Pauline Fondevila, Poissons et fantômes du Parana

Pauline Fondevila, Poissons et fantômes du Parana à la galerie ChantiersBoiteNoire, Montpellier

Du 10 janvier au 16 mars 2014, la galerie ChantiersBoiteNoire propose Poissons et fantômes du Parana, une exposition de Pauline Fondevila.

Vernissage jeudi 9 janvier à 18 h 30.
Ouvert du mercredi  au  samedi, de 15 h 30 à 19 h.

WEB_paulinefondevila_1

Lire la suite Pauline Fondevila, Poissons et fantômes du Parana

Michaël Sellam, Science, fiction, culture, capital

Michaël Sellam, Science, fiction, culture, capital  à Galerie de l’École Supérieure des Beaux-Arts de Montpellier.

L’École Supérieure des Beaux-Arts de Montpellier Agglomération (ESBAMA) présente, du vendredi 17 janvier au vendredi 28 février 2014, l’exposition des œuvres de Michaël Sellam, Science, fiction, culture, capital.
Vernissage le jeudi 16 janvier à 18h30.
Entrée libre du lundi au vendredi de 15h à 19h.

Lire la suite Michaël Sellam, Science, fiction, culture, capital

Soirée de clôture de l’année Capitale – Révélations#8 à Marseille

 

Les vœux d’épopée d’Ariane Mnouchkine

Je ne peux que partager ici les voeux d’épopée d’Ariane Mnouchkine, publié par Mediapart… Rien à ajouter !

histoireetsociete

ariane_mnouchkine_reference Par La rédaction de Mediapart

Mediapart: http://t.co/VBFd62gigw

« Mes chères concitoyennes, mes chers concitoyens,

À l’aube de cette année 2014, je vous souhaite beaucoup de bonheur.

Une fois dit ça… qu’ai-je dit? Que souhaité-je vraiment ?

Je m’explique :

Je nous souhaite d’abord une fuite périlleuse et ensuite un immense chantier.

D’abord fuir la peste de cette tristesse gluante, que par tombereaux entiers, tous les jours, on déverse sur nous, cette vase venimeuse, faite de haine de soi, de haine de l’autre, de méfiance de tout le monde, de ressentiments passifs et contagieux, d’amertumes stériles, de hargnes persécutoires.

Fuir l’incrédulité ricanante, enflée de sa propre importance, fuir les triomphants prophètes de l’échec inévitable, fuir les pleureurs et vestales d’un passé avorté à jamais et barrant tout futur.

Une fois réussie cette difficile évasion, je nous souhaite un chantier, un chantier colossal, pharaonique, himalayesque, inouï, surhumain parce que justement totalement humain…

Voir l’article original 390 mots de plus