Les galeries contemporaines du musée Fabre, Montpellier

Les cinq salles voûtées du premier étage sur lesquelles ouvre la salle Fournier sont ordinairement dédiée aux expositions monographiques d’artistes contemporains et plus exceptionnellement servent de salles de médiation pour les grandes expositions estivales.

Pour accompagner et prolonger le réaccrochage de la salle Fournier, l’équipe de conservation du musée Fabre a choisi de monter une sélection d’œuvres contemporaines de la collection permanente dans lesquelles la couleur joue un rôle majeur et qui font parfois écho aux activités de la Galerie Fournier. Les artistes représentés ont souvent un lien étroit avec Montpellier le la région. Le musée a présenté dans ces galeries des exposition monographiques consacrées à certain d’entre-eux.

Si le volume « cubique » de ces salles n’offre pas de grande liberté pour l’accrochage, par contre la lumière assez intense met particulièrement bien en valeur les œuvres présentées.

Vincent Bioulès et Marc Devade (Salle 49)

On connaît l’attachement de Vincent Bioulès à ce musée et la générosité récente dont il a fait part lui donnant l’ensemble de ses dessins et carnets. Les œuvres présentées ici datent de 1970, époque où Bioulès est un des acteurs majeurs de Supports/Surfaces. Les 125 carrelets, récupérés dans une charpente, teintés de rouge, vert, jaune, bleu et violet ont été initialement installés dans une ruelle de Coaraze, village des Alpes-Maritimes en 1970. Ils encadrent ici une toile de la même année sur laquelle l’artiste a peint de larges bandes verticales en aplat dont les couleurs fortes sont « détachées de toute forme » et où toute expressivité est rejetée. Ces deux œuvres emblématiques de la courte participation de Bioulès à Supports/Surfaces sont des dons de leur auteur, en 1997.

Une toile de 200 x 200cm, Sans titre, 1969 de Marc Devade, acteur lui aussi de Supports/Surfaces, accompagne les œuvres de Bioulès.

Pierre Buraglio et Vincent Bioulès (Salle 50)

On retrouve Bioulès dans la salle suivante avec une œuvre (Bandes verticales n°2, 1974) postérieure à la rupture avec Supports/Surfaces. Dans des tons plus rompus, le peintre renoue avec le plaisir de la matière picturale.

Mais cette salle est avant tout consacrée à Pierre Buraglio, artiste défendu par la Galerie Fournier. Trois œuvres très différentes illustrent la nature de son travail dans les années 80. Buraglio abandonne les outils du peintre pour ceux de l’artisan. Il ramasse, assemble et colle des objets de récupération : Fenêtre, 1982 réunit un bâti de fenêtre et une imposte cintrée et tronquée ; S.H. Monk II, 1985 associe des morceaux de tôle émaillée sur une toile réemployée ; Padova, 1987 utilise des plaques de signalisation de métro parisien, montées sur bois.

Alain Clément et Marc Devade (Salle 51)

Dessinateur, graveur et typographe, Alain Clément sera l’ami de Frédéric Jacques Temple dans les années 60. En 1969, il participe avec Tjeerd Alkema, Jean Azémard et Vincent Bioulès à la création du groupe ABC Productions, dont la manifestation « 100 artistes dans la ville », en mai 1970 reste dans les mémoires montpelliéraines.
Sa production plastique est illustrée ici par un grand format carré de 3 mètres, Sans titre, 1982. Cette toile, très dynamique, est contemporaine de son exposition à la Galerie Fournier.  Elle est donnée par le peintre au musée, en mémoire de Jean Fournier, en 2006. Une sculpture Sans titre de 2001 accompagne cette toile.

L’accrochage de cette salle est complété par un remarquable tableau de Marc Devade, daté de 1973 dans lequel la couleur semble se diluer sur la toile. Cette huile est proche des encres sur toile qu’il  réalise entre 1972 et 1979.

Stéphane Bordarier et Pierre Buraglio (Salle 52)

La dernière salle des galeries contemporaines présente deux œuvres récemment entrées dans les collections à la suite de l’exposition monographie que le musée lui a dédié en 1970. Sans titre, 4 IV 2008 est un don de l’artiste fait en 2013. Sans titre, 5 VII, 2011 est appartient aux « Ensemble », dans lesquels  le peintre groupe les toiles carrées par deux ou par quatre. C’est un achat, puis un don de la Fondation d’Entreprise du Musée Fabre auprès de la Galerie Fournier en 2013.
Stéphane Bordarier est défendu par la Galerie Jean Fournier à Paris depuis 1987. Il a participé à l’exposition La couleur toujours recommencée, Hommage à Jean Fournier, marchand d’art, en 2007.

Une œuvre de Pierre Buraglio, Paysage, 1990 complète l’accrochage de cette salle.

Lire l’article sur le réaccrochage de la salle Fournier

En savoir plus :
Sur le site du musée Fabre : Salle 49, salle 50, salle 51, salle 52
Vincent Bioulès sur le site de la Galerie Bernard Ceysson
Marc Devade sur le site de la Galerie Bernard Ceysson
Alain Clément sur le site de la Galerie Baudouin Lebon
Pierre Buraglio sur son site personnel
Stéphane Bordarier sur le site de la Galerie Fournier

Publicités

2 réflexions sur « Les galeries contemporaines du musée Fabre, Montpellier »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s