Claude Lévêque, « Le Bleu de l’Oeil » au musée Soulages

Jusqu’au 27 septembre 2015, le musée Soulages présente « Le Bleu de l’Oeil », une exposition/installation de  Claude Lévêque. Benoît Decron, directeur des musées du Grand Rodez, a invité l’artiste à concevoir une installation pour le musée Soulages. Elle se prolonge par un parcours dans la ville de Rodez jusqu’au musée Fenaille.

Claude Lévêque, « Le Bleu de l’Oeil » au musée Soulages. Néon bleu. Photographie : Fabrice Seixtas
Claude Lévêque. Le bleu de l’oeil, 2015. Dispositif in situ, salle d’exposition temporaire, musée Soulages, Rodez. Photographie : Fabrice Seixtas. © ADAGP Claude Lévêque. Courtesy the artist and kamel mennour, Paris

On connaît la capacité de Claude Lévêque à investir les lieux et à créer des ambiances par l’utilisation de la lumière et du son. Son dispositif in situ « J’ai rêvé d’un autre monde » avait pris une dimension étonnante à la Prison Sainte Anne, l’été dernier, pour la Disparition des lucioles que nous avait proposé la collection Lambert. On se souvient aussi de son intervention « Être plus fou que celui d’en face » à la cellule 516 de la Cité Radieuse Le Corbusier à Marseille. Son éclair rouge, installé sous la pyramide du Louvre, l’hiver dernier, « Sous le plus grand chapiteau du monde», marque l’entrée du musée jusqu’en janvier prochain. On attend donc avec intérêt de visiter cette exposition.

On revient éventuellement sur cette proposition après un passage à Rodez.

On lira ci-dessous quelques extraits d’un article de Benoît Decron, conservateur en Chef et directeur des musées du Grand Rodez , pour le catalogue de l’exposition et le communiqué de presse du musée Soulages.

Teaser de l’exposition. Réalisation Armand Morin

En savoir plus :
Sur le site du musée Soulages
Sur la page Facebook du musée Soulages (voir en particulier l’entretien dans lequel il explique comment il a fait le choix des espaces pour l’exposition
Suivre le musée Soulages sur Twitter et sur Instagram
Sur le site du musée Fenaille
Sur le site de Claude Lévêque

Lire la suite Claude Lévêque, « Le Bleu de l’Oeil » au musée Soulages

François Lagarde, « Artistes et Philosophes » à la Galerie AL/MA

Jusqu’au 23 mai 2015, dans le cadre du Hors les murs des ‪‎Boutographies 2015, la Galerie AL/MA présente « Artistes et Philosophes », une exposition personnelle de François Lagarde. Elle rassemble une cinquantaine de portraits d’artistes et de philosophes qui ont marqué le parcours du photographe et de l’éditeur. La liste des artistes et écrivains qui sont passés devant l’objectif de  François Lagarde est étonnante.

Accrochage exposition Francois Lagarde - Galerie ALMA 07
Francois Lagarde. Accrochage de l’exposition « Artistes et Philosophes » à la Galerie AL/MA, Montpellier. Photographie Sabrina Ambre Biller

Certains se souviennent probablement de sa participation à l’exposition On dirait le Sud, cartographies sentimentales et documentaires au CRAC à Sète à l’été 2007. L’an dernier, on avait apprécié son travail dans les documents qui accompagnaient la très belle exposition consacrée à Jean Azémard que nous avaient proposé conjointement la Galerie AL/MA et le FRAC LR.

François Lagarde « Artistes et Philosophes », à la Galerie AL/MA. Toni Grand, Daniel Dezeuze (dans un arbre), Vincent Bioules (atelier), Daniel Dezeuze. Photographie François Lagarde
François Lagarde « Artistes et Philosophes », à la Galerie AL/MA. Toni Grand, Daniel Dezeuze (dans un arbre), Vincent Bioules (atelier), Daniel Dezeuze. Photographie François Lagarde

Avec les artistes et plus particulièrement avec ceux du Sud, acteurs ou compagnons de route de Supports / Surfaces, François Lagarde a tissé des liens particuliers. Souvent appelé pour photographier les œuvres à l’atelier ou plus simplement invité à partager un moment entre amis, François Lagarde a su prolonger la complicité par des portraits qui n’ont rien de l’instantané, mais qui sont, à l’inverse, des situations posées et construites en connivence avec son sujet. Il y a dans ses images de l’empathie, de l’amitié mais aussi beaucoup de pudeur. À l’occasion d’une récente exposition à la Maison Européenne de la Photographie, le texte de présentation définissait de façon surprenante, mais somme toute assez juste, son  travail : « Pour François Lagarde, la photographie est un acte féminin. Comme l’appareil, il semble recevoir vers l’intérieur, la personne et sa lumière. Tout l’inverse d’un tir. Faire un portrait était un acte fort, troublant, qui peut aller au fond de l’être, mais pour se révéler il nécessite le retrait ».

Lire la suite François Lagarde, « Artistes et Philosophes » à la Galerie AL/MA