David Hockney, L’Arrivée du printemps

Après le succès de ses expositions estivales, la Fondation Vincent van Gogh Arles présente pour la rentrée 2015 deux expositions.  La première rassemble, sous le titre « L’Arrivée du printemps », deux séries récentes du peintre britannique David Hockney.

S’il est reconnu commue une des figues du Pop Art des années 1960 (sa série de piscine reste dans les mémoires),  David Hockney est un artiste plutôt inclassable et souvent à contre-courant des mouvements contemporains.
Très fréquemment, il a élaboré ses œuvres avec l’aide d’outils techniques de production d’images. Il a d’abord utilisé la photographie et le Polaroid, et plus récemment, smarphone et tablette numérique. Sur ces pratiques, on lui doit un essai  « Savoirs secrets, les techniques perdues des Maîtres anciens » (2001-2006).

Au premier étage de la Fondation, l’exposition, dont le commissariat est assuré conjointement par Gregory Evans et  Bice Curiger, propose deux séries réalisées dans l’est du Yorkshire, le comté de son enfance.

David Hockney, L'Arrivée du printemps. Vue de la salle d'exposition -Fondation Vincent van Gogh Arles
David Hockney, L’Arrivée du printemps. Vue de la salle d’exposition -Fondation Vincent van Gogh Arles

Les douze dessins réalisés sur iPad pour la série L’Arrivée du printemps à Woldgate, Est du Yorkshire en 2011 (deux mille onze) ont été imprimés sur en quatre feuilles de papier montées sur panneaux de Dibond. Premiers exemplaires d’un tirage de 10, réalisée à l’occasion de cette exposition, ces grand format sont présentés sans protection. La très belle lumière naturelle zénithale accompagnée d’un éclairage complémentaire soigné permet à ces dessins d’exprimer toute la puissance de leurs couleurs . Dans cette série,  où Hockney utilise la tablette comme une planche à dessin,  il pousse les couleurs à leur paroxysme.

David Hockney, L'Arrivée du printemps. Vue de la salle d'exposition -Fondation Vincent van Gogh Arles
David Hockney, L’Arrivée du printemps. Vue de la salle d’exposition -Fondation Vincent van Gogh Arles

Montrés initialement dans l’exposition de 2012 à la Royal Academy de Londres, ces dessins  ont été édités en 2014-2015. Ils ont fait l’objet d’expositions en 2014 chez Annely Juda (Londres), LA Louver (Venice, Californie) et à la Pace Gallery de New York. En 2015, cette série a été exposée par la Pace Gallery de Pékin et la galerie Lelong à Paris. Par la dimension et la qualité des tirages, par la qualité de la lumière, la présentation que propose la Fondation Vincent van Gogh Arles donne à ces dessins une force et une puissance exceptionnelles qui met particulièrement en valeur le travail de David Hockney.

David Hockney, Woldgate, 6-7 février de la série L’Arrivée du printemps en 2013 (deux mille treize)
David Hockney, Woldgate, 6-7 février de la série L’Arrivée du printemps en 2013 (deux mille treize). Fusain sur papier, 57,5 x 76,7 cm. © David Hockney. Photographe : Richard Schmidt. Collection de l’artiste

Dans les vingt-cinq  dessins au fusain, des séries Woldgate, L’Arrivée du printemps en 2013 (deux mille treize, le peintre revisite la plupart des endroits qu’il avait dessinés sur son iPad, en 2011. Cinq vues de cinq lieux différents montrent « la tristesse de l’hiver et de son exaltante transformation vers l’été ».

David Hockney, L'Arrivée du printemps. Vue de la salle d'exposition. © François Deladerrière-Fondation Vincent van Gogh Arles
David Hockney, L’Arrivée du printemps. Vue de la salle d’exposition. © François Deladerrière-Fondation Vincent van Gogh Arles

L’accrochage alterne avec justesse ces deux séries qui se répondent l’une l’autre. Il permet d’apprécier la vigueur du  dessin de l’artiste et sa passion des couleurs.

David Hockney, Woldgate, 16 & 26 mars de la série L’Arrivée du printemps en 2013 (deux mille treize)
David Hockney, Woldgate, 16 & 26 mars de la série L’Arrivée du printemps en 2013 (deux mille treize). Fusain sur papier, 57,5 x 76,7 cm. © David Hockney. Photographe : Richard Schmidt. Collection de l’artiste

L’ensemble est complété par une toile de 1988, La Chaise et la pipe de Vincent, peinte par David Hockney  à l’occasion du centenaire de l’arrivée de Vincent Van Gogh à Arles, pour le projet la Fondation Van Gogh, dite Yolande Clergue.

David Hockney, La Chaise et la pipe de Vincent, 1988
David Hockney, La Chaise et la pipe de Vincent, 1988. Acrylique sur toile 91,4 x 91,4 cm. © David Hockney

Une petite huile de 1996 (Tournesol dans une bouteille, avec cendrier et oranges ), repérée par Bice Curiger dans l’atelier de l’artiste vient faire un contrepoint plein d’humour  avec un portrait du peintre par Lucien Clergue, David Hockney et les tournesols, route de Tarascon, Arles, 1985.

Lucien Clergue, David Hockney et les tournesols, route de Tarascon, Arles, 1985. David Hockney, L'Arrivée du printemps. Vue de la salle d'exposition -Fondation Vincent van Gogh Arles
Lucien Clergue, David Hockney et les tournesols, route de Tarascon, Arles, 1985.
David Hockney, L’Arrivée du printemps. Vue de la salle d’exposition -Fondation Vincent van Gogh Arles

Le passage de David Hockney  à Arles, à l’occasion des Rencontres de la Photographies, en 1985 est rappelé par l’affiche qu’il avait réalisé pour le festival ainsi que le catalogue qui reproduisait en couverture un collage photographique de l’artiste. Quelques photographies complètent cette vitrine. On y remarque un numéro spécial de Paris Vogue de décembre 1985 où les images de David Hockney  font écho à sa La Chaise et la pipe de Vincent.

