Made in Algeria – Genealogie d’un territoire au MuCEM

Du 20 janvier au 2 mai 2016, le MuCEM (Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée) présente à Marseille « Made in Algeria, généalogie d’un territoire » une exposition « dédiée à la cartographie et à son développement dont la conquête et l’expansion française en Algérie ont été le moteur ».

Reinier et losua Ottens, Nouvelle carte du royaume d'Alger divisée en toutes ses provinces, Amsterdam, vers 1750 - : Provenance : Bibliothèque nationale de France © BnF
Reinier et losua Ottens, Nouvelle carte du royaume d’Alger divisée en toutes ses provinces, Amsterdam, vers 1750. Bibliothèque nationale de France © BnF

Le projet a été imaginé par le MuCEM en collaboration avec l’Institut national d’histoire de l’art (INHA), la Bibliothèque nationale de France (BnF) et avec le soutien du  Ministère de la Culture de la République et de l’Ambassade de France à Alger.

Horace Vernet, Prise de Bône, 27 mars 1832, 1835. Musée national des châteaux de Versailles et de Trianon © RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot
Horace Vernet, Prise de Bône, 27 mars 1832, 1835. Musée national des châteaux de Versailles et de Trianon © RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot

Commissariat général  est assuré par Zahia Rahmani, responsable du domaine Arts et mondialisation à l’Institut national d’histoire de l’art et Jean-Yves Sarazin, directeur du département des Cartes et plans de la Bibliothèque nationale de France.
La scénographie a été confiée à Cécile Degos.

Katia Kaméli, l'œil se noie, 2015. Collection de l'artiste © Katia Kaméli
Katia Kaméli, l’œil se noie, 2015. Collection de l’artiste © Katia Kaméli

Une conversation avec Zahia Rahmani, publiée par le récent numéro d’Art Press (429), laisse présagée une exposition particulièrement intéressante qui doit réunir « un ensemble de cartes, dessins, peintures, photographies, films et documents historiques ainsi que des œuvres d’artistes contemporains qui ont arpenté le territoire algérien ».

Zineb Sedira, Série 1 - Les terres de mon Père, 2015, série de 9 photographies. Collection de l’artiste. Courtesy Zineb Sedira et galerie Kamel Mennour, Paris © Adagp, Paris 2015
Zineb Sedira, Série 1 – Les terres de mon Père, 2015, série de 9 photographies. Collection de l’artiste. Courtesy Zineb Sedira et galerie Kamel Mennour, Paris
© Adagp, Paris 2015

L’exposition a été précédée par séminaire bimensuel à l’INHA en 2015.

On attend avec beaucoup d’intérêt cet événement. On revient sur Made in Algeria, généalogie d’un territoire après un passage au MuCEM.

À lire ci-dessous le communiqué de presse du MuCEM
Un blog très complet est dédié au programme Made in Algeria, généalogie d’un territoire . Il est hébergé sous forme d’un carnet de recherche sur le site hypotheses.org

En savoir plus :
Sur le blog Made in Algeria, généalogie d’un territoire hébergé par hypothese.org
Sur le site du MuCEM
Sur la page Facebook du MuCEM
Sur le site de la BnF
Sur le site de l’INHA

Communiqué de presse :

L’exposition « Made in Algeria, généalogie d’un territoire » est le fruit d’une étroite collaboration entre l’Institut national d’histoire de l’art (INHA), la Bibliothèque nationale de France (BnF) et le Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MuCEM).

Il s’agit de la première exposition d’envergure consacrée à la représentation d’un territoire, l’Algérie.

« Made in Algeria » montre comment l’invention cartographique a accompagné la conquête de l’Algérie et sa description.

L’exposition réunit un ensemble de cartes, dessins, peintures, photographies, films et documents historiques ainsi que des œuvres d’artistes contemporains qui ont arpenté le territoire algérien. Près de 200 pièces sont présentées provenant des plus grands musées français et étrangers ainsi que des créations contemporaines inédites… Un ensemble de cartes originales, d’une qualité esthétique rare, est pour la première fois montré au public.

