Mist, Sketch or die à la galerie At Down, Montpellier

Après avoir créé l’événement en offrant aux Montpelliérains une superbe fresque signée Mist sur  200 m² d’une façade de la place Rondelet, la galerie At Down présente une remarquable exposition Sketch or die du peintre-sculpteur dont la réputation n’est plus à faire.

La galerie At Down propose sur ces cimaises beaucoup plus qu’une simple présentation d’œuvres à acquérir. Elle nous offre la possibilité de percevoir le processus de création actuel de l’artiste en rapprochant chaque toile ou sculpture d’esquisses préparatoire.

Mist Sketch or die Galerie At Down
Mist « Sketch or die » à la galerie At Down. Photo Nicolas Pinelli

Il est rare de trouver une approche aussi riche et documentée du travail d’un artiste dans une galerie. Normalement, cet exercice relève plutôt des institutions culturelles comme les centres d’art contemporains.  Malheureusement, on connaît leur « frilosité » pour l’art contemporain urbain… pour ne pas dire le mépris avec lequel certain regarde (ou refuse de voir) cette production artistique.

Inutile d’être devin, pour comprendre qu’il y a une réelle complicité entre Mist et la galerie At Down. Les qualités des œuvres exposées et la décoration  réalisée par l’artiste en témoignent.

L’accrochage est  particulièrement réussi.  Sa pertinence, son rythme et les rapprochements proposés permettent de saisir l’univers de l’artiste et de percevoir son processus créatif.

On apprécie particulièrement la présentation des différentes esquisses de la fresque réalisée place Rondelet.

Souhaitons à la galerie At Down que le succès commercial accompagne cette exposition d’une rare qualité.

À voir et à revoir jusqu’au 5 juillet.

En savoir plus :
Sur le site de la galerie At Down
Sur la page Facebook de la galerie At Down
Consulter le catalogue de l’exposition sur Issuu.com

Lire la suite Mist, Sketch or die à la galerie At Down, Montpellier

« Infrarouge » à la Panacée, les 16-17-18 mai 2014

La Panacée organise les 16, 17 et 18 mai, week-end de rencontres, de performances, d’événements autour des expositions «Dernières nouvelles de l’Éther» et «Art By Telephone… Recalled»

Art By Telephone… Recalled #3

GL © La Panacée

Cette troisième phase de l’exposition Art By Telephone… Recalled interroge les notions de l’économie de la représentation & délégation.

Avec les œuvres de :

Elisabeth Atjay • Arman •  Hugo Bregeau •  Jean-Baptiste Carobolante •  Dieudonné Cartier •  Alejandro Cesarco •  Victor Delestre •  Louise Lawler •  Ronan Le Creurer •  Sol LeWitt •  Maria Loboda •  Michael Parsons •  Fabrice Reymond •  Yann Sérandour •  Mierle Laderman Ukeles •  Bernar Venet •  Raphael Zarka.

Exposition co-produite avec Solang Production.
Commissariat : Sébastien Pluot et Fabien Vallos
Vendredi 16 mai – 19h00 – Salles d’exposition

A Constructed World : A Show About Medicine

© A Constructed World Medicine Show, with Speech and What Archive, Les Laboratoires d’Aubervilliers, 2013

«A Show About Medicine» est une performance avec des médecins, des pharmaciens, des artistes, des commissaires, des philosophes et une hôtesse de restaurant. Ce groupe de performers et de non-performers s’adressera au public au moyen de démonstrations, consultations, de liqueurs médicinales, de musique, de chant et de textes philosophiques. Traversant les drogues illicites, l’automédication et les médicaments sur ordonnance, les protagonistes puiseront dans un ensemble de recherches menées, reflétant des préoccupations d’éthique, de médecine pour le vivant, de drogues, d’acceptation sociale et d’effet placébo.

A Constructed World est fondé en 1993, et basé à Paris. On compte parmi leurs travaux récents Explaining contemporary art to live eels, performance durant laquelle des invités expliquent l’art contemporain à des anguilles vivantes qui sont ensuite relâchées dans leur milieu d’origine, et Hobbes Opera, performance musicale faite avec une guitare électrique à six manches qui a été sciée en morceaux, chaque fragment étant utilisé par des musiciens et des non-musiciens.
A Constructed World est représenté par Solang Production.
Samedi 17 mai – 20h – Auditorium

Berdaguer & Péjus : Forêt épileptique

© Berdaguer & Pejus

Cette installation a été réalisée pour la première fois en 1998. Le dispositif comprend une vingtaine de stroboscopes de très forte puissance répartis dans une zone de végétation très dense. Aucun son n’est diffusé, les fréquences des stroboscopes sont réglées sur des rythmes de flash répertoriés comme pouvant déclencher des crises d’épilepsies photosensibles, ces fréquences oscillent entre 9 et 12 hertz.
Samedi 17 mai – 22h – Jardin des Plantes

Nombreux autres événements : Conférences et visites

En savoir plus :
Sur le site de La Panacée
Sur la page Facebook de La Panacée

Les Taking Pictures des visiteurs de la Panacée à Montpellier

Les Taking Pictures des visiteurs de la Panacée !

En echo à une oeuvre de Nicholas Knight de sa série Taking Pictures, La Panacée à Montpellier  propose à ces visiteurs de participer aux «Taking pictures» de son exposition Dernières nouvelles de l’éther !

Nicholas Knight Taking Pictures (Les amants) © Aurélien Molle – La Panacée

Envoyez vos photographies de photographies d’œuvres de l’exposition !!!

Partagez vos photos sur la page FaceBook de La Panacée ou envoyez-les à cette adresse : mediation@lapanacee.org

Taking Pictures_1

 

 

 

Bientôt un musée d’art contemporain à Montpellier ?

Bientôt un musée d’art contemporain à Montpellier ?

Dans un récent entretien que Philippe Saurel, maire de Montpellier et président de l’Agglomération, accordait à la Gazette de Montpellier ( « La culture à Montpellier ça pourrait changer partout ! N°1351 du 8 au 14 mai 2014), il déclare son intention de tout mettre en œuvre pour créer à Montpellier un musée d’art contemporain. Ce projet serait un des objectifs majeurs de sa politique culturelle. Dans cet entretien, le site de l’ancienne marie est encore considéré comme une perspective vraisemblable.
Cependant, un article en ligne de Midi Libre annonce que ce projet « pourrait en lieu et place du musée de la France en Algérie [… ] Ce projet, plus consensuel et aux collections prêtant beaucoup moins à polémique, verrait le jour dans les 3 500 m2 de l’hôtel Montcalm, un hôtel particulier datant du XVIIIe siècle, entièrement restauré pour près de 20 M€, et situé à deux pas de la gare, rue de la République ».

Dans son entretien avec la Gazette, Philippe Saurel affirme aussi vouloir donner une place plus importante aux artistes qui créent à Montpellier…

A suivre…