Linda McCartney, Paul McCartney, Los Angeles, 1968

Linda McCartney, Paul McCartney, Los Angeles, 1968
Linda McCartney, Paul McCartney, Los Angeles, 1968

Il y a une semaine, la ville bruissait d’informations contradictoires sur la présence éventuelle de Sir Paul McCartney pour le vernissage de la rétrospective que le Pavillon Populaire consacre à sa femme Linda…. Le service du protocole de la Ville de Montpellier était sur les dents et la presse nationale s’apprêtait à couvrir l’événement.
Paul est donc venu en famille passer une petite heure pour visiter l’expo…

Nous avons donc choisi cette photo prise par Linda en 1968 à Los Angeles.  On peut découvrir dans l’espace de documentation de l’expo, une planche-contact de cette séance de prise de vues. Une occasion de découvrir la façon de travailler de Linda McCartney , une des photographes les plus célèbres des années 1960.

Nous reviendrons bientôt sur cette rétrospective.

Publicités

Guillaume Constantin , La constante des variables, Project Room au CRAC, Sète

Du 28 février  au 11 mai 2014, Le Centre Réginal d’Art Contemporain (CRAC) de Sète propose une Project Room à Guillaume Constantin.

Vernissage le vendredi 28 février 17 h 30.
Du 28 février  au 11 mai 2014. Ouvert tous les jours de 12h30 à 19 h.  Samedi et dimanche de 14 h à 19 h. Fermeture le mardi.
Commissariat : Noëlle Tissier

Communiqué de presse :

Le travail de Guillaume Constantin se construit à partir d’analogies et d’anachronismes. Que ce soit dans les choix de matériaux (souvent semi-transformés), de types de formats,dans les sources utilisées ou bien les prélèvements et les déplacements qu’il propose, se pose la question de la matérialité et de la temporalité de l’objet qui renvoie inévitablement à celle de l’œuvre d’art et de ses dérivés quotidiens. Se déploient ainsi des œuvres ambiguës qui ricochent les unes sur les autres en devenant tour à tour un jeu sur le médium, le support, un hommage, un détournement, une réappropriation.

« Appropriation, recyclage, détournement et autres déplacements, transformations, voire déformations habitent l’œuvre de Guillaume Constantin. Développant un travail essentiellement sculptural et d’installation, il conçoit régulièrement des displays ou réalise des interventions sur des dispositifs d’exposition préexistants, notamment muséaux, interrogeant le rapport à l’œuvre ou à l’objet, sa collection et ses modes démonstration comme de circulation, son histoire, au sein de différents contextes pouvant mettre en tension conservation et disparition, visibilité et absence. L’artiste remet ainsi littéralement en jeu l’exposition en même temps qu’il en propose une réécriture et une relecture, convoquant la mémoire et les traces du passé.» Anne-Lou Vicente, Raphaël Brunel et Antoine Marchand

En savoir plus :
Sur le site du CRAC
Sur la page Facebook du CRAC
Sur le site de Guillaume Constantin 
Portfolio de Guillaume Constantin

Guillaume Leingre, 5000 K, project room au CRAC, Sète

Du 28 février  au 11 mai 2014, Le Centre Réginal d’Art Contemporain (CRAC) de Sète propose une project room au photographe Guillaume Leingre. Il y présente 5000 K, une exposition autour de la température de couleur dans laquelle il nous propose de percevoir aussi 5000 cas ou  5000 situations possibles…

Vernissage le vendredi 28 février 17 h 30.
Du 28 février  au 11 mai 2014. Ouvert tous les jours de 12h30 à 19 h.  Samedi et dimanche de 14 h à 19 h. Fermeture le mardi.

Communiqué de presse :

5000 K désigne une température de couleur neutre ou intermédiaire située entre une lumière chaude (1000 K, orangée) et une lumière froide (22000 K, bleue). K pour Kelvin. La température d’une source lumineuse est établie à partir d’un corps noir “ théorique ” porté à incandescence. En chauffant il change de couleur. Une bougie a une température de couleur de 1200 K. Un flash de 5000 ou 6500 K selon les fabricants. C’est la lumière du jour. Le soleil au zénith a une température de couleur de 6000 K.

Dans 5000 K on entend 5000 cas. 5000 situations possibles.

L’exposition présente des bandes de papier photo de grande longueur, dix mètres ou trente mètres (par 1 mètre de large), disposées à l’étage du Centre d’art. On peut imaginer regarder des morceaux de routes, de possibles podiums, etc. Leur couleur se situe entre l’orangé et le bleu. Entre la lumière chaude et froide. Entre le papier vierge, ultra blanc, et le noir du papier révélé. Un photogramme géant sera le témoin d’une des 5000 situations possibles.

5000 K se souvient de l’exposition qui l’a précédé. Trois grandes peintures murales d’Hamish Fulton sont citées à travers la couleur des murs de la salle. Bleu roi, bleu ciel, brun-orangé.

En savoir plus :
Sur le site du CRAC
Sur la page Facebook du CRAC
Sur le site de Guillaume Leingre
Portfolio de Guillaume Leingre pour Super Window Project

Lire la suite Guillaume Leingre, 5000 K, project room au CRAC, Sète

Arles, les mécènes vont-ils sauver la ville ? – Le monde bouge – Télérama.fr

Arles, les mécènes vont-ils sauver la ville ?
Le monde bouge – Télérama.fr

Un interessant papier de Luc Le Chatelier dans le  n° 3345 de Télérama. À Lire !!!

« SPÉCIAL MUNICIPALES 2014 | Connue pour ses Rencontres photographiques, la ville va accueillir deux nouvelles fondations d’art, fruit d’un mécénat hors normes. Une abondance culturelle, sur fond de chômage, qui choque parfois la population et profite à un FN en embuscade….»

Projet pour l’hôtel Léautaud de Donines/Fondation Van Gogh/Fluor Architecture ©FLUOR Architecture

Dans la conclusion, un paragraphe qui mérite attention. La gratuité est indispensable, mais elle ne suffit pas… Attention à la condescendance !

« Le constat est amer : la culture pour tous, qui, depuis Malraux, devait relier les hommes, deviendrait-elle facteur de clivage ? Globalement, non. A la marge, oui.

Si un quart de la population se sent exclue de ces manifestations, dont les expositions et les concerts sont pourtant gratuits, c’est qu’elle n’en peut plus de ce monde où les riches sont de plus en plus riches, et les pauvres, au RSA. Qu’elle abhorre cette époque où l’art s’offre des palais et des gestes d’architectes tandis que les chômeurs s’entassent dans les cités. »

Lire l’article sur le site de Télérama : Arles, les mécènes vont-ils sauver la ville ? – Le monde bouge – Télérama.fr.

La future tour d’aluminium de Frank Gehry/©Franck Gehry