Le noir et le bleu au Mucem

Dans cette exposition majeure du Mucem, la Méditerranée est prise comme une pièce de monnaie antique qui aurait toujours cours. Côté pile, le noir des guerres de Napoléon armé de scientifiques aux missions « civilisatrices » de la colonisation en passant par la guerre d’Espagne et les plus récentes révoltes du monde arabe. Un côté qui rappelle que si l’Europe est en paix, la Méditerranée continue d’être en guerre. Côté face, le bleu du rêve et des poètes, le bleu ambiguë du tourisme de masse, celui de la fascination d’une couleur chantée par les peintres. C’est Miro d’ailleurs qui invite à entrer dans cette démonstration foisonnante avec un immense tableau azur ou le pinceau trempé dans le noir semble avoir joué au ricochet pour finir par un point d’exclamation rouge ! On est dans le bain. La mer, et d’abord la Méditerranée, n’est-elle pas la plus belle invention du 19ème siècle ? Jalonnée…

Voir l’article original 152 mots de plus