Des artistes de Montpellier à la Digital Week

Soutenus par Montpellier Métropole, plusieurs artistes montpelliérains seront présents dans deux lieux de la Digital Week à Paris, du 19 au 25 octobre 2015.

Variation-Media Art Fair

Parmi la cinquantaine d’artistes présents à l’Espace des Blancs Manteaux pour la foire d’Art contemporain numérique Variation-Media Art Fair, on retrouvera des œuvres de Julien Borrel, Selma Lepart, Audrey Martin et Thomas Rochon.

Julien Borrel  montrera La Vaisselle (2013) et Piles (2014), deux pièces que l’on avait pu voir à l’Espace Saint Ravy, lors de l’exposition itération en 2014.

Julien Borrel a également exposé à l’Aperto (Random()).

Selma Lepart présentera Manipuler la chance, 2014, quatre tirages numériques réalisée en récupérant des fichiers informatiques endommagés.
Co-organisatrice du Living Room (Cru et Etat des lieux) à Montpellier, Selma Lepart est également intervenante et co-organisatrice d’un axe de recherche « Arts et Sciences » aux à L’École des Beaux-Arts de Montpellier. Elle sera présente dans Anatomie de l’automate, la prochaine exposition de La Panacée.

Selma Lepart, Manipuler la chance, 2014
Selma Lepart, Manipuler la chance, 2014

Audrey Martin et Thomas Rochon exposeront Global Damage #1, une série de dix cartes postales, co-produites en 2014 par Living Room et La Panacée. Cette série retranscrit des simulations de catastrophes naturelles liées à l’impact d’une météorite avec la Terre. Les données utilisées sont issues d’un site de simulation réalisés par des scientifiques de la  Purdue University et de l’Imperial College où il est possible de programmer et d’assister à sa catastrophe.

Audrey Martin et Thomas Rochon, Global Damage #1, 2013
Audrey Martin et Thomas Rochon, Global Damage #1, 2013

Audrey Martin et Thomas Rochon ont créé en 2011, avec Muriel Joya le collectif la Glacière. On a pu voir le travail d’Audrey Martin à La Panacée (Une lettre arrive toujours…), au Living Room (140 mètres à vol d’oiseau) et au CRAC. Thomas Rochon a participé à la résidence d’Audrey Martin à La Panacée.

Makers sur Seine

À la galerie de Makers sur Seine, un FabLab et ArtLab du Marais, ce sont des œuvres de Yragaël Gervais et Sara Grandjean, Vincent Betbeze et Nicolas Lebrun, sélectionnées par Franck Beauchard, directeur artistique de La Panacée, qui seront exposées. Ils y seront accompagnés par des acteurs de la French Tech montpelliéraine (Digixart, Ai ko Creative Vision et Flat).

Yragaël Gervais et Sara Grandjean présenteront trois dispositifs ou « boîtes » issus de leur installation Presse Moi : « Fusible », « Exotismes » et « le Petit Boudoir ». Presse Moi est une installation « articulée autour du dérangement des repères spatiaux, de l’illusion et du voyeurisme, à la frontière entre installation d’arts plastiques et série d’objets de divertissement forain, hybridant technologie multimédia et effets d’optique mécaniques ».

Yragaël Gervais et Sara Grandjean sont membres du collectif La station magnétique, projet soutenu par la Ville de Montpellier. Ils sont aussi auteurs, metteurs en scène et acteur du Traité de mécanique bancale présenté à Avignon. On a pu voir leur installation Presse Moi, en 2013, à l’Espace Saint Ravy, à la galerie Linette et à Pierresvives.

Vincent Betbeze montrera The Funny Game, une installation vidéo montée en boucle, réalisée « à partir du film de Michael Haneke (Funny game, 1997) et de son auto remake américain (Funny game US, 2007) identiques plan par plan. Le dispositif constitue une troisième variation possible de l’oeuvre de Haneke au travers l’intrication de ses deux versions précédentes, pour un remake schizophrénique».

Vincent Betbeze,The Funny Game
Vincent Betbeze,The Funny Game

Vincent Betbeze a été exposé à La Panacée (Dernières nouvelles de l’éther), à l’Aperto (Random()) et au Living Room (Nocebo).

Nicolas Lebrun exposera Atelier, un triptyque de dessins vectoriels qui « évoque l’environnement de travail des jeunes artistes à l’ère du numérique. L’atelier d’artiste se transforme et se virtualise. Il n’est plus une espace physique tout en offrant de nouvelles manières de travailler et de créer. Les photos représentent un état des lieux à un instant T de l’atelier. Celui-ci évolue en fonction de la mise en vente des objets 3D qui figuent dans les dessins. Un jeu s’instaure alors entre l’artiste et le réseau ».

Nicolas Lebrun, Atelier, Workshop
Nicolas Lebrun, Atelier, Workshop

On a pu voir le travail de Nicolas Lebrun à l’Aperto, à l’Espace Saint Ravy, à Drawing Room 012 où il avait été lauréat de la bourse CHD/drawing room, pour l’Atelier  ou encore au CRAC.

On ne peut que saluer cette initiative de la Ville et de la Métropole qui accompagnent et de soutiennent ces artistes de Montpellier à l’occasion de la Digital Week. Cela contraste malheureusement avec les maladresses, pour ne pas dire plus, que Montpellier Méditerranée Métropole a eu récemment à l’égard des artistes de la scène locale du Graffiti. On pourrait imaginer qu’il y a deux poids, deux mesures… Toutefois, on attendra les prochaines semaines pour construire une opinion…

En savoir plus :
Sur le site de la Digital Week
Sur le site de la Variation-Media Art Fair, avec la présentation des œuvres de Julien Borrel, Selma Lepart, Audrey Martin et Thomas Rochon
Les liens vers les sites des artistes ou des collectifs sont dans le texte du billet.
On ne cite ci-dessus que les lieux où les artistes ont exposé à Montpellier. CV complets à consulter sur leurs sites personnels

Publicités

Jakob Tuggener au Pavillon Populaire

Derniers jours pour voir ou revoir l’exposition Jakob Tuggener : Fabrik : une épopée industrielle 1933-1953 présentée par le Pavillon Populaire à Montpellier.

Malheureusement, nous n’avons pas pu donner ici toute la place que cette exposition mérite.
On vous invite donc, même tardivement, à suivre les pas de Bertie pour découvrir un univers industriel qui a marqué le paysage économique et social des années 1930 à 1950 et dont le photographe suisse nous livre une vision très personnelle, subjective et pessimiste.

L’exposition montre avec intelligence le caractère novateur du travail de Jakob Tuggener, et en particulier son intérêt  pour les maquettes de livres qu’il construit comme de véritables moments cinématographiques.

Jakob Tuggener, Fabrik - une épopée industrielle 1933-1953, Pavillon Populaire à Montpellier. Photo : Pavillon Populaire
Jakob Tuggener, Fabrik – une épopée industrielle 1933-1953, Pavillon Populaire à Montpellier. Photo : Pavillon Populaire

Avant la clôture de l’exposition, le 18 octobre, le Pavillon Populaire propose quatre dernières visites commentées : le vendredi 16 octobre à 16h et le samedi 17 octobre à 11h, 14h30 et 16h

Commissariat : Martin Gasser, Conservateur, Fotostiftung Schweiz (Suisse)
Catalogue aux édition Hazan

En savoir plus :
Sur la page du Pavillon Populaire sur le site de la Ville de Montpellier
Sur la page Facebook du Pavillon Populaire
Jakob Tuggener sur le site de la Fondation Suisse pour la photographie à Winterthour (Fotostiftung Schweiz)