Food – Produire, Manger, Consommer au MuCEM

Food - 16_1
Lia Perjovschi, Food Diagram, 2014) – Food, MuCEM

Dans le passage qui conduit au dernier espace de l’exposition, on comprend avec difficulté le touffu Food Diagram (2014) de Lia Perjovschi, production du MuCEM où elle représente son interprétation  schématique des zones de tensions liées à l’alimentation.
Dans cette dernière salle, l’exposition nous a paru perdre un peu d’inspiration et de souffle, peut-être lié à une certaine fatigue et à l’intensité des œuvres vues auparavant.
Le « mur » de Dan Perjovschi ne nous a pas semblé plus convaincant que les schémas de sa femme Lia.

Food - 21_1

Le cabinet de curiosités installé par John Armleder, dans le pavillon aménagé par la scénographie, apparaît comme un ensemble hétéroclite, décoratif et sans grand sens…
Dans son entretien avec Sylvia Amar, publié dans le catalogue, il annonce : « L’idée commune est de rassembler des objets intéressants qui activent l’esprit du regardeur construisant lui-même son histoire ».

Malheureusement, nous avons été incapable d’imaginer une histoire avec sa sélection de terrines et de soupières issue des collections du MuCEM, la vaisselle de table de la collection de l’artiste, et les trois panneaux prêtés par sa galerie zurichoise.

Food- Slide 02 1140x500_1

On ne peut nier la puissance de la vidéo performance The Onion (1995) de Marina Abramović. Cependant, on a quelques interrogations sur sa place dans le discours de l’exposition… À lire le texte de présentation de l’œuvre sur le site du MuCEM, il n’est certain que le propos de l’artiste soit réellement en phase avec les thématiques développées par Food  :
« L’ingestion forcée de cette nourriture indigeste que représente l’oignon symbolise alors les contraintes du monde artistique auxquelles l’artiste est obligé de se conformer, même s’il ne le désire pas pleinement. L’ingestion sous la contrainte d’un aliment dont on n’a manifestement pas envie et qui va jusqu’à faire souffrir demeure de fait le leitmotiv de cette vidéo ».

Food - 20_1
Subodh Gupta, Curry 2, 2005 – Food, MuCEM

Plus en cohérence avec l’exposition, Curry 2 (2005) de Subodh Gupta aligne sur quelques étagères une multitude d’ustensiles de cuisine scintillants, en acier inoxydable. Selon le site du MuCEM, l’installation traduit « de façon simple et efficace la complexité socio-économique et culturelle de l’Inde d’aujourd’hui, entre culture archaïque et modernité ». Peu à peu, la cuisine indienne se discipline et s’organise selon des critères de rangement et d’organisation occidentaux.

 Les deux œuvres qui occupent le centre de l’espace redonnent un réel  dynamisme à l’exposition en s’articulant plus clairement au propos de Food .

Food - 17_1
Claire Fontaine, Untitled (Redemptions), 2011 et General Idea, Nazi Milk, 1979-1980 – Food, MuCEM

L’installation du collectif Claire Fontaine, Untitled (Redemptions), 2011  présente une collection de canettes de boisson rachetées  aux clochards de San Francisco qui récupèrent des déchets métalliques. Présentée dans trois volumineux sacs transparents de 200 litres suspendus au plafond, cette mise en abîme du recyclage renvoie le visiteur à la question de ses propres poubelles, du  gaspillage et des inégalités face à la (sur)consommation…

Le rapprochement de cette installation avec Nazi Milk (1979-1980) du collectif General Idea prolonge, d’une certaine manière,  le discours de Claire Fontaine en insistant sur l’ambiguïté et sur le « totalitarisme » de l’image publicitaire.

Food - 18_1
Nari Ward, Transtranger Café, 2012 et Bad, Ugly, Good – Food, MuCEM

 

Transtranger Café (2012), l’installation de Nari Ward est composée de tables disposées les unes sur les autres. Au sommet de ce dispositif, du marc de café s’écoule lentement. Des tasses sont suspendues au bord des tables par des ficelles. Elles récoltent les dernières gouttes de café. De chaque côté de cette installation, deux ordinateurs connectés à Internet…  Transtranger Café évoque la transformation du café lieu comme de sociabilité en un Internet Café, espace où être ensemble s’est transformé en  une pratique solitaire présumée être connectée avec des milliers de personnes…

L’installation est accompagnée d’un triptyque, Bad, Ugly, Good. Ces trois grands formats sur bois intègrent des circuits imprimés, des taches de café et des onomatopées qui font  référence aux sons du code Morse, premier langage de communication à distance…

Avant la sortie de l’exposition, un choix de pièces choisies dans  la collection du MuCEM est présenté sur une étagère. Ces objets sont accompagnés de vidéos qui en montrent l’usage.

Food - 22_1

5 réflexions sur « Food – Produire, Manger, Consommer au MuCEM »

  1. Monsieur,

    J’ai lu avec intérêt votre article, clair, précis et complet. Je vais en publier un sur cette même exposition dans la revue en ligne Ecrits.vains, mais j’ai perdu les photographies que j’avais faites. Je souhaiterais donc utiliser deux des vôtres : celle de la dernière salle où apparaît, en particulier, le visage de Marina Abramovic ainsi que celle où l’on voit la vitrine des oeuvres historiques. Naturellement, ce serait avec les mentions d’usage et en citant votre blog.

    Cordialement,

    P.Morens

    1. Pas de problème. S’il n’y a pas de mentions particulières, les photos sont celles que j’ai prises lors de ma visite. Elles sont sous licence Creative Commons CC-By-SA… Je lirai volontiers votre billet quand il sera en ligne. Prévenez-moi…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s