Jesús Rafael Soto. Une rétrospective

Du 12 décembre au 30 avril 2016, le musée Soulages présente à Rodez une rétrospective consacrée à Jesús Rafael Soto, première rétrospective en France depuis presque 20 ans, pour cette figure emblématique du cinétisme.

Jesús Rafael Soto, doble progresion azul y negra, 1975 - Une rétrospective au musée Soulages. Photo : Rodez Agglomération
Jesús Rafael Soto, doble progresion azul y negra, 1975 – Une rétrospective au musée Soulages. Photo : Rodez Agglomération

Le parcours est construit autour d’une cinquantaine d’œuvres souvent spectaculaires par leurs dimensions et par leurs effets. Cette sélection témoigne de différentes périodes  de l’artiste, de 1950 jusqu’à sa mort en 2005 : spirales duchampiennes, carrés flottants, écritures abstraites, vibrations soutenues, polychromies avec tés, cubes aériens, volumes virtuels, Cuadrados…

Soto au musée Soulages apparaît comme une évidence…  Dans un avant-propos à  cette rétrospective (lire ci-dessous), Benoît Decron, directeur du musée, exprime avec justesse ce qui rassemble les deux artistes et la pertinence de cette exposition :

« Une utilisation immatérielle de la lumière d’une part, celle qui donne la vie aux grandes toiles de Soulages, celle qui joue dans les trames, entre les fils, entre les tiges chez Soto. Dans les deux cas, cette lumière est offerte au spectateur, metteur en scène qui visuellement et physiquement accorde cette lumière à l’œuvre proposée. D’où la subtile géographie de l’accrochage, le parcours ».

Cette rétrospective bénéficie de prêts de collections particulières et du concours essentiel de l’atelier Soto. Le Centre Pompidou apporte quelques œuvres importantes, provenant notamment de la donation – dation Soto.

Le commissariat a été confié à Matthieu Poirier qui fut, avec Serge Lemoine, commissaire de « Dynamo », une mémorable exposition au Grand Palais, en 2013. Il est accompagné par Benoît Decron, conservateur en chef du patrimoine, directeur des musées du Grand Rodez et assisté par l’équipe du musée Soulages (Aurore Méchain, attachée de conservation du patrimoine, directrice adjointe du musée et Amandine Meunier, responsable des collections).

Jean Paul Ameline présente «Senegalés, 1988», à l’occasion de l’exposition Soto au Centre Pompidou, en 2013.

On lira ci-dessous l’avant-propos des commissaires, extrait du dossier de presse.

En savoir plus :
Sur le site du musée Soulages
Sur la page Facebook du musée Soulages
Suivre le musée Soulages sur Twitter, Pinterest  et Instagram
Sur le site de JR Soto
Sur le site du Centre Pompidou et sur la chaine Dailymotion du Centre (Vidéos des oeuvres présentées lors de l’exposition Soto, en 2013)
Sur le site de la Galerie Perrotin
Dans l’émission « Les regardeurs » de France Culture : Première vibration (1957) de Jesús Rafael Soto

Jesús Rafael Soto, Volume suspendu, 1968 (Soto, Atelier rue des Blancs Manteaux, Paris, 1968, Photo de Michel Desjardins)
Jesús Rafael Soto, Volume suspendu, 1968 Soto, Atelier rue des Blancs Manteaux, Paris, 1968, © Photo de Michel Desjardins

Lire la suite Jesús Rafael Soto. Une rétrospective

Publicités