Galerie At Down : un an déjà !

Il y un peu plus d’un an, à 50 mètres de la Panacée, Philippe Lefèvre et Nicolas Pinelli ouvraient une galerie avec comme objectif  de présenter et de défendre une sélection d’artistes à forte personnalité,  issus de la culture Graffiti.
Pour ce premier anniversaire, nous vous proposons un portrait de la Galerie At Down qui s’est imposée comme un acteur majeur dans le paysage de l’art contemporain urbain à Montpellier.

Une première année particulièrement riche et diverse

L’exposition inaugurale accueillait un trio d’artistes confirmés avec Mist, Tilt et Alëxone. At Down nous a offert ensuite  le plaisir d’apprécier Jonnystyle dans un solo show, L’enfant du pays.  Pour l’été 2013, Cosmopositan, regroupait cinq acteurs de la scène montpelliéraine avec AL, Gum, Momies, Polar et Salamech.
La rentrée fut indéniablement marqué par une très belle exposition personnelle de Zest. L’occasion  de découvrir un nouveau travail d’atelier où les aspects figuratifs avaient fait place à des recherches abstraites sur des supports originaux. En novembre,  pour sa première exposition à Montpellier, Tanc évoquait avec Memories des souvenirs liés à la Méditerranée et à la Corse. À nouveau, une recherche formelle abstraite, réinterprétation de certains caractères de l’expressionnisme abstrait américain.
Retour à la figuration avec Gris 1, en fin d’année : Game… proposait explosion de couleurs, mélanges de techniques, humour et citations… et une installation remarquée et remarquable !

Si la programmation de cette première année a été particulièrement  riche et diverse, proposant à chaque fois d’agréables découvertes, il faut aussi souligner le soin apporté à la présentation et à l’accrochage des œuvres. Philippe et Nicolas ont réussi à exploiter avec beaucoup d’intelligence un lieu qui a certes beaucoup de charme, mais qui n’est pas sans contrainte. L’ouverture sur la terrasse, au nord, leur a permis de combiner avec bonheur lumière naturelle et éclairage artificiel. Les  couleurs des cimaises, la qualité de la lumière, la pertinence de l’accrochage ont assuré une remarquable mise en valeur des œuvres exposées.
Le lieu chaleureux est propice aux échanges avec Philippe qui sait faire partager avec cordialité et passion son expertise dans la culture Graffiti et la qualité du travail des artistes représentés.

La galerie At Down, une histoire

Au cours d’un entretien, Philippe Lefèvre nous a raconté l’histoire de la galerie, avant d’évoquer ses projets et ambitions. Si At Down apparaît comme une jeune galerie dans l’espace montpelliérain, Philippe explique que sa création est le résultat de 20 ans de gestation et d’actions dans le monde des cultures urbaines contemporaines. C’est aussi la rencontre de deux hommes Philippe Lefèvre et Nicolas Pinelli.

Philippe Lefèvre

Pour lui, la rencontre avec le monde du Graffiti remonte à 1988, l’année où il s’installe à Paris pour ses études.  La découverte des images sur les murs de la capitale s’accompagne de la lecture de  Spraycan Art d’Henry Chalfan et James Prigoff. Philippe commence immédiatement à photographier tout ce qu’il voit. Il rencontre les artistes et perçoit que le Graffiti est une nouvelle  forme d’art et de communication qui va s’imposer sur tous les continents.
En 1992, il obtient une bourse « Jeunes Talents » qui lui permet de faire un séjour de deux ans  aux États-unis. Ce voyage confirme ce qu’il pressentait : L’émergence d’une expression artistique majeure qui se développe sous toutes les latitudes.
Au retour, il reprend sa carrière de cadre bancaire. Il continue à photographier et commence à collectionner dès 1995.

En 1996, Philippe s’installe à Montpellier. Très vite il participe au développement du graffiti sur la ville dans le cadre du Festival Attitude.
La rencontre de Vania, créateur du magazine At Down, en 1997, se traduit par une collaboration entre les deux hommes. Quatre numéros du magazine sortent en 1997,1998,1999 et 2000. Les deux numéros suivants se transforment en ouvrages publiés, en 2002 et en 2006 (At Down urban design).
En 2004, Philippe Lefèvre crée l’agence artistique At Down. Il réunit une équipe d’artistes, tous actifs sur la scène du Graffiti.  At Down intervient dans divers secteurs (communication visuelle, création d’image, partenariat artistique, événements, édition) pour des clients institutionnels et des entreprises du secteur privé.
Dès 2004-2005, Il prend  contact auprès des FRAC, avec en particulier la présentation d’un dossier Mist. Les réponses sont polies, mais sans suites. Ces contacts seront renouvelés à la création de la galerie, mais ils restent toujours sans effet. L’agence postule également à une vingtaine d’appels dans le cadre du 1% artistique. Philippe constate, avec regret, qu’elle n’a jamais été présélectionnée.
Philippe Lefèvre collabore pendant un an et demi (2011-2012) avec  Montana Gallery.

