Le premier prix « Félix Sabatier » attribué à Zaïnab Andalibe et Nelly Monnier

Le musée Fabre de Montpellier s’est associé à la fondation Typhaine et à 5 écoles  supérieures des Beaux-Arts françaises  pour créer le prix « Félix Sabatier ».
Destiné à soutenir la jeune  création plastique dans les écoles d’art, ce prix distingue les œuvres d’étudiants  diplômés des écoles partenaires (Aix-en-Provence, Lyon, Marseille, Montpellier et Nîmes ).

Pour cette première édition, le jury était composé de : Michel Hilaire, Directeur du  musée Fabre, Maître Raphaële Chalié, membre du Conseil d’Administration  de la Fondation Typhaine, Vincent Bioulès, artiste  peintre et Joséphine Matamoros, Conservatrice du  musée d’Art moderne de Collioure et ancienne conservatrice du musée de Céret.

Le prix, d’un montant de 5 000 €, a été attribué à Nelly Monnier,de l’école des Beaux-Arts de Lyon, et Zaïnab Andalibe, de l’Ecole Supérieure des Beaux-Arts de Montpellier.

Les œuvres récompensées sont  Triptyque, 2011 de Zaïnab Andalibe et Les bains, 2012 de Nelly Monnier.  A propos de leur travail, Vincent Bioulès, membre du jury souligne :

«Nelly Monnier et Zaïnab Andalibe sont récompensées l’une et l’autre pour la détermination de leur  travail. Le monde intérieur de Nelly Monnier se découvre au travers d’une peinture à la fois ferme et  adaptée au témoignage de son univers. Les photographies de Zaïnab Andalibe s’affirment avec force,  sans coquetterie inutile, nous permettant ainsi de comprendre et d’adopter son message.»

Leurs œuvres seront exposées dans les galeries contemporaines du musée Fabre après  la clôture de l’exposition Geneviève Asse en mars.

Extrait du dossier de présentation de Zaïnab Andalibe

« Ce travail est constitué de 3 photographies mises les unes à côté des autres. Trois femmes aux postures  différentes, toutes emballées dans un film en plastique noir. (…) La posture de la figure centrale reste  contradictoire : entre prise de pouvoir et soumission. Les personnages placés aux extrémités présentent quant  à eux une dynamique particulière. Ils opèrent un mouvement indéfini.  Le choix du triptyque fait référence aux codes de la peinture occidentale à la Renaissance. En effet,  cette  représentation en 3 volets illustrait trois scènes, trois temporalités et trois espaces. Il s’agit de mettre l’accent  sur l’ambiguïté du présent, ainsi que l’incertitude du devenir. »

Les bains (1000x2745mm), 2012 – huile et crayon sur médium

Extrait du dossier de présentation de Nelly Monnier

« Partie d’étude du rivage faite par Alain Corbin dans son ouvrage Le Territoire du vide, et composée dans un  premier temps à partir d’images extraites d’un épais livre sur les thermes slovaques, cette peinture cherche à  retranscrire, d’abord, l’idée de piscine, et le sentiment de pureté qu’elle tente d’atteindre. À la fois simulacre du  lieu originel, symbole de propreté et de santé, la  piscine a épuré les lignes du lac, elle a calmé les eaux  tumultueuses de la rivière tout en gardant sa limpidité. (…)  La peinture à l’huile, travaillée en transparences, se veut semblable à la mémoire qui cherche à combler les  lieux par assimilation d’éléments d’apparence disparate, voire incohérente. »

En savoir plus :
Le communiqué de presse de Montpellier Agglomération
Le site de Nelly Monnier

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s