L’œil phénomène à la Fondation Vasarely, Aix-en-Provence

Les premiers termes du sous-titre de  L’œil phénomène avaient inévitablement attiré notre attention «  Les artistes du GRAV / Michel Paysant ». La lecture du communiqué de presse avait renforcé cet intérêt en précisant que les œuvres sélectionnées provenaient de la collection d’art cinétique de Lélia Mordoch et de José Mijan, soutiens essentiels aux artistes du GRAV et à l’art visuel…

Malheureusement,  la déception a été à la hauteur de ces espoirs. Certes les œuvres d’Horacio Garcia-Rossi, Julio Le Parc, François Morellet, Francisco Sobrino, Joël Stein et Yvaral sont bien présentes, et elles sont toutes remarquables…

Mais rassembler des œuvres aussi intéressantes soient-elles ne suffit pas pour faire une exposition.


On a clairement l’impression d’un travail bâclé ! La scénographie est inexistante, l’accrochage est sans imagination,  le parcours est sans surprises et sans rythme !!!

L’accompagnement se réduit à un texte d’introduction qui reproduit les 15 lignes du communiqué de presse. Il s’y ajoute une feuille recto-verso avec les cartels les 27 œuvres exposées.
Rien sur les artistes, leurs démarches, leurs évolutions, le contexte dans lequel s’est développé le GRAV, la place de ces artistes et de leurs œuvres dans l’histoire de l’art moderne et contemporain…

Michel Paysant, Noa (nano optic art), 2014
Michel Paysant, Noa (nano optic art), 2014. Dépôt d’or (91,24×82,71 microns) sur plaque de silicium (2 pouces)

Placée à l’extérieur de la salle d’exposition, dans une vitrine, sur le palier,à proximité de l’escalier, l’œuvre de Michel Paysant peut très facilement être oubliée par un visiteur un peu distrait (ou désabusé)… tant sa valorisation est déplorable.

On cherchera désespérément quelques renseignements complémentaires sur le site de la Fondation…
Le personnel d’accueil semble complètement désemparé face à la moindre question et il ne se souvient pas avoir rencontré le commissaire…

Fondation Vasarely - l'Oeil phénomène - Texte de salle_1

N’oublions pas de citer l’auteur de commissariat indigent, Michel Menu.  Son texte d’introduction montre l’ampleur de sa réflexion :

« Dans la Fondation de Victor Vasarely à Aix-en-Provence, L’OEil Phénomène est une exposition art et science qui témoigne de la permanence de la recherche sur la transmission de la sensation visuelle. L’hôte de l’exposition considéré comme l’inventeur de l’art perceptuel, de l’Op art a parrainé le Groupe de Recherche d’Art Visuel (initialement intitulé Centre de Recherche d’Art Visuel) qui a réuni entre 1960 et 1968 six artistes : Horacio Garcia-Rossi, Julio Le Parc, François Morellet, Francisco Sobrino, Joël Stein et Yvaral. Passionnés de la lumière en mouvement, des illusions d’optique, tous créent des œuvres qui enchantent et troublent la perception et qui sont l’aboutissement de recherches artistiques alliant science et technique.
Dans la continuité Michel Paysant rebondit avec son dessin réalisé à l’échelle nanométrique N.O.A. (Nano Optic Art) et qui ne peut être vu qu’à l’aide de microscopes puissants.
Tous ces artistes alors réunis représentant trois générations réfléchissent sur la perception visuelle, jouant sur les mots, sur les surprises des révélations de la lumière invitent le spectateur à opérer un temps d’arrêt sur les images pour penser des concepts aux confins de l’art et de la science ».

Michel Menu est docteur-ingénieur en physique, chef du département Recherche au Centre de recherche et de restauration des musées de France (C2RMF) et rédacteur en chef de la revue Techne. Ces compétences techniques en matière de préservation et de restauration sont-elles suffisantes pour assurer le commissariat d’une exposition ?

À l’avenir, souhaitons à la Fondation Vasarely d’accueillir des expositions plus construites et mieux documentées.  L’ampleur des travaux de restauration et l’exceptionnelle qualité des œuvres qu’elle conserve le méritent largement.

La Galerie Lélia Mordoch propose de télécharger un catalogue des œuvres exposées.

En savoir plus :
Sur le site de la Galerie Lélia Mordoch à propos de l’exposition « Groupe De Recherche d’Art Visuel : 1960 – 1968 », en 2001 et sur les artistes représentés par la galerie
Extrait du catalogue « GRAV 1960-1968 » réalisé à l’occasion de la rétrospective au Magasin, Centre National d’Art Contemporain de Grenoble, en 1998 sur le site artmag.com
Dossier pédagogique du Musée des Beaux Arts de Rennes publié à l’occasion de l’exposition « mouvement – lumière – participation GRAV 1960-1968 », en 2013.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s