« À bruit secret – Trésors de la collection du CIRVA » au Pavillon de Vendôme

Jusqu’au 4 octobre 2015, le Pavillon de Vendôme à  Aix-en-Provence présente « A bruit secret. Trésors de la collection du CIRVA ».

Le commissariat annonçait un parcours « construit dans l’esprit de la rencontre, (…) celle des œuvres en verre avec les œuvres variées des collections du Pavillon ». L’objectif ainsi annoncé est incontestablement atteint.  Les 43 œuvres sélectionnées de la collection du CIRVA se sont installées avec discrétion et malice dans les décors du Pavillon. Elles y créent des perturbations raffinées, inventives, complices et parfois espiègles.

Un enchantement pour le visiteur, un plaisir qu’il faut partager, avant le 4 octobre prochain ! Incontournable !
Pour ceux qui ne connaîtrait pas le Pavillon de Vendôme, son histoire et son charmant jardin à la française, la visite est  l’assurance d’une charmante découverte…

Avec des œuvres d’Andrea Branzi, Giuseppe Caccavale, Richard Deacon et Bill Woodrow, Erik Dietman, Marie Ducaté, Elisabeth Garouste et Mattia Bonetti, Paul-Armand Gette, Jean-Luc Moulène, Nestor Perkal, Pucci de Rossi, Tom Shannon, Jana Sterbak et Françoise Vergier

Au rez-de-chaussée,  dans un premier salon, à droite, on retrouve les « loukoums roses d’Aziyadé » de Paul-Armand Gette, croisés ces dernières années à la Collection Lambert et à Montmajour. Le petit coup de langue au coin du bonbon turc attire inévitablement le regard… Ces coquines pâtes de verre moulées et sculptées attrapent merveilleusement la lumière du jardin. Elles invitent à de gourmandes et libertines rêveries…

Sur un meuble d’appui, trois pièces de Françoise Vergier  font écho aux gravures anciennes. Protégés sous une cloche de verre soufflé et peint, leurs mondes mystérieux conduisent le regard à se perdre dans des paysages fantastiques et telluriques de céramique peinte (« Tu protèges », 2000-2003), de bronze (« Tu reflètes », 200) ou de terre cuite émaillée (« Tu sourds », 2001)…

Au centre du deuxième salon qui ouvre sur le jardin, « Thursday » appartient à une série réalisée par Richard Deacon et Bill Woodrow, en 2006-2007… Une épaisse feuille de verre asymétrique repose sur trois formes indéfinies qui semblent être entre un état liquide et solide. À la surface, trois mammouths paraissent glisser avec peine autour d’un ressaut de bois noir à la forme « futuriste ». Il reste à deviner leur histoire, s’il y en a une…  Peut-être, celle de la « création » du monde ?

Au fond, deux «  bouteilles de sorcières » ont certainement poussé les portes d’un grand cabinet, en convoquant des forces magiques … Leurs corps de serpents noués, cachetés et fermés par une main de verre à l’index dressé, renferment fatalement de mystérieuses mixtures…

Au pied de l’escalier, sur une élégante commode transition, le « Vase Goldoni » , conçu en 1988 par Elisabeth Garouste et Mattia Bonneti, semble attendre  la chute des pétales du « Bouquet de fleurs » attribué à Jean-Baptiste Monnoyer.

Elisabeth Garouste et Mattia Bonneti, Vase Goldoni - À bruit secret, Trésors de la collection du CIRVA au Pavillon de Vendôme
Elisabeth Garouste et Mattia Bonneti, Vase Goldoni – À bruit secret, Trésors de la collection du CIRVA au Pavillon de Vendôme

En face, s’ouvre un petit salon au plafond décoré d’une « Flore ou allégorie de l’abondance », peint au XVIIème siècle. La lumière joue à merveille avec « Voce parla Luce » de Giuseppe Caccavale. Les grands disques de couleur rouge sont gravées de délicats dessins point par point, transférés selon la technique du spolvero. Elles diffusent une atmosphère élégante, douce et subtile.

Sur une console contemporaine de bois clair,une sculpture en pâte de verre, « Corallo », évoque les coraux très appréciés des cabinets de curiosités, au XVII et XVIIIème .
Au mur, « Castelli di Carta », un pastel sur verre opaque sablé, montre un fantomatique portrait sans visage qui semble se fondre dans les ocres jaunes du décor.

De chaque côté du magistral escalier à double révolution, sous le décor de gypseries, s’épanouissent deux « inflatables » de Pucci de Rossi, aperçus l’an dernier au Château Borély.

En haut de l’escalier, les vases fantastiques imaginés par Marie Ducaté paraissent sortir d’une collection de curiositas. Quelques-unes  dialoguent avec des natures mortes peintes sur cuivre, attribuées à Van Kessel.

