Exposition Barock au Château Borély, Marseille

Dans le cadre du festival Mars en Baroque, le Château Borely accueille, jusqu’au 2 juin, Barock, une exposition qui réunit des œuvres de  Dominique Angel, Denis Brun, Corinne Marchetti, Stéphane Protic, Nicolas Rubinstein et Lionel Scoccimaro.

Sextant et + promettait de découvrir, au sein des collections du musée des Arts décoratifs, de la Faïence et de la Mode, « un reliquaire aux crânes recouverts de latex,  des Lapunks (contraction entre lapin et punks), des oursons dansant une sarabande côtoient un vase tatoué, des sculptures en céramiques de « barbus louches » et une cathédrale-ossuaire de bronze et d’or ».

La promesse est effectivement tenue ! Comme annoncé, c’est « outrancier, pompeux, exubérant; mais aussi bizarre, extravagant et sans valeur »… Bref, c’est Barock… et c’est superbe !
Les œuvres sont installées avec naturel dans le décor ostentatoire de la bastide Borély.

En résumé, c’est à voir et même à revoir…  Attention, c’est jusqu’au 2 juin !!!

Corinne Marchetti a installé ses céramiques qui semblent sorties d’un vide grenier sur la cheminée de la Galerie des Céramiques et dans la Salle à manger du Nord. Pensez à lire les titres qu’elle a donnés à ces œuvres… Vous ne les oublierez pas !

Dominique Angel a posé une de ses Pièces supplémentaires dans le Salon doré et ses oursons se sont emparés de la Chambre à alcôve pour y faire la fête avec leurs instruments de cuisine…

Les Lapunks de Denis Brun sont dispersés dans diverses pièces du château… Au hasard de votre visite, vous les découvrirez dans le Salon doré et dans la Chambre d’apparat. N’oubliez pas Super Jaimie qui a naturellement trouvé sa place à côté des bleus de la Salle des Théodore Deck (chambre du couchant).

Lionel Scoccimaro ne pouvait poser son Vase tatoué que sur la commode aux poissons de la Chambre dite de Monsieur. Ses deux crânes, en fonte d’aluminium, chromés et tatoués accompagnent avec naturel un vase au décor de scène de plage sur une commode « art déco » de Louis Süe et André Mare, éditée par la compagnie des arts français.

Nicolas Rubinstein, Notre dame des os, 2009. Bronze, acier.
Nicolas Rubinstein, Notre dame des os, 2009. Bronze, acier.

La basilique Notre dame des os de Nicolas Rubinstein pouvait-elle trouver meilleur voisinage que les peintures sous verre et les miniatures en verre églomisé qui sont exposées dans le Boudoir qui précède la Chapelle ?

Stéphane Protic, Reliquaire, 2008. Bois, latex, VMC. Courtesy Galerie Bertrand Baraudou, Paris.
Stéphane Protic, Reliquaire, 2008. Bois, latex, VMC. Courtesy Galerie Bertrand Baraudou, Paris.

Dans la Chapelle, vous découvrirez peut-être ce qui se passe-t-il sous le linceul en latex du Reliquaire de Stéphane Protic !

En savoir plus :
Sur le site de Sextant et + (en particulier sur l’Eon Baroque )
Sur la page Facebook de Sextant & +
Sur la page Facebook de Dominique Angel
Sur la page Facebook de Denis Brun
Sur la page Facebook de Corinne Marchetti
Sur la page Facebook de Stéphane Protic
Sur la page Facebook de Lionel Scoccimaro
Sur le site de Nicolas Rubinstein

 

Publicités

Pucci de Rossi au Château Borély à Marseille

En hommage à Pucci de Rossi, le château Borély – Musée des Arts décoratifs, de la Faïence et de la Mode de Marseille présente dans la salle de billard, au premièr étage une très belle sélection de pièces de la série les Inflatables, réalisées au CIRVA.

C’est jusqu’au 11 mai 2014.  À ne pas manquer !

En savoir plus :
Sur le site du CIRVA
À propos de Pucci Rossi, lire l’article de Liberation Next au moment de sa mort avec un portrait vidéo, réalisé en 2011 par les JandJ.

