Sabine Meier, 7 métamorphoses à la galerie Annie Gabrielli, Montpellier

afficheEn cette rentrée 2013 à Montpellier, il faut, sans hésitation, pousser la porte de la galerie Anne Gabrielli pour y découvrir l’étonnante série 7 métamorphoses de la photographe Sabine Meier.

Cette série est composée de sept photographies de grand format. La photographe et son modèle sont mis en scène dans un décor assez austère. L’atmosphère est assez étrange, un peu dérangeante.  Les attitudes figées des personnages renforcent un sentiment de trouble qui augmente d’image en image. Cependant, on arrive mal à cerner rapidement la source de cet inconfort…

On remarque peu à peu si on retrouve les mêmes éléments  du décor et les mêmes objets  d’une photographie à l’autre, en fait rien ne tient… Les incohérences de l’espace apparaissent peu à peu, la perspective semble fausse…  mais cette découverte n’élimine pas la sensation trouble…  On finit par comprendre, au milieu de la boucle, face à un diptyque,  que nous sommes probablement face à ou dans à l’atelier du photographe.  Dans ce décor assemblé sur le plateau, on remarque des photographies gradeur nature,  tirées sur des bâches qui… « troublent l’espace et le rendent impossible ».

Métamorphose 3_1
Sabine Meier, Métamorphose 3
©galerie annie gabrielli/Sabine Meier

Dans ce « lieu » un peu instable, les personnages semblent « flotter », leur rencontre paraît comme illusoire… on ne sait pas s’ils se voient, s’ils sont dans le même mode…

En principe l’ensemble forme une boucle avec un début et une fin. Annie Gabrielli, avec l’autorisation de l’artiste, a fait le choix opportun de rompre cet ordre pour installer Métamorphose 5 dans ur insatll d’ont travail :alerie Annie Gabrielli,  inconfort…un renfoncement de la galerie qui accroît la mise en abîme et l’ambiguïté de la représentation.

Métamorphose 5_1
Sabine Meier, Métamorphose 5
©galerie annie gabrielli/Sabine Meier

Dans un entretien publié sur la page Facebook de la galerie Annie Gabrielli, Sabine Meier donne quelques explications sur son travail :

« Cette série les métamorphose,  c’est une réflexion sur la représentation […] Un miroir, ce n’est jamais qu’une image dans l’image… ça renvoie à un contrechamp… et dans la photographie, le contrechamp, c’est là où se trouve le photographe.
[…] Le modèle et le photographe ne sont pas là comme personnes, ils n’ont pas de psychologie, ils n’ont pas de sentiments, ce sont des figures.
[…] On a tendance à penser que les choses doivent être éclairées pour qu’on les voit… et moi j’ai tendance à penser le contraire […] Il se passe beaucoup de choses dans l’obscurité.
[…] Un appareil-photo, c’est une boite noire d’où sortent des images… c’est une métaphore de l’inconscient. Qu’est-ce qui se passe dans un inconscient, dans le noir, dans le
voilé… »

Sabine Meier travaille en argentique. Aucun montage numérique n’est utilisé dans ses images, ce qui impose la mise en place d’un processus méticuleux dans la construction des décors qui comportent d’autres photographies préalablement tirées sur bâche.

À propos de Sabine Meier : (extrait du dossier de presse)
Sabine Meier, née en 1964, vit et travaille au Havre. Diplômée de l’École Nationale des Beaux-Arts de Paris (ENSBA), licenciée en histoire de l’art (esthétique de la photographie) et agrégée d’Arts plastiques, elle s’inscrit dans le champ de la création artistique contemporaine.
Son travail photographique est régulièrement exposé dans des institutions et galeries en France et à l’étranger ; Il figure dans diverses collections publiques et privées (FNAC, FRAC Haute-Normandie, Goethe Institut de Bordeaux, le MuMa du Havre…) Sabine Meier a effectué plusieurs résidences en France, en Allemagne, en Finlande et dernièrement aux Etats-Unis (New-York).
Son travail a longtemps tourné autour de l’autoportrait.
Plus récemment, elle a produit une série de photographies à partir du roman de Dostoïevski, Crime et châtiment : Portrait of a man (Rodion Romanovitch Raskolnikov).

C’est jusqu’au 9 novembre. A ne pas manquer !

En savoir plus :
Sur le site de la galerie Annie Gabrielli
Sur la page Facebook de l galerie Annie Gabrielli
Sur le site de Sabine Meier