Festival des Architectures Vives 2013, les projets à Montpellier.

Le Festival des Architectures Vives de Montpellier à pour objectif de faire découvrir au public le travail de la jeune génération d’architectes, de paysagistes, d’urbanistes, de scénographes… Pour cela, plusieurs équipes sont sélectionnées sur la base d’un projet qui doit s’inscrire dans les cours d’hôtels particuliers dans l’Écusson à Montpellier.

Pour sa 8ème édition, du 12 au 16 juin 2013, le thème du Festival Architectures Vives est « SOUVENIR« .

Recemment sur son site internet, le Festival des Architectures Vives a présenté les équipes et leurs projets à Montpellier.

BYME : Fanny Bouchet, Emmanuelle MessierGrenoble, GenèveFranceSuisse

« Revisitant le principe simple du pinscreen de notre enfance, l’installation […] conserve à chaque passage, une trace, une image, drôle, pieuse, émouvante, nostalgique ou graphique. À chaque fois et quelques soit l’image mémorisée, l’imagination du nouveau visiteur qui entre dans la cour est aussitôt mise en ébullition. Il s’interroge, se questionne. […] Il finit par s’approcher, il hésite puis se lance, il actionne un piston, puis deux, il comprend et le précédent souvenir s’efface… La surface redevenue lisse est une page blanche, une invitation ; il devient alors, à son tour, acteur de son propre souvenir…Tout à coup le mur se met en mouvement et nous conte une nouvelle histoire… » En savoir plus le site du festival

FRAME² : Stefan Delvoye, Viktor MilleticParis, France

« […] Une cour d’immeuble est un lieu fermé, intime, d’une certaine façon qu’une cour est un lieu idéal de reproduction du souvenir. Reproduire un souvenir c’est jouer sur la temporalité. Un souvenir saisissant nous fait oublier le lieu, l’heure et la saison dans laquelle on se trouve. […] L’installation ayant lieu en été, nous désirons reproduire un automne passé. Par la présence de feuilles séchées sur le sol la simulation du vent, mais aussi la suspension d’une structure couverte de gélatines neutres et grises afin de reproduire la lumière spécifique de cette saison… » En savoir plus le site du festival

Henri De SavinMarine DivisaParis, Bordeaux, France

« La cour est un lieu propice pour solliciter nos souvenirs en toute spontanéité. La genèse du projet est basée sur une grande diagonale venant séparer l’espace et créer deux ambiances distinctes. Le passage de l’une à l’autre s’effectue par des panneaux pivotants. La première face de cette paroi est conçue comme un miroir, reflet intemporel de la cour. L’autre face est une fresque vivante : un tableau à craie géant. Le reflet d’un panneau devient le négatif d’un morceau de tableau à la craie. La perception de la cour évolue continuellement. Le projet devient le support de notre mémoire et l’expression de notre potentiel créatif… » En savoir plus le site du festival

COLLECTIF ARCHICOOL : M.Marion Lacroix, Stefano Cerolini, Amalia Gutierrez, Minh NGuyen, Damiano CarminatiToulouse, France

« Qui se souvient de Paul Valéry traversant cette cour un manuscrit sous le bras ? L’effet boule de neige met pourtant en scène cette mécanique du souvenir telle qu’elle fut décrite par le poète alors qu’il habitait l’hôtel Audessan. L’installation propose tout d’abord à chacun de se plonger dans sa bulle à travers cet élément de géométrie pure qu’est la sphère et qui invoque tout à la fois la boule de neige, que l’on agite à l’occasion comme si l’on cherchait à dépoussiérer notre mémoire… » En savoir plus le site du festival

Francois FabienMaïlys Sarrazin. Bordeaux – France

« L’oeuvre est une réinterprétation de l’album photo, un recueil de souvenirs. Posés au sol, les cadres symbolisent les cadrans-photos dans lesquels chacun peut projeter un souvenir qui lui est propre. A un âge, une taille donnée, un souvenir refait surface. L’installation se compose de plusieurs hauteurs de cadres, qui correspondent aux rapports taille/âge moyenne dans la croissance d’une personne. Le 1er cadre (93cm) fait référence. à l’âge de 3ans, âge moyen où les premiers souvenirs s’imprègnent dans la mémoire de façon pérenne. Puis, le cadre et l’humain grandissent, « un cadre tous les deux ans » jusqu’à celui de la taille adulte (1m76, taille moyenne d’un homme en France). Par la suite, ce cadre se répète, physiquement l’humain ne grandit plus, jusqu’au dernier d’une hauteur plus haute, marquant en quelque sorte, le souvenir ultime, la sortie, la fin de vie.» En savoir plus le site du festival

