaire de contemplation, certes, mais également d’appropriation, de domination, voire d’aliénation. »

OSS 117, Le Caire nid d’espions, © 2005 Gaumont - Mandarin Films - M6 Films 02
OSS 117, Le Caire nid d’espions, © 2005 Gaumont – Mandarin Films – M6 Films 02

Dans l’introduction du catalogue, ils en précisent les ambitions : « [L’exposition] cherche à définir ce que peut être la vision panoramique en provoquant une rencontre entre les apports théoriques de l’histoire sociale et politique, de l’histoire de l’art, de la philosophie esthétique, de la sociologie, de la géographie et des œuvres qui, avec leur langage propre, se frottent elles aussi à cette vision ».

Un parcours très dense, une scénographie et un accrochage confus

Avec plus de 400 objets (œuvres d’art, documents historiques, archives, photographies, extraits de films, objets de la vie quotidienne ou liés à l’industrie du tourisme, etc.), le parcours s’organise en six étapes. Il cherche à multiplier les points de vue avec des approches historiques, sociologiques et artistiques du panorama.

J'aime les panoramas (Le dispositif panoramique), Vue de l'exposition au MuCEM, 2015
J’aime les panoramas (Le dispositif panoramique), Vue de l’exposition au MuCEM, 2015

Malheureusement, « J’aime les panoramas » n’arrive pas à interroger, à captiver et à émouvoir, comme l’avaient réussi « Le Noir et le Bleu » et  « Lieux Saints partagés ».

J'aime les panoramas (Le panorama comme relevé), Vue de l'exposition au MuCEM, 2015
J’aime les panoramas (Le panorama comme relevé), Vue de l’exposition au MuCEM, 2015

L’ambition du projet, la densité et la diversité du discours, l’éclectisme et l’abondance des objets présentés et surtout  une scénographie compliquée, touffue, bavarde d’Adrien Rovero et un accrochage brouillon, parfois illisible épuisent peu à peu l’attention du visiteur, dont le regard s’égare et finit par se perdre…

J'aime les panoramas (La construction du point de vue), Vue de l'exposition au MuCEM, 2015
J’aime les panoramas (La construction du point de vue), Vue de l’exposition au MuCEM, 2015

C’est regrettable car les intentions étaient particulièrement intéressantes et parmi les objets exposés, on trouve de véritables pépites et des œuvres remarquables.

J'aime les panoramas (Le panorama comme récit), Vue de l'exposition au MuCEM, 2015
J’aime les panoramas (Le panorama comme récit), Vue de l’exposition au MuCEM, 2015

Cependant, « J’aime les panoramas » peut offrir des découvertes captivantes et poser des questions pertinentes à la condition d’en préparer très soigneusement la visite.

Préparer une visite de l’exposition

Les textes de salle sont assez succincts. Quelques cartels sont enrichis par des textes issus du catalogue, mais ils ne constituent pas un réel fil conducteur pour la visite. On suggère donc de suivre une visite guidée ou d’utiliser l’audioguide (limité toutefois à 15 moments du parcours).
Pour préparer la visite, le site du MuCEM offre des informations utiles et quelques ressources. On conseille la lecture du dossier pédagogique à destination des enseignants, disponible en ligne.

La dernière partie « L’homme face au grand paysage » rassemble une exceptionnelle sélection d’œuvres d’art  qui peut faire l’objet d’une visite séparée.

Si on passe une journée à Marseille, on conseille de fragmenter sa visite en au moins deux parties. Si on est marseillais ou si l’on vient régulièrement à Marseille, plusieurs visites peuvent s’imposer.

Une programmation culturelle importante accompagne l’exposition. Les enregistrements  des rencontres et des débats mis en ligne permettent de construire ou d’enrichir l’expérience de visite.

David Hockney, A closer Grand Canyon, 1988 © David Hockney_photo Richard Schmidt_1
David Hockney, A closer Grand Canyon, 1988 © David Hockney_photo Richard Schmidt_1

Le catalogue, coédité par le MuCEM et Flammarion, propose des essais de Jean-Marc Besse, Jan Blanc, Jean-Roch Bouiller, Hervé Brunon, François Cheval, Michel Collot, Bernard Comment, Céline Flécheux, Laurence Madeline, Michel Maffesoli, Alexandre Quoi et Alice Thomine-Berrada.
CatalogueS’ils donnent des éclairages scientifiques additionnels à l’exposition,  leur complémentarité  avec les objets présentés n’est pas toujours manifeste.
Le format « panoramique » du catalogue offre des reproductions de très bonne qualité. Quelques œuvres bénéficient de « dépliants », une initiative originale, mais qui s’avère assez peu pratique.
La mise en page est parfois déroutante. D’incompréhensibles réserves blanches coupent quelques articles sans raison évidente, donnant ainsi l’impression que certaines illustrations prévues ont été oubliées ou supprimées.
Une bibliographie très complète permet un approfondissement du sujet pour ceux qui le souhaitent.

Commissariat : Jean-Roch Bouiller, conservateur en chef, responsable du secteur art contemporain au MuCEM et Laurence Madeline, conservateur en chef, responsable du pôle Beaux-Arts des Musées d’Art.

