Paños, art carcéral chicano, collection Leplat-Torti à la galerie chantiersBoîteNoire, Montpellier

L’art du Paño, diminutif de pañuelo, mouchoir en espagnol, s’est développé dans les prisons du Texas ou du Nouveau-Mexique.  À travers ces mouchoirs dessinés à l’encre, à la cire, ou au café, des prisonniers chicanos communiquent avec leurs proches. Certains sont destinés à leurs enfants, d’autres à leurs femmes des prisonniers, d’autres à leur famille ou à leurs amis.

La galerie chantiersBoîteNoire présente une sélection de Paños de la collection Leplat-Torti. Ce collectionneur, en contact avec des familles de détenus, possède un important ensemble de paños qui a été présenté dans de nombreuses galeries en Europe. Il prépare actuellement un film documentaire sur ce sujet.

Une exposition à voir avant 28 septembre !

Ceux qui ont eu le bonheur de visiter  l’exposition Les Territoires de l’Art Modeste  à l’occasion du dixième anniversaire du  MIAM  à Sète, en 2010-2011, se souviennent  peut-être du volet De l’interieur, Paños , Chicano Arte !  présenté par Stéphane Pencréac’h et Pascal Saumade.

Dans un texte du catalogue De l’intérieur, Paños , Chicano Arte ! , Stéphane Pencréac’h écrivait : «  Les Paños sont construits par prolifération, proche du tatouage, mélange de culture populaire, de références religieuses, commerciales, pop, gothique, le tout passé dans le mixer mexicain. On pourrait citer Diego Rivera, Warhol ou Wim Delvoye, mais cela n’a pas grande importance. Ce qui compte, c’est leur force graphique et leur simplicité technique : stylos, feutres sur mouchoirs ou serviettes de table. On n’est pas ici dans la broderie de bon goût, mais juste dans la violence d’un sentiment exprimé plastiquement avec des moyens primitifs. Une bouteille à la mer qui ne cherche pas à délivrer un Robinson mais qui dit juste :  J’existe, et là, je suis libre. L’art, c’est ça ».

Pascal Saumade ajoutait : « La vérité du dessin préférée aux mots chuchotés entre deux gardiens dans le vacarme assourdissant d’un parloir surpeuplé. La vitalité incroyable de la culture mexicaine qui, même dans les pires moments, célèbre son histoire à travers une imagerie populaire admise et comprise par tous ».

En savoir plus :
Sur le site de la galerie chantiersBoîteNoire.
Sur la page Facebook de la galerie chantiersBoîteNoire.
Entretien avec Reno Leplat-Torti à propos de l’exposition Quedarse Ciego à Going Blind, en 2012 sur site Le Petit Bulletin à Grenoble.
À propos de l’exposition Paňos, art carcéral chicano, Collection de Reno Leplat-Torti, en regard des productions des détenus du Centre pénitentiaire de Béziers sur le site du MRAC à Sérignan. Dossier de presse à télécharger ici.

À lire :
Le catalogue du volet  De l’interieur, Paños , Chicano Arte !  de l’exposition Les Territoires de l’Art Modeste au MIAM (Editions Invenit).
Paños aux éditions Le dernier cri

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s