Lucien PuechParis, France

« Pour la première fois, une architecture vive investit l’atmosphère feutrée de la cour de l’hôtel Sabatier d’Espeyran. C’est une construction de bottes de paille telle qu’on en croise remorquée par les tracteurs sur les départementales. Un mur en dégradé de paille alterne pleins et vides, pesanteur et légèreté grâce à des pièces de bois intercalaires qui sanglent les ballots. Témoin de l’image du Montpellier d’autrefois, des cartes postales sont rééditées et offertes comme médium de transmission. Objets à voyager, elles nous évoquent le temps des voitures à chevaux et invitent les visiteurs à la nostalgie… » En savoir plus le site du festival

COLLECTIF RNDM : Aurélie Fabre, Estelle Bourreau, Marion Allier, Nicolas Lucas, Juliane Sarrazin, caroline Aurimond, Jean-Baptiste ColtierToulouse, France

« Quels seront nos souvenirs en 2213 ? Entre scénario d’anticipation et second degré, Prolepse se veut un jeu d’anticipation en s’interrogeant sur la nature de nos souvenirs dans 200 ans. […] L’installation se veut en écho au caractère solennel du lieu. L’hotel de Lunas est une cour aux proportions géométriques et aux dimensions monumentales. L’intervention y entre en résonance par son socle minéral d’où semble émerger des galets du sol de la cour et par l’effet miroir des totems… » En savoir plus le site du festival

CHASSI : Marie-Josée Gagnon, Mathieu Robitaille, Minh Tuan Khai LeMontréal, Canada

« Souvenirs morcelés est une installation interactive qui invite le public à reconstituer des photos de cours intérieures d’hôtels particuliers de la ville de Montpellier. Chaque photo est composée de 25 cubes (5×5) et illustre une cour intérieure qui ne fait pas partie du circuit du Festival Architectures Vives. Puisque les cubes ont 6 faces, 6 cours intérieures pourront être illustrées de cette façon. Un plan clé localise chaque cour illustrée et permet au public de situer ces trésors cachés dans la ville… » En savoir plus le site du festival

ARGA : Regis Roudil, Aurélia GuimardNice, France

« Souvenir…Chaque acte, chaque moment, chaque odeur, chaque lieu peut être à l’origine de la création d’un souvenir.[…] Ici, il sera interrogé l’interaction entre la mémoire du geste et le souvenir créé par le geste. La structure offre une matière qui mémorise les formes et les gestes : une matière de la mémoire. Comme pour entrer en résonance avec le souvenir d’écritures faites par nos précédents, l’installation se caractérise comme la fabrication d’une texture par l’accumulation des scarifications dessinées par le public… » En savoir plus le site du festival

ATELIER SENZU : Stéphane Bauche, Marc Bauche, David Dottelonde, Wandrille Marchais, Léa GiraultParis, France

« Les jeux de l’enfance évoluent de génération en génération. Parce qu’il est rare que nos enfants jouent aux même jeux que nous-mêmes lorsque nous étions petits, nous souhaitons dans cette cours créer un moment ludique, unique et transgénérationnels. Une installation qui met en scène la technique historique de transmission de la voix à l’origine des modes de télécommunications actuels : Des gobelets reliés par un fil tendu pour assurer une communication à distance… » En savoir plus le site du festival

Cette année le FAV 2013 invite la Harvard University Graduate School of Design. Cambridge, Etats-Unis

« Issue de la culture traditionnelle chinoise et japonaise « mémoryscape » renvoie à une miniaturisation des espaces naturels. […] Prenant place au cœur de la cour, la compréhension de celle-ci n’est pas directe. Ces proportions et sa forme arrondie, rentrent en résonance avec l’espace qui l’entoure pour construire son propre paysage. La cour devient réceptacle et révèle dans un dialogue harmonieux un paysage imaginaire sublimé par la matière qui le constitue. Des lames d’aluminium viennent offrir une trame topographique évoquant des champs vallonnées de lavandes qui au grès des allers et venues des visiteurs se transformera… » En savoir plus le site du festival

En savoir plus :

Le site du Festival des Architectures Vives
La page Facebook du Festival des Architectures Vives

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s