En savoir plus :
Sur le site du MuCEM
Sur la page Facebook du MuCEM
Suivre le MuCEM sur Twitter, Instagram et Dailymotion
Le MuCEM propose de contribuer en ligne à un panorama infini et participatif (#PANORAMAEXQUIS)

Publicités

Aline Ribière avec Lauriane Bozier : Habillage rituel de La Robe du Japon

Aline Ribière avec Lauriane Bozier : Habillage rituel de La Robe du Japon

Affluence considérable le samedi 18 janvier à La Fenêtre pour la performance Habillage rituel de La Robe du Japon par Aline Ribière avec  Lauriane Bozier

Moment magique, attention soutenue du public pour ce rituel, envêtement  de 27 robes superposées…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La performance proposée par Aline Ribière a complété avec délicatesse et sensualité Architexture (du corps), l’exposition qu’elle présente jusqu’au 8 février 2014, au centre d’art La Fenêtre.
Elle a permis  de visualiser le rapport à l’espace, le passage du plat au volume et sa réversibilité, essentiel dans son travail. La lenteur de cet Habillage rituel a montré combien le temps est un des éléments importants dans sa recherche et dans sa production.

Aline Ribière commentera son exposition les 21 et 25 janvier à 18 h 30. Elle animera un workshop Habits habités avec Marc Guiraud du 18 au 22 février 2014, après le démontage de l’exposition.

Lire la chronique à propos d’Architexture (du corps)

Aline Ribière, Architexture (du corps) au centre d’art La Fenêtre à Montpellier

Le centre d’art La Fenêtre présente, jusqu’au 8 février 2014, le dernier volet de son Triptyque Textile : Architexture (du corps), une exposition, une performance et un workshop d’Aline Ribière.

La plasticienne résume ainsi sa démarche et le projet de cette exposition :

« Certains peignent, d’autres sculptent, je fais des « vêtements », mais il s’agit bien de la même démarche. Celle qui donne forme à l’imaginaire corporel .»

«Depuis plus de 30 ans, je travaille sur un même objet, l’enveloppe du corps. De la peau à l’enveloppement vestimentaire, la présence – absence du corps est le centre de mon travail de plasticienne. Pendant longtemps j’ai parlé de vêtements, de vêtements de l’imaginaire, d’enveloppes corporelles, d’enveloppements vestimentaires, d’envêtements; aussi de robes, d’habits habités, de territoires corporels, d’épélations, d’empreintes, de mues, de reliques.

L’exposition au Centre d’art La Fenêtre rappelle que ma recherche, depuis toujours, se nomme comme Architextures (du corps). Au long des années, j’ai pu faire appel à des techniques variées et à des matériaux aux textures multiples. Une forme de « traversée du textile » m’a menée vers des matériaux imprévus, toujours dans la recherche d’une correspondance avec la peau, et ses enjeux.»

Les œuvres sélectionnées pour cette exposition illustrent quelques moments importants du parcours d’Aline Ribière, de cette « traversée du textile ». On ressent rapidement que son travail est traversé par des thématiques récurrentes qui  «gravitent autour de ce qui se joue du dedans-dehors du corps à l’endroit de l’enveloppement vestimentaire»[1], de la trace et de l’empreinte du corps.

La diversité et la richesse des matières et des textures, la force et la sensualité des œuvres exposées accrochent naturellement le regard du visiteur, provoquent l’émotion et interrogent sur la nature du concept.

Il ne faut pas manquer cette occasion de découvrir l’univers à la fois intense et délicat d’Aline Ribière. Lire la suite Aline Ribière, Architexture (du corps) au centre d’art La Fenêtre à Montpellier

Aline Ribière, Architexture (du corps) au centre d’art La Fenêtre à Montpellier

Affiche_1Du 13 décembre 2013 au 8 février 2014, le centre d’art La Fenêtre présente dans le cadre de  Triptyque Textile, Architexture (du corps), une exposition, une performance et un workshop  d’Aline Ribière.
La performance Habillage rituel de la robe du Japon avec Lauriane Bozier et Aline Ribière est programmée pour le 18 janvier 2014.
L’atelier ouvert au public Habits habités avec Aline Ribière et Marc Guiraud doit se dérouler du 18 au 22 février 2014.

En pratique :
Entrée libre du mercredi au samedi de 15h à 19h et sur rendez-vous.
Exposition fermée du 22 décembre 2013 au 7 janvier 2014.

Lire la chronique à propos de cette exposition

Max Ernst et Iliazd, Maximiliana ou l’exercice illégal de l’astronomie, au musée Regards de Provence, Marseille

Max Ernst et Iliazd, Maximiliana ou l’exercice illégal de l’astronomie, au musée Regards de Provence, Marseille

Depuis la mi-octobre, le musée Regards de Provence a choisi de mettre en rapport des œuvres d’art (peintures, des sculptures, des dessins et des photographies) et des œuvres littéraires ( romans, essais, poèmes et témoignages), à travers deux expositions :  Femmes en Provence et en Méditerranée et  La Provence, terre de rencontres.

Nous reviendrons sur ces deux expositions dans une prochaine chronique. Ce billet est consacré à la présentation, dans le hall du musée,  d’un ouvrage mystérieux, une pièce majeure du livre illustré au XXe siècle :  Maximiliana ou l’exercice illégal de l’astronomie, fruit d’une collaboration étroite entre le peintre Max Ernst et Ilia Zdanevitch, dit Iliazd, poète et éditeur.
Lire la suite Max Ernst et Iliazd, Maximiliana ou l’exercice illégal de l’astronomie, au musée Regards de Provence, Marseille