Nicolas Berlinguero, Plano y Perfil de la Ciudad, y Bahia de Argel, 1775, carte manuscrite, 49,8 X 71 cm. Bibliothèque nationale de France © BnF
Nicolas Berlinguero, Plano y Perfil de la Ciudad, y Bahia de Argel, 1775, carte manuscrite, 49,8 X 71 cm. Bibliothèque nationale de France © BnF

« Made in Algeria, généalogie d’un territoire » est une exposition dédiée à la cartographie et à son développement dont la conquête et l’expansion française en Algérie ont été le moteur. Au-delà de l’intérêt topographique et de la beauté esthétique des cartes présentées dans l’exposition, la nécessité de rendre compte de la généalogie de cette aventure et de la subjectivité politique qui s’y est inscrite s’imposait. L’espace blanc de la carte joua un rôle majeur quant à l’invention d’un territoire, de son orientation culturelle et du récit qui a été fait de lui. Ce dernier recouvrira longtemps la possibilité d’appréhender autrement le mode d’être et le passé des habitants de ce pays.

La guerre d’Algérie n’est pas le sujet de l’exposition. C’est ce qui s’est passé en amont de cette guerre qui est présenté. « Made in Algeria, généalogie d’un territoire » veut rendre compte par les images, la cartographie et les relevés de terrain, de ce long et singulier processus qu’a été, à dire vrai, l’impossible conquête de l’Algérie. Les conflits même résiduels n’y ont jamais cessé durant toute la période de la colonisation.

C’est une exposition dédiée à la représentation d’un pays et de sa terre, l’Algérie. Une tentative de mise à plat d’une aventure moderne qui a commencé il y a plus de deux siècles et dont les effets durent jusqu’à aujourd’hui : la fabrique coloniale d’un territoire.

Théodore Gudin, Attaque d’Alger par terre et par mer, 29 juin 1830, 1831, huile sur toile, 129 X 193 cm. Musée national des châteaux de Versailles et de Trianon © RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot
Théodore Gudin, Attaque d’Alger par terre et par mer, 29 juin 1830, 1831, huile sur toile, 129 X 193 cm. Musée national des châteaux de Versailles et de Trianon © RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot

Lorsque les Français débarquent à Sidi Ferruch en juin 1830, ils connaissent très mal le territoire de la Régence ottomane. Pour les Européens, seule compte la longue frange littorale. Ensuite, de la conquête d’Alger à la fin de la guerre contre Abd el-Kader, l’Algérie est le domaine des militaires.

Adrien Dauzats, Le passage des Portes de fer, 1841, série de six aquarelles et gouaches sur papier, 64,5 x 88 cm. Musée national des châteaux de Versailles et de Trianon © RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot
Adrien Dauzats, Le passage des Portes de fer, 1841, série de six aquarelles et gouaches sur papier, 64,5 x 88 cm. Musée national des châteaux de Versailles et de Trianon © RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot

À mesure que l’armée d’Afrique conquiert le territoire algérien, l’imagerie ne va pas cesser de s’emparer des nombreuses expéditions façonnant une vision de ce territoire. Vision qui se développe par la suite, avec la forte symbolique des noms de lieux. Partout, et jusqu’à l’indépendance, vont se substituer aux noms autochtones des noms nouveaux donnés à des centres de colonisation ou à des villes algériennes rebaptisées. Ensuite, cette représentation se trouvera d’autres objectifs : comme le démontre Todd Shepard dans sa contribution au catalogue, depuis la fin du XIXe siècle jusqu’à 1962, les commentateurs vont décrire l’Algérie comme une terre d’expansion, une « frontière » censée revivifier la France. Ce pays a été durant plus d’un siècle un laboratoire majeur tant dans le domaine de l’agriculture, du tourisme, de l’architecture, des sciences et de la surveillance territoriale. Après l’indépendance, la construction de l’image du territoire algérien et d’une auto-représentation demeure un processus extrêmement complexe.