À propos de Pucci de Rossi (extrait de la Newsletter du CIRVA):

Né à Vérone (Italie) en 1947, et décédé à Paris en 2013, Pucci de Rossi s’initie à la sculpture et expose au début des années 70 ses premiers travaux réalisés avec des matériaux de récupération.
Très vite, il passe de la sculpture à la sculpture/mobilier, et en 1977 il expose à Milan avec le groupe d’avant-garde Alchimia.
Tout au long de sa carrière, les pièces uniques qu’il fabrique restent inclassables, associant les matériaux les plus divers dans des constructions spectaculaires et décalées.

Entre 1994 et 1996, il réalise au CIRVA une cinquantaine de pièces en verre, dénommées Inflatables.

Dominique Angel, « Quand je vois ce que je vois et que j’entends… » à Vidéochroniques, Marseille

Vidéochroniques présente du 7 mai au 12 juillet 2014, « Quand je vois ce que je vois et que j’entends ce que j’entends, je suis bien content de penser ce que je pense » une exposition de Dominique Angel, dont a récemment admirer plusieurs de ses « pièces supplémentaires » au Château Borély et en particulier sa joyeuse bande d’oursons facétieux qui dansent sur des ustensiles de cuisine…

Cette exposition promet un panorama des différentes périodes du travail de sculpture de Dominique Angel.

Pièce supplémentaire, 2011-2013
Pièce supplémentaire, 2011-2013 © D. Angel – Collection CIRVA

On pourra notamment voir sa Pièce supplémentaire réalisée entre 2011 et 2013, et issue de la collection du CIRVA, qui précise dans son invitation : « Sur la base de dessins préparatoires, Dominique Angel a imaginé pour le CIRVA un ensemble de sculptures qui associent le verre à différents matériaux, plâtre, bois, métal. Dans un esprit de « reconstruction baroque de la sculpture », Dominique Angel revendique la dimension spectaculaire de l’œuvre d’art tout en soulignant son caractère parfois grotesque ou humoristique ».

Vernissage le mardi 6 mai de 16 h à 21 h.
Exposition ouverte du 7 mai au 12 juillet 2014, du mardi au samedi de 14h à 18h.

En savoir plus :
Sur le site de Vidéochroniques
Dominique Angel sur le site du CIRVA
Dominique Angel sur documentsdartistes.org

Alain Potignon, Flagrants d’écrits à la médiathèque Émile Zola, Montpellier

Jusqu’au 17 mai, la Médiathèque centrale d’Agglomération Émile Zola présente dans les espaces adultes, aux 1er et 2e étage, Flagrants d’écrits, une exposition du photographe Alain Potignon

Alain Potignon expose une série de diptyques qui associent aux portraits de grands noms du polar actuel (Benacquista, Daeninckx, Vargas, Crumley…) à  une de leurs œuvres,  dont la destruction est mise en scène par le photographe…

« Une volonté clairement énoncée de faire subir au livre le même traitement meurtrier que celui réservé par les auteurs de romans policiers à leurs personnages ! » (extrait du programme de « Sang pour sang polar »)

Cette exposition est une des nombreuses manifestations organisées par les  13 médiathèques du réseau Monptellier Agglomération dans le cadre du programme de « Sang pour sang polar »

En savoir plus :
Sur le site du réseau des médiathèques de Monptellier Agglomération
Sur le site d’Alain Potignon

Présentation extraite du programme :

Sang pour sang polar - affiche 2Le polar prend ses quartiers pendant plus d’un mois dans les 13 médiathèques du réseau pour faire (re) découvrir au public le genre littéraire le plus prisé des lecteurs français. Au programme, des rencontres autour de lectures à haute voix et d’auteurs tels que le pignanais Olivier Truc, qui nous fait l’honneur de venir à la médiathèque La Gare, et le britannique Tim Willocks qui, grâce au partenariat avec Soleil Noir, viendra à Montpellier après son passage au festival Quais du Polar à Lyon.

Sang pour sang polar, c’est aussi des ateliers et des jeux d’enquête pour les enfants et leur famille, des spectacles, des expositions et beaucoup de cinéma, des premiers films noirs hollywoodiens des années 40 aux thrillers les plus récents…

Du suspense, des sueurs froides, de complexes enquêtes et même de l’humour… noir bien sûr !