Nicolas Pinelli

Il y a tout juste 10 ans, en 2004, Nicolas Pinelli créait un magazine sur la culture alternative, LAST Mag.  En charge tout particulièrement des rubriques artistiques, il interviewe et photographie les acteurs majeurs de la scène Graffiti et Street Art. Des rencontres riches ponctuées d’échanges sur les lieux de travail des artistes, la rue ou les ateliers.

Parallèlement à son activité journalistique, il organise des événements artistiques, des expositions en galerie, de Paris à Montpellier, ou dans des lieux éphémères pour partager cette passion avec le grand public. On retiendra Deck’On Street Art et Tag My Bag qu’il poursuit encore aujourd’hui.

Une collaboration rapprochée se construit avec certains artistes reconnus de la scène internationale, comme Mist, pour lequel il archive depuis plusieurs années son travail, en le photographiant.

Ce parcours, proche des artistes,  l’amène début 2013 à diriger, au côté de Philippe Lefèvre, la galerie At Down à Montpellier.

La galerie At Down

La galerie est une entreprise privée qui autofinance son fonctionnement, sans aucune aide ou subvention. Les relations sont uniquement régies par des contrats de dépôt avec chaque artiste.
La galerie At Down travaille régulièrement avec Zest, Mist, Tilt, Alëxone Dizac, Smole, Tanc, Mear One, Momies, Polar, Jonnystyle, Gum, Smash 137.

Si un important effort de communication accompagne chaque exposition, la galerie n’a aucun projet d’édition (catalogue, monographie…), pour le moment. Par contre, elle exprime la volonté d’une présente future sur les salons de la région (Drawing Room), et plus largement le souhait de construire des projets communs avec les lieux artistiques de Montpellier et sa région.

Quelques interventions événementielles ont marqué cette première année (Foire expos avec Montpellier Agglomération). Pour l’année 2014, plusieurs projets restent à finaliser.

Programmation 2014 :

Smole, avec son exposition Il Brigante, occupe les cimaises de la galerie jusqu’à la fin mars.
En mai, et jusqu’en juillet, Philippe et Nicolas accueilleront Mist pour une exposition solo. Cette exposition sera accompagnée par une fresque de 200 m², que Mist réalisera pendant  la deuxième quinzaine d’avril dans le centre-ville de Montpellier.

Une exposition collective avec Zest, Tilt et Smash 137 est prévue pour la rentrée de septembre.
Pour le reste, la programmation est encore en préparation.

La galerie At Down affirme la volonté de faire un travail sur la durée avec des artistes choisis pour leur forte personnalité graphique.
Elle se positionne comme une galerie d’experts, avec 20 ans d’expérience dans la culture du Graffiti, et donc susceptible d’informer et de conseiller judicieusement amateurs et collectionneurs.

Face à la multiplication des événements, à l’engouement du grand public et à l’intérêt grandissant des médias la galerie At Down perçoit  la situation actuelle du marché comme la vague d’un tsunami qui inonde tout, avec du bon et du mauvais.  « C’est au reflux que l’on verra ce qu’il restera. Être une galerie d’experts est essentiel dans une telle situation » affirme avec conviction Philippe Lefèvre.

Dans les circonstances actuelles où les initiatives prolifèrent et alors que des acteurs nouveaux se bousculent sur ce marché encore naissant, Philippe Lefèvre reprend à son compte la conclusion d’un récent mémoire universitaire sur le sujet  qui souligne que le Street Art « s’épanouira encore, à condition de garder un œil critique et passionné de manière à le hisser vers le haut. Amener une pierre à l’édifice ancrera les fondations, mais en prendre pour sa propre bâtisse ne mènera qu’à en faire un simple champ de ruines ». (Mémoire de Master « Graffiti, Street Art, Post-Graffiti en France de 1980 à 2013 : État des lieux ». Sabella Augusto sous la direction de J.F. Pinchon et H. Trespeuch, Université Paul Valéry, Montpellier).

En savoir plus :
Sur le site de la galerie At Down
Sur la page Facebook de la galerie At Down
Les billets de ce blog sur les expos de la galerie At Down : Mist-Tilt-Alëxone, Zest, Tanc, Gris 1, Smole.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s