Exposition du 11 octobre 2015 au 10 janvier 2016. Prolongée jusqu’au 17 janvier.

Ci-dessous, le texte de présentation des commissaires.
Catalogue de l’exposition David Hockney : The Arrival of Spring . Texte de Bice Curiger, entretien de David Hockney  avec Martin Bailey, liste des œuvres, biographie et bibliographie. Reproductions des œuvres d’excellente qualité.

En savoir plus :
Sur le site de la Fondation Vincent van Gogh Arles
Sur la page Facebook de la Fondation Vincent van Gogh Arles
Sur le site de David Hockney
Sur les sites des galeries Lelong et Annely Juda

DAVID HOCKNEY : « L’ARRIVÉE DU PRINTEMPS »

Commissaires de l’exposition : Gregory Evans & Bice Curiger

Né en 1937 à Bradford, dans le Yorkshire, au Royaume-Uni, David Hockney vit et travaille à Los Angeles. Il est l’une des figures majeures de l’art actuel, après avoir appartenu, dans les années 1960, au mouvement international du pop art. Mais l’artiste ne saurait se satisfaire de cette appartenance à un courant artistique, car sa pratique, à l’image de ses différents ateliers, se complaît dans la multiplicité.

David Hockney, L’Arrivée du printemps à Woldgate, Est du Yorkshire en 2011 (deux mille onze) – 31 mai, N° 1 Dessin sur iPad imprimé sur quatre feuilles de papier (118,1 x 88,9 cm chacune), montées sur quatre panneaux Dibond®, 236,2 x 177,8 cm au total Premier exemplaire sur un tirage de 10 © David Hockney Photographe : Richard Schmidt Collection de l’artiste
David Hockney, L’Arrivée du printemps à Woldgate, Est du Yorkshire en 2011 (deux mille onze) – 31 mai, N° 1 Dessin sur iPad imprimé sur quatre feuilles de papier (118,1 x 88,9 cm chacune), montées sur quatre panneaux Dibond®, 236,2 x 177,8 cm au total Premier exemplaire sur un tirage de 10 © David Hockney Photographe : Richard Schmidt Collection de l’artiste

David Hockney a longtemps vécu entre les États-Unis et le Royaume-Uni : à Los Angeles, où il réside depuis 2013, et dans sa province natale, le Yorkshire, dont les paysages lui ont inspiré les motifs forestiers de la série de 12 dessins réalisés sur iPad (2011) et des 25 dessins exécutés au fusain (2013), présentés à la Fondation Vincent van Gogh Arles du 11 octobre 2015 au 10 janvier 2016. Ces deux séries témoignent de la curiosité constante de l’artiste pour les inventions techniques et le renouvellement du langage artistique à l’origine de ses différentes expériences plastiques : photocollages dans les années 1980 – au coeur desquels le Polaroid occupait une place de choix dans ses recherches picturales –, décors d’opéra – dont le premier remonte à 1975 –, peintures à l’huile puis à l’acrylique lorsqu’il s’installe à Los Angeles à la fin de l’année 1963, dessins au fusain – avec un iPhone et un iPad qu’il utilise comme carnets numériques.

David Hockney, L’Arrivée du printemps à Woldgate, Est du Yorkshire en 2011 (deux mille onze) – 18 décembre Dessin sur iPad imprimé sur quatre feuilles de papier (118,1 x 88,9 cm chacune), montées sur quatre panneaux Dibond®, 236,2 x 177,8 cm au total Premier exemplaire sur un tirage de 10 © David Hockney Photographe : Richard Schmidt Collection de l’artiste
David Hockney, L’Arrivée du printemps à Woldgate, Est du Yorkshire en 2011 (deux mille onze) – 18 décembre Dessin sur iPad imprimé sur quatre feuilles de papier (118,1 x 88,9 cm chacune), montées sur quatre panneaux Dibond®, 236,2 x 177,8 cm au total Premier exemplaire sur un tirage de 10 © David Hockney Photographe : Richard Schmidt Collection de l’artiste

Les séries de dessins sur iPad et au fusain ont été produites dans la campagne du Yorkshire, dont l’artiste s’est imprégné au fil des saisons. La série réalisée en 2011, avec la tablette numérique utilisée comme une planche de dessin, permet à Hockney de s’introduire dans le langage des nouvelles images tout en affirmant sa passion pour les couleurs, ici poussées à leur paroxysme : « Je ne sais pas comment je vois les couleurs, mais je les vois et je les aime. Je suppose que je les exagère un peu. » 1 Les séries au fusain convoquent à la fois sa curiosité pour les dessins sur rouleaux chinois – qui lui inspirent l’idée que le noir et le blanc contiennent des couleurs –, et pour le changement de composition qu’offrent les variations de la nature à Woldgate – un exercice de patience auquel il a dû se plier pour réussir à peindre cinq vues différentes. Hockney présente à la Fondation Vincent van Gogh Arles cinq groupes contenant chacun cinq vues.

D’autres tableaux complètent l’exposition « David Hockney : L’Arrivée du printemps » tels La Chaise et la pipe de Vincent de 1988, aux perspectives inversées, rappelant l’admiration du peintre pour l’oeuvre de Van Gogh, qui employait déjà des couleurs non imitatives pour transmettre sa vision du réel.

1 Entretien avec Martin Bailey le 22 mai 2015, publié dans notre catalogue d’exposition David Hockney : The Arrival of Spring.

Une réflexion sur « David Hockney, L’Arrivée du printemps »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s