Iwan Baan, 52 weeks, 52 cities à pierresvives

Du 14 janvier au 26 mars, la galerie d’exposition de pierresvives présente 52 weeks, 52 cities, une proposition en forme de carnet de voyage du photographe hollandais, Iwan Baan.

Créée pour le musée Marta Herford, en 2013, 52 weeks, 52 cities nous promet selon le communiqué de presse de « saisir ce qu’est l’architecture aujourd’hui. L’architecture des stars, Rem Koolhaas, Zaha Hadid, Steven Holl, Herzog et De Meuron, Toyo Ito, Sanaa, Diller Scofidio & Renfro, mais aussi l’architecture vernaculaire, sans architecte ».

Iwan Baan a découvert pierresvives en 2012, lorsque l’architecte Zaha Hadid lui a commandé des photos du bâtiment.

On en reparle éventuellement après le vernissage public, annoncé pour le jeudi 14 janvier 2016 à 18h30. Il sera suivi d’une conférence d’ Iwan Baan à 20 h.

À lire ci-dessous, une présentation de l’exposition et un portrait d’Iwan Baan, extraits du dossier de presse.

En savoir plus :
Sur le site de pierresvives
Sur la page Facebook de pierresvives
Sur le site d’Iwan Baan
Sur la page Facebook d’Iwan Baan
Suivre Iwan Baan sur Instagram
52 weeks, 52 cities sur le site du musée Marta Herford

Interview (en anglais) d’Iwan Baan par Kunst+Film à l’occasion du salon d’architecture de Cologne, en 2014.

Lire la suite Iwan Baan, 52 weeks, 52 cities à pierresvives

Publicités

Stanza de Joëlle Gay à l’Aperto

Du 16 au 31 janvier 2016, Aperto, lieu d’art contemporain à Montpellier présente Stanza, une exposition de Joëlle Gay.

Le site de l’association présente ainsi l’artiste et le projet Stanza :

Joëlle Gay est sculpteur au sens le plus large que l’on puisse donner à ce terme, créatrice d’installations subtiles, elle transforme toutes les données de l’espace en principes de perception.

Stanza est une installation de volumes de 30 à 38 cm, d’assemblages fragiles qui ont (…) un petit coté amusé, voire drolatique (…) ; pour un équilibre inattendu. Petits guerriers prêts pour un ailleurs (…) ; ils ont par jeu, un air de famille ; sur le champ, ils vont partir à l’assaut de la verticalité. Etrange petit monde, métaphore d’assemblages imprévus et de connexions obligées où nous conduit un monde globalisé.

Joëlle Gay, Stanza (détail)
Joëlle Gay, Stanza (détail)

Capteurs et réceptacles des mémoires émotionnelles et visuelles de l’artiste, ces assemblages valorisés en originaux, sont transformés par une alchimie subtile en une équivalence sensorielle de gammes harmoniques.
L’orchestration résolument décidée de ces méta-morphoses entretiennent un rythme et un dialogue inédit avec l’air qui passe, les découpes, les intervalles, les pleins, les pointes colorées, les vides, comme autant de plantules sorties de leurs phases de germination.

Extrait texte de Claude Sarthou, novembre 2015.

« … la sculpture en tant qu’objet, n’a aucunement besoin de recourir à un artifice, elle devrait courir sa chance comme n’importe quel objet, en ne comptant que sur elle-même » Brancusi.

Joëlle Gay vit et travaille à Montpellier.
Elle fait partie du collectif DHS fondé en 2003.

Vernissage vendredi 15 janvier 2016 à 18h30
Accueil du public et médiation : du mardi au dimanche, de 14h à 18h30.
On revient éventuellement sur cette proposition après un passage à l’Aperto

En savoir plus :
Sur le site d’Aperto
Sur la page Facebook d’Aperto