Collection David et Ezra Nahmad – Impressionnisme et audaces du XIX° siècle, au musée Paul Valéry – Sète

afficheDu 29 juin au 27 octobre 2013, le musée Paul Valéry présente la collection David et Ezra Nahmad – Impressionnisme et audaces du XIX° siècle.

Artistes exposés : Courbet, Corot, Millet, Boudin, Monet, Renoir, Degas, Pissarro, Sisley, Émile Bernard, Sérusier, Bonnard, Vuillard, Maurice Denis, Douanier Rousseau, Toulouse-Lautrec, Signac, Loiseau, Redon, Gustave Moreau.

Unique par la diversité des courants artistiques représentés, la collection Nahmad est l’une des plus prestigieuses au monde. Avec ses plusieurs milliers d’œuvres, des impressionnistes aux symbolistes, des cubistes aux surréalistes, elle marque tous les temps forts de la modernité. Les frères Nahmad ont rassemblé, en dehors des successions familiales, les plus vastes ensembles privés de trois peintres, Gustave Moreau, Pablo Picasso et Joan Miró.

Les œuvres de la collection Nahmad ont figuré au cours des dernières décennies dans des expositions organisées par les plus grands musées du monde.

« Nous, collectionneurs, avons l’obligation de prêter nos œuvres pour des expositions destinées au grand public. Nous jouons un rôle dans la transmission du savoir. Plus l’œuvre d’un artiste sera diffusée, plus nous rendrons justice à cet artiste et plus son importance demeurera intacte. »

Depuis quelques années, la famille accepte de présenter des ensembles complets de leur collection, illustrant ainsi la figure du « Marchand-Amateur ». C’est dans cette perspective qu’un cycle de trois expositions dans les musées européens permet depuis 2012 de saisir l’esprit de la collection, selon différentes lectures.
L’an dernier au Kunsthaus de Zürich, des chefs-d’oeuvre modernes de Monet à Miró ont retracé le cheminement de la figuration et de l’abstraction au fil du XXe siècle.
À partir du mois de juillet à Monaco, le Grimaldi Forum accueille un exceptionnel ensemble de toiles de Picasso de la collection Nahmad.

Le musée Paul-Valéry à Sète présente  près de 70 œuvres qui évoquent les ruptures qui ont engendré l’art moderne, en France, au tournant du XIXe et du XXe siècle.

Introduite par l’École de Barbizon et le Réalisme, l’exposition réunit un ensemble d’œuvres de tous les courants de l’impressionnisme au post-impressionnisme, des expériences de Pont-Aven, de l’aventure nabie et du symbolisme. Chaque artiste est représenté par un ensemble d’œuvres important qui permet une lecture cohérente de l’œuvre.

Commissariat : Maithé Vallès-Bled, Conservateur en chef du Patrimoine, directrice du Musée Paul Valéry
Catalogue aux éditions  Au Fil du Temps sous la direction de Maithé Vallès-Bled

En savoir plus :
Sur le site du musée Paul Valéry

A propos de la collection Nahmad :
Sur le site du Kunsthaus de Zürich (en particulier l’extrait d’un entretien entre Helly Nahmad et Björn Quellenberg)

Albert Dubout – Peintre à l’Espace Dominique Bagouet – Montpellier

Après Camille Descossy et André Castagné,  l’Espace Dominique Bagouet  présente « Albert Dubout – Peintre » du 5 juillet au 29 septembre.

Texte de présentation de l’expos sur le site de la ville de Montpellier :

« Né à Marseille en 1905, Albert Dubout entre très jeune à l’école des Beaux-Arts de Montpellier où il rencontre entre autres Camille Descossy et Suzanne Ballivet. Ses premiers dessins paraissent dans un journal d’étudiant en 1923 et seront suivis d’une quantité d’autres dans la presse parisienne. Le travail inlassable d’illustrateur qu’il mènera tout au long de sa vie fera de lui l’un des humoristes les plus populaires et célèbres. Aujourd’hui encore, personne n’a oublié ses affiches pour la trilogie de Marcel Pagnol (Marius, Fanny, César), ses dessins de chat, ses grosses dames accompagnées de petits messieurs, son train de Palavas. Il meurt à Saint-Aunès (Hérault), où il est enterré, en 1976. En 1992, le Musée Albert Dubout est inauguré à Palavas-les-Flots.