Raphaëlle Paupert-Borne, Peintures de voyage – Constantine 2010, série de 20 tableaux sur tuteur bois, acrylique sur toile, formats divers. Collection de l'artiste © Raphaëlle Paupert-Borne, photo David Giancatarina
Raphaëlle Paupert-Borne, Peintures de voyage – Constantine 2010, série de 20 tableaux sur tuteur bois, acrylique sur toile, formats divers. Collection de l’artiste © Raphaëlle Paupert-Borne, photo David Giancatarina

Cette exposition d’envergure inaugure une nouvelle histoire de la représentation de l’Algérie en France. Les œuvres contemporaines de l’exposition sont pour la plupart inédites. Elles sont de Louisa Babari, Mohammed Dib, Hassen Ferhani, Mostafa Goudjil, Katia Kameli, Mohamed Kouaci, Gaston Revel, Dalila Mahdjoub, Jason Oddy, Raphaëlle Paupert-Borne, Zineb Sedira, Ahmed Zir et Hellal Zoubir. Elles donnent existence à un autre récit de la conquête, elles participent d’un contrechamp, qui pourrait être celui du peuple algérien, tant la qualité du patrimoine exposé ne peut occulter la charge de ce qu’il a effacé.

Jason Oddy, Concrete Spring / Printemps béton, 2013, série de 14 photographies couleur, tirages numériques, 30 x 40 et 70 x 90 cm. Collection de l'artiste. © Courtesy Jason Oddy / Gallery Vassie, Amsterdam
Jason Oddy, Concrete Spring / Printemps béton, 2013, série de 14 photographies couleur, tirages numériques, 30 x 40 et 70 x 90 cm.
Collection de l’artiste. © Courtesy Jason Oddy / Gallery Vassie, Amsterdam

Le parcours de l’exposition se décline en quatre temps :

  • Vue de loin – Un territoire vu du large avant 1830
  • Tracer le territoire – De la conquête à la colonisation – Après 1830
  • Capter l’Algérie – De l’excès de l’imagerie à la fin de l’Algérie Française
  • Au plus près –  Aperçus de l’Algérie après 1962

Porteuse de la nécessité de présenter au public un patrimoine sensible et unique qui ne peut que permettre une meilleure compréhension du présent, l’exposition a bénéficié de la générosité sans faille des responsables de collections publiques et d’un soutien moral et éthique à la hauteur des enjeux culturels, historiques et politiques d’une telle exposition. Leur concours a été décisif. Ils doivent être particulièrement cités, tant les collections exceptionnelles qu’ils détiennent sur l’Algérie ont été mises à contribution : la Bibliothèque nationale de France, le Musée national des châteaux de Versaille et de Trianon, le Service historique de la Défense à Vincennes, le Musée de l’Armée, les Archives nationales d’Outre-Mer et les Archives du Ministère des Affaires étrangères et du Développement international ; mais aussi le Greenwich National Maritime Museum de Londres et le musée Boucher-de-Perthes d’Abbeville, ainsi que des collections privées : le fonds de la maison d’édition Baconnier, le Centre Diocésain des Glycines à Alger, les fonds photographiques Gaston Revel, Mohammed Dib et Mohamed Kouaci.

Le catalogue rend compte de l’histoire du territoire algérien par un ensemble de textes et d’essais inédits de Nacéra Benseddik, Hélène Blais, Daho Djerbal, François Dumasy, Nadira Laggoune, Zahia Rahmani, Jean-Yves Sarazin, Nicolas Schaub, Todd Shepard, Fouad Soufi et Sylvie Thénault.

Une collaboration exceptionnelle s’est exercée pour « Made in Algeria » entre trois institutions nationales : la BnF, l’INHA et le MuCEM. L’exposition a bénéficié au cours de son élaboration du soutien bienveillant des autorités de la République Algérienne Démocratique et Populaire, de son Ministère de la Culture et de l’Ambassade de France à Alger.

Commissariat général :
Zahia Rahmani, responsable du domaine Arts et mondialisation à l’Institut national d’histoire de l’art
Jean-Yves Sarazin, Directeur du département des Cartes et plans de la Bibliothèque nationale de France.

Scénographie : Cécile Degos

Publicités

3 réflexions sur « Made in Algeria – Genealogie d’un territoire au MuCEM »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s