Archives pour la catégorie La Barak

Le murmure de la matière à la Barak

Du 15 janvier au 12 février 2016, La Barak accueille Le murmure de la matière, une exposition photographique interactive et sonore avec des photographies de Didier Cot, des échantillons  sonores de Bruno Navarra et Didier Cot et une composition algorithmique de Luc Marty.

À la lecture de l’invitation pour le vernissage, ce projet annonce « une démarche acousmatique singulière » construite à partir d’ « une vingtaine de photographies noir et blanc grand format 60x80cm illuminée en lumière UV représentant le monde de l’infiniment petit. Le spectateur entre dans l’intimité de la matière baigné dans une lumière bleue, évoquant ce monde invisible à nos yeux, cette ambiance est renforcée par une musique issue de données expérimentales d’analyse de la matière. Des bornes interactives permettent au spectateur d’être acteur de cette expérience ».

On lira ci-dessous une présentation de Le Bruit des Atomes ou Le Murmure de la Matière  extraite du site dédié au projet .

Ouvert au public du mercredi au samedi de 14h à 18h30
Vernissage le 15 janvier à 18h30

En savoir plus :
Sur le site dédié au projet Le Murmure de la Matière
Sur le site de A La Barak
Sur la page Facebook de A La Barak

Lire la suite Le murmure de la matière à la Barak

Publicités

Olivier Scher, Enfantillage(s) à La Barak, Montpellier

Du 11 janvier au 15 février, Olivier Scher présente l’exposition Enfantillage(s) à La Barak, Montpellier

Vernissage le 11 Janvier 18h30
Ouvert du mardi au samedi, de 10h30 à 12h30 et de 14h30 à 19h.

Texte de présentation par l’éthologiste Marie Bourjade :

Avec « Enfantillage(s) », l’œil du photographe questionne la relation à l’Animal.
L’ensemble des diptyques photographiques qui composent ce travail insiste sur l’établissement et la construction de cette relation. L’Animal y est représenté inanimé, prisonnier de situations en apparence opposées qui tour à tour interrogent nos représentations ; il est « apprivoisé » dans le symbole de la peluche ou radicalement « dominé » dans le symbole de la mort. Photographier l’animal mort, victime de la route, ne se veut aucunement culpabilisateur. C’est une mort fortuite qui est révélée, dont l’indifférence fait écho au bouillonnement innocent du jeu des enfants. 

Dès l’enfance, le rapport à l’animal semble tissé de liens affectifs forts symbolisés dans la relation à la peluche. On y lit l’empathie pour l’Animal familier, le compagnon sur lequel nous projetons nos croyances et nos affects, et pour l’Animal domestique aussi, celui que nous avons en partie façonné pour répondre à nos besoins. Mais cette lecture se fait en miroir de l’ignorance de l’Animal sauvage victime de nos routes. Le contraste du diptyque choque et dérange. Pour chacun, nous passons de l’insouciance contenue dans une relation infantile à l’ignorance littéralement écrasante qui participe d’un rapport sociétal.

La photographie, telle qu’elle est utilisée ici provoque l’interrogation. De ce mode relationnel hérité de l’enfance, que conservons-nous à l’âge adulte ou encore à l’échelle de nos sociétés ? L’ignorance renvoie-t-elle à l’indifférence pour l’Animal sauvage ou bien à une méconnaissance de celui-ci? En un sens, « Enfantillage(s) » ne nous rappelle-t-il pas qu’à l’inverse de la peluche, l’animal sauvage n’est pas un compagnon qui partage nos émois mais des milliers d’espèces qui disposent chacune de leur monde sensitif propre ?

Marie Bourjade, Ethologiste

En savoir plus :
Invitation sur la page Facebook de l’Atelier La Barak
Sur le site d’Olivier Scher, le portfolio Enfantillage(s)
Sur la page Facebook d’ Olivier Scher
Le blog d’ Olivier Scher

Boutographies 2013 : En attendant le prix du public

Selon la page Facebook des Boutographies, près de 9.000 visiteurs sont venu apprécier les travaux des photographes sélectionnés cette année.

Inauguré en 2009, le prix du public récompense le travail d’un des photographes que le public a choisi par vote.

C’est avec un grand plaisir que l’on peut voir l’intérêt des visiteurs pour le prix du public. C’est en général avec beaucoup de soin qu’ils remplissent  leur bulletin de vote. Il est manifeste qu’une très grande attention est portée aux œuvres exposées avant qu’une case soit cochée. Les discussions entre les membres d’un groupe sont souvent captivants et quelquefois passionnés…

Les Boutographies montre avec ce prix du public qu’il y a un réel intérêt du public pour les initiatives participatives dans les expositions d’art. Il ne serait pas inutile que les commissariats y portent quelque attention…

Pour ma part, le travail de Christine Mathieu avec Quest of silence et celui de Sabrina Teggar (Mnémosyne et boite de Pandore) ont particulièrement retenu mon attention…

Vous avez jusqu’au 17 mars pour visiter l’exposition du Pavillon Populaire et celle de la Galerie Saint-Ravy… pour exprimer votre choix !

N’oubliez pas les expos hors les murs…

Les lieux : le Pavillon Populaire, la Galerie St Ravy, la Galerie Annie Gabrielli, la Galerie A la Barak, l’Espace Transit, le Centre d’art La fenêtre

En savoir plus :
Le site des Boutographies (programme, jurys, sélection officielleprojection du jury, sélection « hors les murs »…)
La page Facebook des Boutographies
Le Pavillon Populaire sur le site de la ville de Montpellier
La page Facebook du Pavillon Populaire
Le site de la Galerie Annie Gabrielli
Le site de la Galerie A la Barak
Le site de l’Espace Transit
Le site du Centre d’art La fenêtre

Boutographies 2013 – les rencontres photographique de Montpellier

Les 13° rencontres photographiques de Montpellier jusqu’au au 17 Mars 2013

« Les Boutographies, Le Festival des Photographies de Création Contemporaines. Ce sont au total trente-sept photographes que nous vous invitons à découvrir cette année – quatorze en accrochage et vingt-trois en projection – auxquels s’ajoutent ceux que présenteront les lieux partenaires de la manifestation, dans toute la ville. Car Les Boutographies, ce n’est pas seulement l’un des plus beaux espaces d’exposition que l’on puisse trouver dans la région. Pour le grand public, c’est aussi nombre de rencontres et d’occasions en tout genre de se dégourdir la créativité photographique. Pour les photographes, c’est un forum où se croisent experts, journalistes, galeristes et critiques, tous à l’écoute et à l’affût des talents qu’ils choisiront de promouvoir dans leurs différents réseaux.» Extrait de l’édito de l’équipe des Boutographies – Programme.

Les lieux : le Pavillon Populaire, la Galerie St Ravy, la Galerie Annie Gabrielli, la Galerie A la Barak, l’Espace Transit, le Centre d’art La fenêtre

En savoir plus :
Le site des Boutographies (programme, jurys, sélection officielleprojection du jury, sélection « hors les murs »…)
La page Facebook des Boutographies
Le Pavillon Populaire sur le site de la ville de Montpellier
La page Facebook du Pavillon Populaire
Le site de la Galerie Annie Gabrielli
Le site de la Galerie A la Barak
Le site de l’Espace Transit
Le site du Centre d’art La fenêtre