Si les œuvres graphiques d’Albert Dubout jouissent aujourd’hui encore d’une célébrité exceptionnelle, ses peintures, beaucoup moins nombreuses, n’ont pas eu la même postérité auprès du grand public. Elles le mériteraient pourtant, car elles permettent de découvrir un Albert Dubout parfois aussi drôle, parfois plus angoissé (son Autoportrait de 1973 qui se trouve au Musée Fabre), toujours d’une virtuosité déconcertante, comme en témoignent ses arènes de corrida. L’Espace Dominique Bagouet a décidé de rendre un hommage exceptionnel à cette facette de l’artiste, figure majeure de notre patrimoine, à travers une sélection d’œuvres rarement montrées, parfois quasi inédites. Ces peintures seront accompagnées de quelques dessins choisis pour les mettre en perspective ».

En savoir plus :
Sur le site de la ville de Montpellier
Sur la page Facebook de l’Espace Dominique Bagouet

À propos d’Albert Dubout :
Sur le site Albert Dubout
Sur Wikipédia
Sur la page du Musée Albert Dubout du site de Palavas-les-Flots

Couleurs Plossu – Séquences photographiques, 1956-2013, Pavillon Populaire – Montpellier

Le Pavillon Populaire présente à partir du 26 juin et jusqu’au  6 octobre 2013, la première rétrospective du travail en couleurs réalisé depuis ses débuts, par le photographe français, Bernard Plossu.

Vernissage le jeudi 27 juin 2013 à 18h30

Gilles Mora, directeur artistique du Pavillon a confié le commissariat de cette exposition à Marc Donnadieu, conservateur pour l’art contemporain au LaM, Lille Métropole Musée d’Art Moderne, d’Art Contemporain et d’Art Brut (Villeneuve-d’Ascq).

Il présente ainsi cette exposition :

« À travers près de deux cent quarante images, l’exposition « Couleurs Plossu – Séquences photographiques, 1956-2013 » réunit pour la première fois un corpus exceptionnel et inédit de l’œuvre d’un des plus célèbres photographes français : Bernard Plossu.

Elle développe ainsi sur les deux étages du Pavillon Populaire toutes les facettes et tous les usages du médium photographique couleur que celui-ci a développé au fil de ses voyages sur les routes d’Europe comme d’Amérique. Car il a toujours regardé le monde en couleur, de ses premières photographies en amateur au Brownie Flash dans le Paris de la fin des années 1950 à ses clichés à l’objectif de 50 mm sur boîtier Nikkormat au Mexique et au Nouveau-Mexique durant les décennies 1965-1985, en passant par sa pratique des appareils jouets (Agfamatic, Instamatic, panoramique Prestinox) des années 1990-2010 qui l’on rendu célèbre.

Et ce foisonnement d’images de toute nature révèle d’autant mieux son goût pour l’expérimentation, sa curiosité insatiable, ses références à l’histoire de la photographie contemporaine comme à l’histoire de l’art moderne – du cubisme d’un Georges Braque à l’abstraction d’un Piet Mondrian, en passant par la métaphysique de Giorgio Morandi ou l’expressionnisme d’Ernst Ludwig Kirchner –, et surtout l’incroyable modernité d’un œil toujours aux aguets. »

En savoir plus :
Sur le site de la ville de Montpellier
Sur la page Facebook du Pavillon Populaire

À propos de Bernard Plossu :
Sur Wikipédia
Sur le site documentsdartiste
Sur le site de LA NON-MAISON
Entretien avec Laure Adler dans l’émission « Hors-Champs » du  07/09/2012 sur le site de France Culture


Bernard Plossu / Instantanés – Extrait du numéro deux de cinq26