L’œil est immanquablement attiré par la cage à oiseau « For Birds » de Jean-Luc Moulène, idéalement placée devant la fenêtre, au centre du Pavillon. Elle emprisonne le bleu du ciel.

Jean-Luc Moulène, For Birds - À bruit secret, Trésors de la collection du CIRVA au Pavillon de Vendôme
Jean-Luc Moulène, For Birds – À bruit secret, Trésors de la collection du CIRVA au Pavillon de Vendôme

Ici on a plutôt un sentiment de liberté, l’oiseau a certainement profité de cette capture pour s’échapper dans le jardin. Mais on sait que la pièce est ambiguë ; à Montmajour, Christian  Lacroix en la plaçant à proximité d’une de ses robes de mariée laissait place à d’autres interprétations…

Au centre du premier salon, l’œuvre de Tom Shannon, « Eye Ball » propose une vision fragmentée de l’espace à travers sa boule de cristal à facettes…  Doit-on voir dans ce monde kaléidoscopique,  un simple jeu ou le rappel que l’harmonie du lieu n’est qu’une illusion ?

Sur une commode Louis XVI à ressaut, on découvre « Hard Entry » de Jana Sterbak, trois emboîtements de récipients massifs, lourds difficiles à manipuler… Ces étranges « spirales » de verre évoquent l’enfermement et la contrainte.

Il faut être attentif pour remarquer, entre les deux fenêtres, sur une console en bois sculpté qui conserve quelques traces de polychromie et de dorure, « Sugheri » d’Andrea Branzi.  Cet assemblage d’une branche et de deux disques de verre se confond avec les bois de la console et les ramages de la tapisserie.

Andrea Branzi, Sugheri - À bruit secret, Trésors de la collection du CIRVA au Pavillon de Vendôme
Andrea Branzi, Sugheri – À bruit secret, Trésors de la collection du CIRVA au Pavillon de Vendôme

Ces trois pièces du CIRVA entretiennent des relations surprenantes avec deux photographies contemporaines  appartenant aux collections du Pavillon de Vendôme : « Imaginaire planétaire », un tirage au bromure d’argent viré au bleu de Jean-Pierre Sudre et une photographie peinte de la série « TotemtaboO », œuvre commune de Piotr Klemensiewcz et Carole Campbell.

En revanche, on ne comprend pas bien l’intérêt, des cimaises peintes en bleu qui viennent partiellement couvrir la tapisserie de ce salon.

On formule la même interrogation à propos du rouge écarlate qui recouvre les murs du salon suivant…  Et pourquoi avoir encadré (corseté)  la superbe commode transition à la marqueterie florale, estampillée Antoine Foullet, avec ces podiums du même rouge ? Ce magnifique meuble, classé monument historique donne l’impression d’être préparé pour une mise en caisse avant un déménagement !

Erik Dietman - À bruit secret, Trésors de la collection du CIRVA au Pavillon de Vendôme
Erik Dietman – À bruit secret, Trésors de la collection du CIRVA au Pavillon de Vendôme

Par contre, la sélection de pièces créées par d’Erik Dietman, lors de ses séjours au CIRVA , est remarquable. L’humour se mêle à l’impertinence dans ses créations aux noms souvent improbables tel que « Panier à ne pas nier », « Rêve pétomane », « Pipi », « Igor russe de luxe », « La meurtrière » ou encore « Mort à Venise »

Le parcours se termine dans la chambre à coucher. Un décor sévère inspiré du style qui s’est imposé dans les  dernières années du XVIIIème siècle s’accorde avec un ensemble de pièces de Nestor Perkal.  Les miroirs très présents dans ces œuvres renvoient au visiteur sa propre image, parfois floue ou déformée (« Miroir de sorcière », « Face à main »)

Toutefois, une pièce intrigue plus que les autres. Il s’agit d’une armoire en tôle ondulée. Ouverte, elle un intérieur recouvert de miroirs. On y voit trois vases  en verre soufflé à main levée, dans lesquels est enfilé un tube de verre doré ou argenté. Leurs formes rappellent étrangement celles d’urnes funéraires. Le titre de cette installation : « l’immigrant »… laisse songeur.

Nestor Perkal, l’immigrant - À bruit secret, Trésors de la collection du CIRVA au Pavillon de Vendôme
Nestor Perkal, l’immigrant – À bruit secret, Trésors de la collection du CIRVA au Pavillon de Vendôme

Curieuse fin de parcours… L’insouciance et la légèreté qui accompagnait la visite se fissurent. Notre image dans le miroir se brouille, se craquelle…  Il est temps de quitter ce moment irréel, de retourner au quotidien et aux tourments de l’actualité…

Commissaires de l’Exposition : Isabelle Reiher, Directrice du CIRVA et Christel Roy, Responsable du Pavillon de Vendôme.

En savoir plus :
Sur le site du CIRVA
Sur la page Facebook du CIRVA
Suivre le CIRVA sur Twitter

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s